Le créateur de CandySwipe dénonce les agissements de King.com

Trademark Crush Saga 70
Kevin Hottot

Récemment, King.com, l'éditeur de Candy Crush Saga, s'est fait remarquer en déposant la marque « Candy » et en attaquant l'ensemble des studios utilisant ce mot dans le nom de leur jeu. Runsome Apps, un éditeur ayant publié CandySwipe en 2010 sur Android, iOS et Facebook, est sorti de son silence et se pose en victime des dernières actions de King.

CandySwipe vs Candy Crush Saga

Depuis quelques semaines, King.com, l'éditeur de Candy Crush Saga, fait énormément parler de lui en raison de ses diverses actions en justice. La firme attaque systématiquement tous les jeux utilisant le mot « Candy » dans leur nom depuis que ce dernier est une marque propriété de King aux États-Unis et en Europe. Quelques indépendants ont bien essayé de se rebeller en lançant un « Candy Jam », destiné à faire crouler les boutiques d'applications sous les jeux contenant le mot Candy dans leur nom, mais cela ne semble pas avoir refroidi King.

L'un des derniers studios à faire les frais de la nouvelle politique de l'éditeur de Candy Crush Saga s'appelle Runsome Apps. Ce dernier à lancé en novembre 2010 CandySwipe, un jeu reprenant le principe de Candy Crush Saga, à moins que cela ne soit l'inverse puisque le jeu de King a été lancé en.... avril 2012, soit 17 mois plus tard. 

Trademark Crush Saga

Dans une lettre ouverte, Albert Ransom, le président et fondateur de Runsome Apps, explique l'ensemble des déboires auxquels il a dû faire face avec King.com. Selon lui, Candy Crush Saga reprend de nombreux éléments à son titre : « l'icône de l'application, les bonbons, et même le "Sweet" récompensant les joueurs sont quasiment identiques. Mieux encore, j'ai des centaines de cas où les joueurs prennent CandySwipe pour une copie de Candy Crush Saga » affirme-t-il.

L'homme dévoile également avoir déjà assigné King en justice, sans succès lorsque le géant a racheté la marque Candy Crusher pour protéger Candy Crush Saga, jugeant que cette dernière était à même de créer une confusion au niveau des consommateurs. L'USPTO, l'organisme chargé de la gestion des brevets et des marques déposées aux États-Unis, avait tranché en faveur de King, jugeant que si Candy Crusher est à même d'être confondu avec CandySwipe, l'inverse est également vrai. Or la marque Candy Crusher a été déposée plus tôt laissant donc l'avantage à King. 

Le retour de bâton arrive

L'affaire aurait pu s'arrêter là, mais maintenant que King détient les droits sur le mot Candy, le géant se retourne contre toutes les petites structures et Runsome Apps ne fait pas exception. Une procédure est donc en cours pour obtenir l'annulation de la marque « CandySwipe », pourtant déposée bien plus tôt que « Candy ». Mais dans le cas présent, l'antériorité de « Candy Crusher » pourrait peser lourd dans la balance.

« Très bien, vous avez gagné, j'espère que vous êtes contents d'avoir retiré le pain de la bouche de ma famille alors que CandySwipe existait bien avant Candy Crush Saga » tempête Albert Ransom, visiblement résigné quant à l'avenir de son jeu.


chargement
Chargement des commentaires...