Mozilla voit ses résultats exploser et reste très dépendant de Google

Le panda roux, ça rapporte 52
Par
le vendredi 22 novembre 2013 à 16:50
Nil Sanyas

La fondation Mozilla, connue pour son navigateur Firefox ou encore son client de messagerie Thunderbird, est un organisme florissant. Pour son année 2012, ses royalties ont ainsi atteint la somme record de 304,5 millions de dollars. Et Google participe grandement à ce résultat.

90 % de ses royalties viennent de Google

Si la fondation Mozilla est un organisme à but non lucratif, Mozilla Corporation, elle, n'est pas dans ce cas. Cette filiale à 100 % de la fondation, qui s'occupe de développer Firefox principalement, reverse ainsi tous ses bénéfices à la fondation afin d'assurer son développement. Mais comment lui est-il possible de générer plus de 300 millions de dollars, alors qu'elle n'est pas connue pour vendre des produits ou des services ? Tout repose essentiellement sur son partenariat avec Google.

Depuis de longues années maintenant, Google rémunère Mozilla afin d'être le moteur de recherche par défaut sur Firefox. Une position loin d'être gratuite et qui se négocie tous les trois ans. En novembre 2011, un nouveau contrat a ainsi été signé entre Google et Mozilla, bien supérieur au précédent accord. Et les chiffres dévoilés par le fondateur de Firefox le montrent parfaitement. En 2011, il a accumulé 161,904 millions de royalties, et 85 % de cette somme provenaient de Google, soit 137,6 millions de dollars précisément. L'année suivante, Mozilla a vu le montant de ses royalties bondir de 88 %, pour atteindre 304,539 millions de dollars. Et d'après son bilan 2012, 90 % de ce total a pour source le moteur de recherche américain, soit 274 millions de dollars. Des sommes à comparer à 2006, quand un chiffre d'affaires de 66,8 millions de dollars était annoncé, Google participant à 85 % de ce résultat.

Un contrat en or renégocié l'an prochain

Pour ne pas laisser Bing ou un autre concurrent devenir le moteur de recherche par défaut sur Firefox, Google a donc multiplié par deux ses rémunérations à Mozilla. D'un côté, cela assure à ce dernier des revenus gigantesques et confortables, lui permettant ainsi de développer divers projets (tel Firefox OS). De l'autre, Mozilla est plus que jamais dépendant de Google, ce qui pourrait devenir un problème à moyen terme. En effet, Chrome ne cesse de prendre de l'ampleur, principalement aux dépens d'Internet Explorer, mais les statistiques de ces derniers mois montrent que Firefox n'a plus la croissance qu'il affichait il y a encore quelques années. Le navigateur reste toutefois utilisé par des centaines de millions de personnes à travers la planète. Et quand bien même Chrome dispose d'une part d'utilisation importante, Google peut-il annuler son contrat ou le revoir à la baisse ?

Navigateurs aout 2013 AT Internet

L'actuel contrat court jusqu'en 2014. L'an prochain, de nouvelles négociations débuteront donc afin d'assurer à Mozilla de solides revenus entre 2015 et 2017. Comme tous les trois ans, le web sera en effervescence, se demandant si les deux alliés continueront leur idylle ou non, et à quel prix ? Tout dépendra de Google, mais aussi de ses concurrents. Dans le passé, alors que le moteur de recherche et Mozilla tardaient à renouveler leur contrat, certaines rumeurs ont laissé entendre que Microsoft ferait tout pour remplacer Google par Bing. Néanmoins, on ne brise pas des relations qui durent désormais depuis huit ans.

Un bon investissement pour Google

En restant un partenaire privilégié de Firefox, Google fait surtout une pierre trois coups. Cela lui permet à la fois d'être le moteur par défaut d'une majorité d'internautes dans le monde (Firefox + Chrome), ceci tout en supportant le libre mais aussi un concurrent. Un bon moyen d'éviter une position dominante gênante dans le secteur des navigateurs, tout en s'accordant une forte visibilité et une bonne image. Pour le moment, cet équilibre résiste à tout, bien que Google ouvre un peu plus grand son portefeuille à chaque négociation. Rendez-vous l'an prochain pour le nouvel épisode.

Notez que selon le document financier de Mozilla, ce dernier a dépensé l'an passé 149 millions de dollars en développement (+45 %), et plus de 29 millions de dollars en publicité (+68 %). La fondation spécialisée dans l'open source rappelle qu'elle dispose via Mozilla Corporation de filiales en dehors des États-Unis, notamment en Europe (dont Paris), ainsi qu'au Canada, en Chine, à Taiwan, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Enfin, sachez que Mozilla dispose de 268 millions de dollars d'actifs, lui permettant de pouvoir fonctionner durant plusieurs trimestres sans problème même en cas de rupture de contrat avec Google.


chargement
Chargement des commentaires...