Free Mobile référencé sur Quialameilleure4G.com... qui change de critères

L'art de la nuance 116
Sébastien Gavois

Vendredi dernier, Orange mettait à jour son site Quialameilleure4G.com, mais oubliait Free Mobile au passage. Ce n'est désormais plus le cas, et l'on nous promet maintenant de « maintenir une comparaison objective et loyale », une obligation légale pour ce qui est de la publicité comparative selon le code de la consommation. Pour cela, la question de la couverture se base sur de nouveaux critères. 

Quialameilleure4G.com Free Mobile

Afin d'appuyer le lancement de la 4G en avril dernier, Orange mettait en ligne un site publicitaire comparant son offre à celle de ses concurrents (voir notre analyse). Bien évidemment, le directeur de publication étant également le directeur marketing mobile grand public, les critères avaient été soigneusement sélectionnés. Ils étaient alors au nombre de deux : le débit maximum théorique, ainsi que la couverture.

La couverture par le nombre de villes : le péché originel de Qui a la meilleure 4G.com

Sur le premier point, l'opérateur pouvait se targuer d'être le seul à proposer de la 4G jusqu'à 150 Mb/s grâce à une bande de fréquence de 20 MHz sur le spectre des 2 600 MHz. Bouygues Telecom et SFR ne disposant que de 15 MHz et donc de débits jusqu'à 115 Mb/s. Sur le second, la couverture, Orange était aussi premier... jusqu'au lancement en octobre du réseau « 4G National » de Bouygues Telecom qui touche pas moins de 63 % de la population. À cette occasion, l'opérateur avait ainsi mis son site à jour afin de refléter sa seconde position.

Mais voilà, la 4G de Free Mobile est arrivée il y a un peu plus d'une semaine et comme nous l'avions noté, Quialameilleure4G.com n'a pas bougé dans un premier temps, malgré quelques correctifs la semaine dernière. Il faut dire que malgré une couverture assez faible du territoire, comme nous avions pu le voir avec la carte de 5700 Megapixels que nous avons reconstituée, il est question de pas moins de 1 000 communes couvertes par 700 sites (un chiffre qui est passé à 800 depuis, à l'occasion de l'annonce des modifications effectuées sur le forfait à 2 €).

Free Mobile couverture 4G

 La couverture nationale de Free Mobile lors de notre relevé la semaine dernière

De quoi faire passer Orange en troisième position, si l'on considère ces chiffres comme équivalents, alors qu'ils ne le sont pas vraiment. En effet, la nuance entre commune et ville peut avoir son importance. Pour rappel, en France, la commune est la plus petite subdivision administrative alors que la ville correspond, selon l'INSEE, à une population agglomérée d'au moins 2 000 habitants. De plus, ce n'est pas parce qu'une ville ou une commune est annoncée comme « accessible » qu'elle est entièrement couverte : Bouygues Telecom parle ainsi de villes couvertes, tandis que Free Mobile utilise les termes de communes accessibles et que SFR indique celles où là 4G est présente. La comparaison entre les différents concurrents n'est donc pas toujours évidente.

Une idée de site à lancer : Quel est le bon critère.com

On peut en effet s'amuser à calculer un rapport intéressant si l'on met en parallèle les annonces des uns et des autres, et que l'on divise le nombre d'antennes déclarées par le nombre de communes ou de villes couvertes selon les chiffres de l'ANFR publiés au début du mois :

  • Bouygues Telecom : 5 531 antennes pour 2 113 villes, soit environ 2,6 antennes par ville
  • Free Mobile : 700 antennes pour 1 000 communes, soit environ 0,7 antenne par commune
  • Orange : 4 604 antennes pour 866 villes, soit environ 5,3 antennes par ville
  • SFR : 1 449 antennes pour 567 villes, soit environ 2,6 antennes par ville

On s'étonnera aussi que tous ne communiquent pas encore sur le pourcentage de la population actuellement couverte, ce qui est en général un bon indicateur, même s'il permet souvent d'occulter le fait que les zones avec peu d'habitants sont souvent complètement mises de côté. Bouygues Telecom précise ainsi qu'il touche 63 % de la population depuis le 1er octobre alors qu'Orange et SFR visent les 50 % et 40 % d'ici la fin de l'année. Une différence faible malgré un écart important en terme de nombre d'antennes actives. Free Mobile fait pour sa part totalement  l'impasse sur ce chiffre pour le moment.

Quand l'objectivité et la loyauté servent aussi les intérêts de la marque

Comme l'on s'y attendait, Orange a donc saisi cette occasion pour changer de critère concernant la couverture, et en choisir un qui soit plus intéressant à mettre en avant. Ce sera donc le nombre d'antennes comme l'explique le site qui a été mis à jour en fin de matinée d'après nos constatations : « comme les opérateurs 4G communiquent désormais sur des critères de couverture géographique hétérogènes (« villes couvertes » ou « communes accessibles »), Orange a décidé, afin de maintenir une comparaison objective et loyale, de comparer le nombre d’antennes 4G en service selon les chiffres déclarés par chaque opérateur auprès l’ANFR et publiés mensuellement sur le site anfr.fr. ».

Cette décision prise par pure objectivité a un double intérêt : en plus de maintenir la seconde place d'Orange (il était impossible de trouver un critère de couverture exploitable qui pénalise Bouygues Telecom), il place Free Mobile en dernière position, ce qui correspond parfaitement avec l'analyse de l'opérateur pour ce qui est de la qualité du service de son concurrent. Au final, ce sont donc les publications de l'ANFR qui jouent le rôle d'arbitre. Pour rappel, celles-ci sont basées sur les déclarations des opérateurs et la dernière en date ne référence que 700 antennes de Free Mobile ce qui explique que le nombre de 800 ne soit pas encore répercuté.

Commune ou ville, antenne ou site : le diable est dans les détails

On notera néanmoins qu'Orange joue, comme son concurrent, sur les mots. En effet, il a décidé de ne pas se baser sur le nombre de sites 4G, mais sur le nombre d'antennes, ce qui a une importance. En effet, l'ANFR référence les deux chiffres (support ou antenne) et la différence avec Free Mobile est moins forte si l'on prend le premier plutôt que le second. Et ce pour une raison simple : Free n'a de licence que pour une bande de fréquence et n'a donc aucun intérêt à multiplier les antennes sur chaque site. 

On peut donc reprendre notre calcul précédent avec le nombre de sites :

  • Bouygues Telecom : 5 392 sites, soit 2,55 sites par ville et 1,03 antenne par site
  • Free Mobile : 700 sites, soit 0,7 sites par commune et 1 antenne par site
  • Orange : 3 879 sites, soit 4,48 sites par ville et 1,19 antenne par site
  • SFR : 1 013 sites, soit 1,79 sites par ville et 1,43 antenne par site

L'ordre ne change pas, mais les écarts sont moins importants que précédemment, et l'on constate cette fois une différence entre la densité du côté de Bouygues Telecom et SFR, le premier multipliant les sites alors que le second affiche la plus grosse concentration d'antennes par site. Une manière d'aider ce dernier à afficher un écart plus important vis-à-vis de Free Mobile tout en réduisant celui qui sépare Orange de Bouygues Telecom ?

Quialameilleure4G Free Mobile

Quoi qu'il en soit, il n'est bien entendu toujours pas question de débits moyens relevés par un tiers indépendant, ce qui serait pourtant dans la droite lignée des recommandations gouvernementales ces derniers temps, ou même d'évoquer les conditions commerciales qui sont assez défavorables à Orange : engagement obligatoire hors des offres Let's Go, tarif d'entrée de 30,99 € sur 12 mois avec 2 Go de « Fair use » sans smartphone subventionné, P2P et Newsgroups toujours interdits, VoIP accessible uniquement sur demande, etc.

Vous pourrez trouver tous les détails sur notre comparateur Comparer la 4G.fr.


chargement
Chargement des commentaires...