L'ESEA condamnée à 325 000 dollars d'amende pour son client Bitcoin caché

Pour 3 715 dollars de Bitcoins minés 93
Kevin Hottot

Souvenez-vous, en avril dernier, l'E-Sports Entertainment Association (ESEA), une organisation de sport électronique diffusant un programme anti triche, avait été accusée d'avoir intégré délibérément un client de minage Bitcoin dans le logiciel qu'elle fournit aux joueurs. Ceci aurait causé de nombreux dégâts, des cartes graphiques n'ayant pas supporté la charge demandée par ce genre de tâche. 

bitcoin

3 713,55 dollars de bitcoins minés en avril

L'ESEA gardera pendant longtemps un goût amer en bouche lorsqu'elle repensera au mois d'avril 2013. En raison de la fièvre générée par la flambée des cours du Bitcoin au début de l'année, un des administrateurs de la firme a eu l'idée d'intégrer un dispositif de minage de Bitcoins au client anti triche fourni gratuitement aux joueurs. Des essais ont été menés en interne dans ce but, mais au final la solution ne sera pas retenue. 

Pourtant, un des employés de l'ESEA a tout de même intégré cette fonctionnalité dans le logiciel anti-triche et a fait en sorte de récupérer l'ensemble des bénéfices. Ainsi en l'espace de quinze jours, l'homme a collecté l'équivalent de 3 713,55 dollars en Bitcoins. Une fois le pot aux roses découvert l'homme a du rendre cette somme à l'entreprise, qui l'a ajoutée aux gains promis lors de ses compétitions, en plus d'offrir 3 713,55 supplémentaires à des associations caritatives. Cela n'a toutefois pas empêché l'entreprise d'être sous le coup d'une enquête menée par le procureur général du New Jersey.

325 000 dollars d'amende en novembre et 625 000 dollars de plus en cas de récidive

Dans le jugement rendu public par la Cour Supérieure du New Jersey, on peut lire au point 32 que le procureur compare l'incident survenu du côté de l'ESEA à la mise en place d'un réseau Botnet. Par conséquent, il a considéré ici qu'il s'agissait d'une part, d'une pratique commerciale déraisonnable et d'autre part d'une violation du CROA, le « Computer Related Offenses Act », qui interdit notamment les accès non autorisés à un ordinateur ou à un réseau.

C'est sur cette base-là que le jugement a été rendu. Celui-ci réclame à l'ESEA le payement d'une somme de 325 000 dollars répartie entre une amende de 205 710,49 dollars, de 15 203,67 dollars d'honoraires, 4085,84 dollars pour des frais d'investigation et 100 000 dollars pouvant « être utilisés à l'entière discrétion du procureur général pour la promotion de programmes pour la protection des consommateurs ». En cas de récidive dans les 10 années à venir, 675 000 dollars de pénalité viendront s'ajouter à tout cela, faisant gonfler la note jusqu'au million de dollars. 

Bien évidemment, l'ESEA ne comprend pas ce jugement et rejette en bloc les accusations du procureur. « Nous n'admettons pas et ne sommes pas d'accord avec les allégations de l'état du New Jersey. Le communiqué émis par le procureur général concernant notre cas représente une profonde incompréhension des faits de cette affaire, de la nature de notre activité, et de la technologie en question », explique ainsi la firme à nos confrères de VG247. Il ne reste donc plus qu'à savoir si l'éditeur compte mener un recours contre cette décision avant de tourner définitivement la page sur cette affaire.


chargement
Chargement des commentaires...