L’insuffisance des moyens de Pharos soulevée à l’Assemblée nationale

Pharos sceptique 8

Alors que la plateforme Pharos s’est retrouvée sous le feu des projecteurs suite à l’affaire du lanceur de chaton ayant publié ses « exploits » sur Internet, une députée socialiste vient de transmettre une question écrite au ministre de l’Intérieur afin de pousser implicitement en faveur d’une augmentation des moyens humains de la structure en charge des signalements sur Internet. 

pharos

Ces dernières semaines, la plateforme gouvernementale Pharos s’est offerte de beaux coups de pub à moindres frais... En effet, c’est en donnant suite aux signalements des internautes à propos de la vidéo du « lanceur de chaton » et de celle d’un jeune handicapé se faisant agresser que les forces de l’ordre ont pu procéder à des arrestations très médiatisées. Rappelons que derrière cet acronyme pouvant laisser dubitatif à premier abord, Pharos signifie « Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements ». En clair, il s’agit du site Internet géré par le ministère de l’Intérieur, lequel permet à quiconque d’alerter les autorités de la présence d’un contenu ou d'un comportement potentiellement illicite.

Une plateforme en manque de notoriété

S’inquiétant de « la multiplication de vidéos à contenus violents ou illicites sur le web », la députée Sylvie Tolmont regrette cependant au travers d’une question écrite parue hier au Journal Officiel que la plateforme Pharos soit « encore trop méconnue du public pour constituer un réel outil de lutte contre la diffusion (et bien évidemment contre la production) de telles images ».

Le constat dressé par l’élue socialiste de la Sarthe se veut d’ailleurs très négatif. « De récentes actualités ont constitué une nouvelle occasion de constater que des vidéos au contenu extrêmement violent, voire portant atteinte à la dignité humaine, sont diffusées sans aucune forme de contrôle sur internet. Ainsi, la vidéo d'un chaton jeté contre un mur a été visionnée des milliers de fois avant d'être retirée. Plus alarmant encore, la vidéo d'un jeune homme handicapé violenté par trois adolescents a été partagée plus de 1 900 fois sur un réseau social dès le soir de sa publication ». Sylvie Tolmont déplore que « ces images contribuent à la banalisation et à la médiatisation de la violence ».

Inquiétudes autour des moyens humains alloués à Pharos

Mais surtout, la députée fait valoir que les moyens humains alloués à Pharos sont actuellement insuffisants. « Les enquêteurs de la plateforme de signalement Pharos sont trop peu nombreux pour répondre à la charge qui est la leur » affirme ainsi l’élue. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le souligner, seule une poignée d’agents (une « dizaine » selon le ministère de la Justice) est amenée à traiter des signalement dont le nombre ne cesse d'augmenter (123 987 en 2013). Le taux d’enquêtes ouvertes suite à ces dénonciations se révèle en outre extrêmement faible : seules 500 enquêtes ont été lancées l'année dernière, soit un ratio légèrement supérieur à 0,4 %.

tolmont

Le gouvernement botte en touche

Sylvie Tolmont n’est d’ailleurs pas la seule parlementaire à s’inquiéter des moyens alloués à la plateforme Pharos. Lors des débats relatifs au projet de loi sur l’égalité femmes-hommes (qui devrait accentuer la responsabilité des intermédiaires dans la lutte contre les propos sexistes, homophobes ou handiphobes sur Internet), le rapporteur du texte, Sébastien Denaja, a lui-même exprimé cette préoccupation. « Le renforcement des moyens dont dispose le système dénommé Pharos est nécessaire car compte tenu de l’ampleur des signalements, les personnels concernés ne sont pas suffisamment nombreux » a-t-il ainsi lancé à l’attention de la ministre ayant concocté le texte, Najat Vallaud-Belkacem.

L’intéressée avait alors rétorqué qu’il faudrait patienter jusqu’à la remise des conclusions du groupe de travail sur la cybercriminalité, attendue pour ce mois-ci. « Nous attendons en particulier des propositions pour améliorer l’organisation et les moyens des services que vous avez évoqués, mais aussi pour offrir aux citoyens un dispositif plus lisible et plus proche de leurs préoccupations » évacuait alors Najat Vallaud-Belkacem.


chargement
Chargement des commentaires...