BlackBerry annonce de très fortes pertes, son action grimpe de 15 %

Et ce n'est pas antinomique 28
Nil Sanyas

En pleine révolution, BlackBerry vit logiquement des moments difficiles du fait de ses derniers changements stratégiques. Le Canadien vient ainsi de dévoiler les résultats de son dernier trimestre fiscal, et le bilan est assez catastrophique. Le chiffre d'affaires s'est écroulé, quant aux ventes de smartphones, pourtant déjà faibles, elles s'effondrent. Un bilan qui n'est toutefois pas étonnant.

Blackberry 9720

Déjà bien loin de ses concurrents, BlackBerry s'est effondré lors de son troisième trimestre fiscal 2013 (clos le 30 novembre), avec seulement 1,9 million de mobiles écoulés, contre 3,7 millions de BlackBerry lors du trimestre précédent. Cela ne représente qu'un peu plus de 600 000 unités par mois, une misère quand on sait que Lenovo en vend plus de 4 millions par mois, Apple plus de 10 millions, ou encore que Samsung dépasse les 25 millions de smartphones liquidés sur la même période.

Cette lourde chute des ventes (-49 %) était prévisible dès lors que la société a multiplié les communications chocs ces derniers mois, que ce soit en annonçant vouloir délaisser le marché grand public au profit des professionnels et des services, en changeant de PDG, en se séparant de ses principaux directeurs ou encore en licenciant de nombreux employés. Pas de quoi susciter une grande confiance dans la société et ses produits actuels donc. La société précise néanmoins qu'en comptabilisant les livraisons du trimestre précédent, ce sont en fait 4,3 millions d'appareils qui ont terminé dans les mains de clients, toutefois, la plupart d'entre eux (3,2 millions) ont en fait opté pour des BlackBerry de génération précédente.

Des résultats en chute libre

Son chiffre d'affaires a bien entendu souffert, passant de 1,573 milliard de dollars à 1,193 milliard en l'espace de seulement trois mois, ceci pour une très lourde de perte de 4,4 milliards de dollars. Cette perte s'explique aisément, du fait de coûts de fonctionnement très élevés (2,46 milliards de dollars) et surtout d'une dépréciation d'actifs à long terme de 2,75 milliards de dollars. Les résultats devraient donc être meilleurs lors des prochains trimestres, même s'il ne faut pas s'attendre à des bénéfices importants de sitôt.

Il est intéressant de noter que BlackBerry a vu son chiffre d'affaires s'écrouler en Asie Pacifique (-39 %) et en Amérique latine (-31 %), alors que les chutes ont été un peu plus modérées en Amérique du Nord (-18 %) et dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA) avec une baisse de 20 % des ventes. En un an, les résultats du Canadien ont d'ailleurs été divisés par deux en Amérique du Nord et en EMEA, mais par quatre en Amérique latine. Preuve que ce territoire historiquement important pour la société est en train de se tourner vers d'autres solutions.

BlackBerry précise que du côté professionnel, son BlackBerry Enterprise Service 10 (BES10) compte plus de 30 000 serveurs installés, en hausse de 5000 unités en trois mois. Concernant sa messagerie (BBM), disponible sur un nombre croissant s'appareils, elle est désormais installée dans plus de 100 millions de smartphones à travers le monde. C'est tout du moins ce que l'on peut conclure, dès lors que la société annonce avoir enregistré 40 millions d'utilisateurs supplémentaires sur Android et iOS, alors que sa base initiale est d'environ 60 millions d'usagers.

Et ce nombre pourrait bien encore fortement augmenter quand on sait qu'une dizaine de constructeurs sous Android proposent désormais BlackBerry Messenger directement dans leurs appareils, et surtout, que le géant sud-coréen LG en fera de même sur son G Pro Lite. De quoi devenir un véritable concurrent de poids face aux autres systèmes de messagerie instantanée du marché tels Facebook Messenger, Hangouts, iMessage, Line, Skype, Viber, WeChat, WhatsApp, etc.

Les actionnaires optimistes malgré tout

Sachez enfin qu'en bourse, l'action de BlackBerry a réalisé un bond de plus de 15 % (et même 17 % un moment). Si l'annonce des pertes de 4,4 milliards de dollars aurait pu refroidir les investisseurs, la nouvelle stratégie optimiste présentée par John Chen, le nouveau PDG du Canadien, a au final convaincu bien des actionnaires.

BlackBerry bourse

Le recentrage de la société vers les entreprises, les partenariats avec LG et avec Foxconn ont notamment laissé penser que les heures sombres de BlackBerry étaient désormais derrière. L'avenir s'annonce donc plus rose pour la société, après plusieurs années de perturbations et de pertes de parts de marché.


chargement
Chargement des commentaires...