Apple estime que la convergence des systèmes est « une perte de temps »

Pour les angoissés d'iOS sur Mac 284
Vincent Hermann

Apple ne semble toujours pas enthousiaste à l’idée d’une forte convergence des interfaces et des ergonomies à travers l’ensemble de ses produits. Une vision qui s’oppose largement à celle de Microsoft. Phil Schiller, directeur du marketing, parle même de « perte de temps » quand la réflexion ne porte pas sur les bons appareils.

iPad mini

La convergence, une vieille crainte 

La firme de Cupertino s’exprime rarement sur les questions de design, et pour cause : c’est le cœur de son activité commerciale. Jusqu’à présent, les ordinateurs estampillés d’une pomme ont toujours OS X et une interface spécifique. De l’autre côté, on trouve l’ensemble des appareils fonctionnant sous iOS et adoptant une ergonomie très différente. Ainsi, les iPhone, iPod Touch et l’ensemble des iPad disposent d’une grille d’icônes et de contrôles adaptés au tactile.

Jusqu’à présent, en dépit d’un rapprochement de certaines fonctionnalités, OS X et iOS ont gardé des ergonomies qui leurs sont propres. Beaucoup se demandent si la firme compte opérer un rapprochement, voire une fusion, à la manière de Microsoft. Pour bien comprendre la différence de philosophie, rappelons que Microsoft a choisi un système unique (Windows 8) pour les ordinateurs et les tablettes, avec une séparation des smartphones qui disposent de leur propre plateforme, Windows Phone 8. Chez Apple, comme chez Google d’ailleurs, l’ensemble des appareils mobiles dispose du même système, en l’occurrence iOS.

« Une perte d'énergie » 

La seule fois où la firme s’est réellement exprimée au sujet des ergonomies, elle critiquait les choix de Microsoft faits avec Windows 8. Il était essentiellement question de garder autant que possible des interfaces réellement conçues pour les appareils qu’elles accompagnaient, plutôt que de chercher le plus grand compromis en essayant de convenir à tous les produits. En clair, à force de vouloir trop en faire, l’interface commune faisait tout mal.

Cet avis n’a pas changé chez Apple. Phil Schiller, directeur du marketing, a ainsi indiqué qu’il s’agirait « d’une perte d’énergie » de réfléchir à une fusion d’OS X et iOS. « Nous ne perdons pas de temps à nous dire « Mais ce devrait être une interface unique ! », comment mélanger ces systèmes d’exploitation ? » s’interroge Schiller. Même avis (évidemment) du côté de Craig Federighi, vice-président de l’ingénierie logicielle chez Apple : « Juste pour dire qu’OS X et iOS devraient être les mêmes, indépendamment de leurs raisons d’être ? Faisons les converger, pour l’amour de la convergence ? Ce n’est clairement pas un objectif ».

Pas question que le Mac passe à iOS 

En filigrane se dessine la défense du Mac en tant qu’ordinateur, alors qu’il fête actuellement ses 30 ans. On peut se demander évidemment, devant le succès des appareils iOS, si Apple réfléchit à un abandon des ordinateurs qui l’ont rendue célèbre. Mais Federighi n’est pas de cet avis : « Vous ne voulez avoir à dire que le Mac est devenu moins bon en tant que Mac parce quelqu’un a tenté de le faire passer à iOS ». Ce qui devrait au passage rassurer ceux qui se voyaient déjà utiliser des Mac alimentés par iOS.

Pour autant, le rapprochement semble quand même inévitable : « En même temps, vous ne voulez pas sentir qu’iOS a été conçu par une entreprise, que le Mac l’a été par une autre et qu’ils sont différents à cause d’un manque de vision commune. Nous avons un sens commun de l’esthétique, un ensemble commun de principes qui nous conduit et nous concevons les meilleurs produits que nous pouvons pour leurs objectifs uniques. Vous les verrez donc être les mêmes où cela a du sens, et vous les verrez être différents là où cela est nécessaire ».

Le Mac a un rôle, puissance 4 

Apple a à cœur de faire comprendre que le Mac reste un produit important dans sa stratégie. Schiller insiste sur ce point : « Il y a un rôle super-important pour le Mac qui sera toujours là. Nous ne voyons pas de fin pour ce rôle. Il y a un rôle pour le Mac aussi loin que notre œil puisse voir. Un rôle en conjonction avec les smartphones et les tablettes, qui vous permette de faire le choix de ce que vous voulez utilisez. Nous pensons que le Mac sera toujours là car les différences qu’il amène ont une vraie valeur ». En répétant quatre fois le mot « rôle », et même si ce n'est guère subtile, Schiller s'assure que le message est bien passé.

En d’autres termes, Apple continuera encore longtemps à vendre des ordinateurs et des produits mobiles disposant chacun d’une ergonomie propre. OS X continuera sans doute à incorporer doucement les fonctionnalités ajoutées à iOS, mais ce dernier n’envahira pas les Mac.


chargement
Chargement des commentaires...