Google lève sa censure vis-à-vis de l’hébergeur de fichiers Rapidgator

Rapidgator ou à raison 27

Mise à jour : Les « contre-notifications » déposées par l’hébergeur de fichiers Rapidgator ont manifestement eu l’effet escompté. La page d’accueil du site est en effet à nouveau référencée par Google, ce qui signifie que le moteur de recherche a considéré que la demande des ayants droit auquel il avait fait suite n’était finalement pas légitime (cette dernière n’est par ailleurs toujours pas consultable).

La page d’accueil de Rapidgator, l’un des sites les plus utilisés au monde pour s’échanger des fichiers en téléchargement direct (films, musique, photos,...), vient d’être déréférencée par Google. Cette décision, qui fait suite à une demande émanant d’un ayant droit, est cependant contestée par l’hébergeur de fichiers, qui ne comprend pas pourquoi cette page manifestement licite n’apparaîtrait plus au sein des résultats du célèbre moteur de recherche. 

rapidgator google

Hormis au travers des bannières publicitaires, la page d'accueil de Rapidgator n'est pas référencée par Google.

Si vous tentez d’accéder à l’hébergeur de fichiers Rapidgator en passant par Google, vous n’y arriverez pas (à moins que vous ne cliquiez sur le bandeau correspondant aux annonces publicitaires, mais ce n’est pas un résultat de recherche à proprement parler). En effet, à l’heure où nous écrivons ces lignes, le célèbre moteur de recherche ne renvoie plus vers l’URL « rapidgator.net », même en tapotant le nom de ce site. En bas de page, la firme de Mountain View confirme avoir déréférencé une URL suite à « une plainte reçue dans le cadre du US Digital Millennium Copyright Act (loi de protection des droits d'auteur) », mais le lien renvoyant vers la plainte en question ne fonctionne pas encore...

rapidgator google

Problème : si de nombreuses URL rattachées au nom de domaine de Rapidgator font très régulièrement l’objet de demandes de retrait de la part des ayants droit - qui réclament en fait de Google qu’il ferme les portes de son moteur de recherche à ces pages accusées de contenir des fichiers illicites (copies de films, de séries, de musique, etc.), celle qui vient d’être déréférencée n’était qu’une page d’accueil sur laquelle il n’y avait a priori rien d’illégal... En clair, tout laisse à penser qu’il s’agit d’une demande illégitime, à laquelle Google aurait accédé un peu trop facilement.

De plus, l’on s’aperçoit que ce n’est pas uniquement la porte d’entrée vers Rapidgator qui a été déréférencée par Google. L’URL renvoyant vers une page d’identification « http://rapidgator.net/auth/login » n’apparaît pas non plus, de même que celle relative à la section Actualités de l’hébergeur de fichiers, « http://rapidgator.net/News/NewsList ». Sur ces pages, l’on ne remarque pourtant pas de contenu semblant illicite, ni d’éventuels liens renvoyant vers des fichiers illégaux...

Rapidgator conteste la décision de Google

Pour Rapigator, c’est donc la douche froide. « Cela va nous faire perdre des milliers de visiteurs » a ainsi fait valoir un porte-parole de l’hébergeur de fichiers auprès de TorrentFreak. « Ce n’est pas juste. Si ça nous arrive, ça peut arriver demain à MediaFire ou Dropbox » a-t-il insisté. Surtout, l’intéressé a regretté que ce déréférencement ne conduise en réalité les utilisateurs de Google à se diriger vers des sites se faisant passer à tort pour Rapidgator, avec les risques que cela peut engendrer. « Ceci ouvre la porte à des sites de phishing, qui vont s'inscrire sous un nom similaire et tromper nos utilisateurs » a-t-il ainsi expliqué.

L’homme a indiqué qu’il avait transmis des « contres-notifications » auprès de Google, afin de contester plusieurs de ces déréférencements. Nous avons de notre côté sollicité le géant de l’internet pour avoir davantage d’éclaircissements sur cette affaire, et nous attendons un retour.

Dernière mise à jour le 27/12/2013 06:08:12

chargement
Chargement des commentaires...