Une association d'automobilistes songe à interdire les écouteurs aux cyclistes

À bicyclette 245

Promouvoir les technologies d’aide à la conduite (détecteur de collision ou de franchissement involontaire de ligne continue,etc.), généraliser le Bluetooth au sein des véhicules, interdire l’usage des écouteurs et casques audio aux cyclistes : voilà quelques-unes des mesures proposées par une association d’automobilistes pour tenter de réduire le nombre de morts sur les routes françaises.

raconte route

 

Cet été, l’association « 40 millions d’automobilistes » a recueilli différents témoignages d’usagers de la route, qu’ils soient piétons, motards, ou simples automobilistes L’objectif ? Faire émerger différentes « bonnes idées » afin d’améliorer la sécurité routière. Hier, l’organisation a ainsi dévoilé un livret récapitulant les mesures ayant retenu son attention (PDF). Plusieurs d’entre elles concernent d’ailleurs les nouvelles technologies.

Équipements des véhicules

Promouvoir l’équipement des véhicules en systèmes d’alerte électronique de franchissement involontaire de ligne. Il est ici question de dispositifs avertissant les conducteurs lorsqu’ils franchissent une ligne continue ou discontinue sans activer leurs clignotants, et ce au moyen d’un signal sonore (« bip »).

 

Équiper les véhicules d’un système anticollision avec détecteur de piéton. L’association explique que ce type d’outil vise à avertir automatiquement les conducteurs grâce à un signal sonore dès que la présence d’un obstacle sur la trajectoire d’un véhicule ou un risque de collision est détecté via une caméra. Un tel système peut même être doublé d’un dispositif de freinage automatique d’urgence, lequel pourrait se mettre en marche si le chauffeur ne réagit pas aux alertes.

Outils d’aide à la conduite

Étayer l’info-trafic en temps réel. L’idée est de permettre aux conducteurs d’être parfaitement informés de ce qui se passe tout au long de leurs trajets (danger proche, accident, etc.). Cela pourrait passer par plusieurs voies. Premièrement, lorsqu’une alerte serait émise par la radio « Autoroute Info », il est proposé que l’autoradio soit automatiquement redirigé vers la fréquence de la station (FM 107.7). Deuxièmement, ce sont les technologies communicantes entre véhicules qui sont mises en avant. « À tout moment, un automobiliste équipé d’un outil d’aide à la conduite peut ainsi signaler à tout le réseau des abonnés des conditions de circulations inhabituelles (ralentissements, accidents, obstacles sur les voies, travaux en cours...) » fait valoir l’association.

 

Promouvoir les outils d’aide à la conduite calculant les distances de sécurité. Il s’agit ici de mettre en avant les instruments de mesure des distances de sécurité entre le véhicule dans lequel ceux-ci sont installés et le véhicule les précédant. Au cas où la distance de deux secondes ne serait pas respectée, un avertisseur sonore s’activerait. « Cela permettrait d’éviter la majorité des 46 accidents mortels provoqués par un choc arrière survenus en 2012 » affirme l’association.

 

Utilisation du téléphone portable

Généraliser l’usage du Bluetooth au sein des véhicules, afin que les conducteurs puissent téléphoner sans avoir à manipuler leurs appareils. « En admettant l’hypothèse des pouvoirs publics selon laquelle le téléphone tenu en main au volant serait à l’origine de 400 accidents mortels par an, cette mesure permettrait d’épargner 300 vies » affirme l’association.

 

Interdire le port d’écouteurs ou de casques audio. La proposition semble principalement tournée vers les personnes circulant à vélo. « Lorsqu’ils portent ce genre d’appareils, les cyclistes sont coupés de tous les bruits de la circulation, qui pourraient les avertir en cas de danger (bruits de freinage, avertisseurs sonores, interpellations...) » regrette ainsi 40 millions d’automobilistes, pour qui une telle interdiction permettrait de sauver au moins 25 personnes.

 

À noter que l’association met également en avant l’exemple de l’État de New York, qui a mis en place cette année une centaine d’aires de repos prévues pour permettre aux conducteurs d’utiliser leur téléphone portable.

Des suites plus qu'incertaines 

L’association espère maintenant que certaines de ces idées seront reprises par les pouvoirs publics, éventuellement sous forme de propositions de loi. Force est cependant de constater que les suggestions s’accumulent ces dernières années en matière de lutte contre l'insécurité routière (voir cette récente proposition d'un sénateur souhaitant interdire l'utilisation des téléphones portables aux piétons, ou bien cette association de lutte contre la violence routière qui voulait que YouTube et Dailymotion censurent les vidéos de chauffards), sans pour autant forcément arriver à percer.


chargement
Chargement des commentaires...