Les développeurs de Dark Souls II ne prévoient aucun DLC

Certains éditeurs devraient en prendre de la graine 35
Kevin Hottot

De plus en plus souvent, les éditeurs prévoient avec leurs titres toute une ribambelle de contenus additionnels payants, que l'on retrouve parfois vendus sous la forme de « season pass » : les fameux DLC. Toutefois, certains studios se refusent à cette pratique, et c'est notamment le cas de celui travaillant actuellement sur Dark Souls II.

Dark Souls 2

Depuis maintenant quelques années, les éditeurs publient peu après la sortie de leurs jeux toute une série de contenus additionnels, le plus souvent déjà prêts à l'avance afin de gonfler leurs revenus. Si la plupart des acteurs de l'industrie ont adopté ce modèle, qui fonctionne plutôt bien malgré sa relative impopularité, certains ne s'y plient pas encore systématiquement. C'est par exemple le cas de Namco Bandai et From Software, l'éditeur et le studio travaillant sur Dark Souls II.

Ni DLC, ni microtransactions, le meilleur des années 90 revient

Takeshi Miyazoe, le producteur du jeu a confirmé à nos confrères d'Edge qu'aucun DLC n'était prévu. « Pour Dark Souls II, nous ne prévoyons pas de faire du contenu additionnel, parce que nous voulons livrer un jeu complet, l'expérience entière, aux fans qui achètent le titre le premier jour. Nous avons fait ce genre de choses pour Dark Souls, mais nous n'envisageons pas de créer des contenus téléchargeables pour Dark Souls II. Achetez le jeu, vous aurez le droit à une expérience complète, et vous vous amuserez autant que tous les autres », affirme le responsable avec aplomb.

De plus, l'idée d'intégrer des microtransactions dans le titre ne semble pas avoir effleuré l'esprit de l'équipe de développement. « Dépenser quelques dollars dans des objets n'aide pas à profiter de l'expérience de jeu. Donc pas de modèle type free-to-play pour le moment », confirme l'homme.

Justement, le cas des grandes franchises de Namco, qui ont récemment pris un tournant vers le mode free-to-play a également été abordé. Une version gratuite de Soul Calibur est attendue pour l'an prochain, Ridge Racer Driftopia est quant à lui déjà disponible sur Steam, Ace Combat y passera également en 2014, l'éditeur a donc pris un virage très serré dans cette direction. Un virage que le studio From Software ne veut pas négocier pour le moment. 

« Non, pas pour l'instant, et je crois que ce ne sera pas non plus avant un bon moment », ricane le producteur. « Dark Souls est une de nos plus grosses franchises, mais c'est aussi une franchise très récente, trop récente pour passer au free-to-play. Et puis il serait très compliqué de monétiser un jeu comme Dark Souls. Faire payer le joueur quand il meurt ? Ça serait horrible. Et nous ne voulons pas permettre aux joueurs d'acheter un avantage ». Une bien sage décision.

À propos de la version PC

Les joueurs sur PC se souviennent très certainement de Dark Souls comme un titre au portage complètement raté. Avec des contrôles ingérables au clavier, peu d'options pour les graphismes, il n'était d'ailleurs pas possible de changer la définition du jeu, un taux de rafraichissement bloqué à 30 images par seconde, le titre réalisait lors de sa sortie un carton plein concernant les erreurs à ne jamais faire lorsqu'on lance un jeu sur PC.

Ces erreurs, le studio compte évidemment ne pas les reproduire, mais compte également sur son éditeur pour lui laisser le temps de faire les choses correctement. « Nous n'avons pas ignoré tous ces points, mais cela nous aurait demandé trop de temps pour implémenter tout cela, faire les tests et proposer le niveau de qualité que les gens attendaient. Mais c'est surtout une décision de Namco qui disait " Les gars, ne vous souciez pas de ça, sortons le jeu et voyons comment ça se passe sur PC », admet Miyazoe. Espérons donc que cette fois-ci Namco saura laisser le temps nécessaire à son studio pour qu'il fasse les choses correctement.


chargement
Chargement des commentaires...