L'avenir de Windows : fusion, fenêtres Modern UI et menu Démarrer

La même chose partout, mais différemment 285
Vincent Hermann

L’avenir de Windows est un sujet complexe et devant répondre à bien des attentes. Depuis Windows 8, la direction prise par Microsoft semble être devenue floue et les utilisateurs ont du mal à suivre. Pourtant, la réorganisation interne de Microsoft a silencieusement mis en mouvement de vastes changements et le futur de Windows pourrait s’atteler à faire sortir le système d’une voie particulièrement contestée.

windows 8.1

Windows 8.1

Un changement de taille et pourtant presque silencieux 

La sortie de Windows 8 n’aura pas manqué de provoquer des réactions. Son ergonomie particulière et la volonté de mettre en place une interface pouvant être utilisée aussi bien sur PC que sur tablette a conduit Microsoft à faire des choix radicaux. La firme indiquait pourtant qu’aucun compromis n’avait été fait, mais les utilisateurs classiques, qui avaient essentiellement besoin du bureau qui avait été amélioré sous Windows 7, avaient la sérieuse impression d’avoir été mis au rebus. Le système présentait de nombreux problèmes, que nous avions soulevés dans un dossier spécifique, bien que nombre d’entre eux aient disparu avec Windows 8.1.

Mais les derniers mois ont été cruciaux pour Microsoft. Le départ de Steve Ballmer et la réorganisation interne ont mis en place une nouvelle hiérarchie et surtout un nouveau groupe de responsables. La démission de Steven Sinofsky, qui a piloté le développement de Windows 8, a laissé la place à Terry Myerson, qui dirige désormais la section unifiée des systèmes d’exploitation. Or, il s’agit précisément ici d’un changement de taille, car le nouveau directeur de division a visiblement une politique très différente de celle de Sinofsky.

Windows Phone et RT pourraient devenir gratuits 

Plusieurs informations circulent à l’heure actuelle et s’unissent sur un constat : l’année 2014 sera probablement très importante pour Windows. Dans un article de The Verge notamment, on apprend ainsi que Terry Myerson envisage ni plus ni moins que de rendre Windows Phone et Windows RT gratuits pour les OEM. Une décision qui abaisserait évidemment les coûts de production des appareils et qui augmenterait l’intérêt de ces plateformes.

Mais pourquoi se priver d’une source non négligeable de revenus ? Pour Windows Phone, la question est simple : à cause du rachat de la branche mobile de Nokia. Le constructeur s’arroge une immense part de marché dans la vente des smartphones Windows Phone, et l’intégration à Microsoft va supprimer cette source de revenus (tout en réduisant d’autres coûts grâce aux synergies mises en place). De fait, faire payer la licence aux autres constructeurs, déjà minoritaires sur ce marché, ressemblerait à une injustice. Concernant Windows RT, les raisons sont plus diffuses, mais il pourrait s’agir tout simplement d’augmenter l’attrait du système. Surtout dans l’optique d’un rapprochement avec Windows Phone pour créer une plateforme commune.

Toujours selon The Verge, la volonté de Microsoft serait de proposer ses systèmes gratuitement tout en mettant en avant ses services « gratuits », eux-mêmes financés par la publicité. Si ce modèle vous rappelle quelque chose, c’est qu’il s’agit précisément de la philosophie de Google pour Android. Microsoft et Nokia sont les dernières entreprises à vendre des appareils sous Windows RT et une telle décision pourrait plaire aux autres constructeurs car elle permettrait de concevoir des tablettes moins onéreuses.

Réconcilier les utilisateurs classiques avec Windows 

L’autre grand aspect est le développement de Windows lui-même. Comme nous l’indiquions mardi dans nos colonnes, un nombre croissant de rumeurs va dans la même direction : l’unification de la plateforme, les mêmes technologies pour les développeurs et la réunion de Windows RT et Phone en une seule plateforme pour les appareils mobiles. Une variante (SKU) serait en outre prévue pour les ordinateurs traditionnels, tandis qu’une troisième viserait exclusivement les entreprises, en étant peut-être réservé à la vente de licences en volume.

Même si le fait de proposer un système unique pour tous les appareils mobiles est une étape importante, la variante pour ordinateurs de bureau est emblématique. C’est elle qui, actuellement, est victime du plus grand nombre de critique, l’interface Modern UI étant particulièrement malaimée des utilisateurs. Or, d’après les informations réunies par Mary Jo Foley et Paul Thurrott, cette mouture particulière, faisant partie de la future vague « Threshold », serait prévue pour redonner au bureau ses lettres de noblesses.

modernmix

Paul Thurrott, dans un nouvel article, abonde dans ce sens. D’après ses propres sources, le lancement d’applications Modern UI sur le bureau (donc en mode fenêtré) et le menu Démarrer seraient bien de la partie. Le premier point est particulièrement intéressant puisqu’il permettrait de créer un nouveau pont entre deux univers totalement séparés ou presque à l’heure actuelle. D’autant que certains outils tiers, à l'instar de ModernMix, ont rencontré le succès justement parce qu’ils proposaient cette possibilité.

La question du menu Démarrer

L’autre grand sujet est le retour du menu Démarrer. Un élément qui aurait été impossible encore voilà peu quand Sinofsky était aux commandes, mais qui serait véritablement à l’ordre du jour selon plusieurs sources internes. Aucun calendrier n’est arrêté sur ce retour, et aucune décision n’a été prise sur sa forme finale. Car c’est bien là la question : si le menu Démarrer devait revenir, aurait-il la même forme que précédemment ?

L’année 2014 semble dans tous les cas bien partie pour connaître des bouleversements dans la sphère Windows. Le premier ou le deuxième trimestre devrait voir l’arrivée de Windows Phone 8.1 et d’une parité complète (ou quasi-complète) sur les API avec Windows RT, première étape fondamentale vers un rapprochement des plateformes. La fusion des boutiques pourrait d’ailleurs intervenir dans la foulée, et Microsoft a déjà pour cela rassemblé les comptes développeurs sous une seule égide. Une « Update 1 » pour Windows 8.1 serait en outre prévue pour prendre en charge les nouveautés de Windows Phone 8.1.

Un Windows 8.2 pour l'automne 2014 ?

Mais celui que l’on ne connaissait que sous le nom « Threshold » pourrait bien être Windows 8.2. Paul Thurrott en est d’ailleurs certain. Cette version, probablement prévue pour l’automne 2014, serait donc la première étape de l’unification de la plateforme, mais signerait surtout pour les utilisateurs l’arrivée de fonctionnalité réclamées. Pour Thurrott d’ailleurs, la réorganisation interne a provoqué le départ et/ou le remplacement des restes de l’équipe de Steven Sinofsky, mettant un terme à une philosophie du type « c’est ça ou rien ». La nouvelle équipe aurait du coup à cœur de partir dans une autre direction, comprenant davantage de compromis.

On peut se demander toutefois quel intérêt Microsoft peut bien avoir à introduire ces éléments dans un système qui sortirait finalement deux ans après Windows 8. Cette question peut faire débat, mais Windows 8 et 8.1 continuent de hérisser le poil des nouveaux arrivants sur la plateforme. Jusqu’à présent, les ventes du produit sont trois fois moins élevées que ne l’étaient celles de Windows 7. Le manque de compromis et le « dédain » affiché par Microsoft pour le bureau ont créé un mécontentement qui n’a été qu’en partie apaisé par Windows 8.1.

Un certain aveu d'échec 

Partir dans cette direction serait nécessairement un aveu d’échec pour Microsoft, mais à nouveau directeur de la division Windows, nouvelle philosophie. Comme l’indique par ailleurs Thurrott, on ne reprochera pas à Windows 8 de s’être dirigé vers les appareils mobiles, mais de ne pas « avoir compris à quel point cette expérience utilisateur serait pauvre pour le 1,5 milliard de personnes qui utilisent Windows sur des PC traditionnels ».

En résumé, 2014 devrait être le théâtre de plusieurs arrivées. D’une part, un Windows Phone 8.1 beaucoup plus proche techniquement de Windows RT. D’autre part, une boutique d’applications tierces unifiée. Enfin, une nouvelle vague de Windows comprenant une version commune pour les appareils mobiles, une spécifique pour les ordinateurs classiques, ainsi qu’une dédiée aux entreprises. L’aspect le plus flou concerne la version mobile, car il est difficile de savoir pour l’instant dans quel ordre les étapes seront réellement mises en place.


chargement
Chargement des commentaires...