NVIDIA dévoile ses armes de fin d'année et son outil de capture ShadowPlay

FRAPS is dead 28

La concurrence a du bon, on ne le dira jamais assez. Ainsi, après une période d'accalmie surtout remplie de renommages en tous genres, la bataille entre AMD et NVIDIA reprend de plus belle. Mais alors que la course à la performance devrait battre son plein l'année prochaine, c'est sur d'autres terrains que les deux sociétés s'affrontent en ce moment.

La performance n'est pas tout. C'est en substance ce que semble avoir décidé d'annoncer NVIDIA lors de sa conférence de Montréal. Organisée en réponse à celle de Hawaii par AMD, elle avait principalement pour but de montrer que l'engagement de la société dans le milieu vidéoludique était toujours entier. L'occasion aussi pour nous de constater que les deux sociétés avaient des stratégies radicalement différentes pour cette fin d'année.

Radeon R9 290X

La Radeon R9 290X d'AMD

Du côté des produits, rien de révolutionnaire. NVIDIA avait levé le voile sur son monstrueux GK110 il y a quelques mois, AMD a répondu avec sa puce Hawaii. Une démesure en termes de performances, mais au prix d'une nuisance sonore importante malgré une température de fonctionnement assez importante. En face, on indique avoir privilégié le silence et viser les 80°C maximum, quitte à être parfois en dessous au niveau des fps affichés.

AMD et NVIDIA inversent leurs rôles et ajustent leurs offres

Le prix et le bundle sont aussi l'objet d'une grande différentiation. AMD qui misait sur une pléthore de titres avec ses cartes a tout laissé de côté ou presque avec ses séries R7 et R9. Seule la R9 290X a ainsi droit au titre du moment : Battlefield 4. De son côté, NVIDIA avait été vertement critiqué ces derniers temps pour ne rien proposer de vraiment intéressant à ce niveau. Après un retour via un programme permettant d'obtenir Batman : Arkham Origins avec certains de ses produits, on a cette fois droit à deux ou trois jeux récents offerts, alors que les Américains ont en plus droit à une réduction sur la console Shield au passage :

GeForce Bundle Holiday 2013

Pour autant, cela ne suffit pas à rendre ses GTX 770, 780 et Titan compétitives face à la R9 290X et sans doute sa petite sœur qui sera dévoilée ce mercredi : la R9 290. Une baisse est-elle aussi prévue ? Jusqu'à maintenant, c'était motus et bouche cousue. Mais finalement, c'est bien le cas : la GeForce GTX 770 passe à moins de 285 € alors que la GTX 780 s'est adaptée à sa concurrente et débute désormais à moins de 470 €.

On apprend aussi que la GeForce GTX 780 Ti arrivera le 7 novembre à 699 $ afin de faire lien avec la Titan. On attendra de la voir arriver chez les revendeurs pour juger de son intérêt, mais elle aura fort à faire pour convaincre face à la concurrence forcément plus performante.

Sur le plan des technologies, AMD mise sur le futur, NVIDIA veut du concret

Mais le vrai terrain de bataille intéressant est celui des technologies, où les directions prises sont là encore quasiment à contre-courant. AMD s'est en effet focalisé sur des promesses, s'appuyant sur son intégration dans les consoles de jeux « Next Gen » et deux titres : Battlefield 4 ainsi que le prochain Thief. Le premier bénéficiera de l'API Mantle d'ici quelques mois, afin de disposer d'un fonctionnement plus efficace sur les Radeon exploitant une architecture GCN. Le second disposera d'un rendu sonore qui profitera de True Audio, le DSP intégré à certaines cartes (R7 260X, R9 290 et 290X).

De son côté, NVIDIA indique que le combat contre Mantle se fera en optimisant son pilote pour le support d'OpenGL, une API qui a l'avantage d'être multiplateforme et déjà largement utilisée. Est-ce que cela sera suffisant ou même pertinent ? Nous verrons bien, mais à l'heure de SteamOS, cela a du sens. Le caméléon continue aussi à mettre en avant ses solutions maisons intégrées à quelques titres comme le HBAO+ pour ce qui est de l'occlusion ambiante, la gestion des ombres, des godrays, le TXAA, PhysX, etc. L'un des exemples mis en avant est Assassin's Creed IV : Black Flag, mais Batman : Arkham Origins est aussi largement concerné comme le montrent ces vidéos :

Mais là où la marque semble vouloir continuer de taper fort, c'est sur les services rendus à ses clients. Cela avait notamment commencé avec la mise en place de GeForce Experience, qui profite de la large base de connaissance de NVIDIA en terme de réglages dans les titres de ses partenaires, afin de proposer les meilleurs compromis en quelques clics. Pratique, mais pas non plus de quoi changer radicalement la donne.

G-Sync fait envie, mais rien ne sera vraiment concret avant l'année prochaine

G-Sync a aussi été annoncé et, dès 2014, on devrait avoir des écrans qui devraient fonctionner de manière plus intelligente avec nos cartes graphiques. Mais comme pour AMD, on est là sur le terrain de la promesse puisqu'aucun tarif n'a été annoncé, rien ne sera réellement disponible avant quelques mois. 

NVIDIA G-Sync NVIDIA G-Sync

Un module G-Sync, qui sera intégré à plusieurs écrans d'ici le début de 2014

La Shield évolue dans le bon sens, mais n'est toujours pas proposée en France

On peut d'ailleurs ranger dans cette case tout ce qui concerne la console Shield. Bien qu'elle soit une réalité outre-Atlantique, on ne peut en profiter en France et il faudra sûrement attendre encore un peu. C'est d'autant plus dommage que la dernière solution GameStream de NVIDIA est plutôt convaincante.

En effet, si la Shield était déjà une console Tegra 4 sous Android à part entière, elle permettait aussi de jouer à distance à un titre PC à travers Steam et une machine équipée d'une GeForce GTX 650 au minimum. Mais désormais, il est aussi possible de la laisser branchée à proximité d'une TV, afin de diffuser son contenu sur cette dernière sans fil via la technologie Miracast (720p, 60 Hz). Cela concerne aussi bien les vidéos tels que ceux lus depuis YouTube que des jeux. Une manette sans fil peut d'ailleurs être utilisée en complément. Celle-ci doit fonctionner en Bluetooth et, pour le moment, seule la Nyko PlayPad Pro a été évoquée.

Notez qu'elle profite aussi d'une nouvelle fonctionnalité, le Gamepad mapper. Comme le propose Archos avec sa Gamepad 2 vous pourrez exploiter les boutons de votre console avec n'importe quel titre après quelques petits réglages. Notez que cette mise à jour du système apporte aussi le passage à Android 4.3 et la possibilité de déplacer des applications et les fichiers de jeux vers une carte microSD. 

Une mise à jour attendue des pilotes et de GeForce Experience

Mais ce qui nous intéressera le plus aujourd'hui est la mise à jour de GeForce Experience en version 1.7 livrée avec les pilotes WHQL 331.65. Celle-ci apporte quelques correctifs et le support de GameStream, ou encore des réglages optimaux pour ceux qui veulent jouer sur un écran 4K. On note aussi l'arrivée du LED Visualizer qui permet de jouer avec les LED de certaines GeForce et du pont SLI livré avec les Battlebox.

Mais c'est surtout ShadowPlay que nous attendions avec impatience. Annoncé avec les GeForce GTX 780, ce petit outil devait arriver cet été mais a été retardé. Il devrait permettre à de nombreux joueurs adeptes de la diffusion de leurs parties en ligne de souffler, car il exploite l'encodeur vidéo intégré aux cartes de la génération Kepler afin de soulager le CPU.

NVIDIA ShadowPlay

En effet, lorsque vous faites une capture via FRAPS, vous avez deux choix : réduire la définition ou le nombre d'images par seconde afin d'éviter une chute trop importante des performances, et de devoir acheter toute une batterie de disque dur. Pour le vérifier, nous avons utilisé notre machine de test à base de Core i7 3820, monté sur une carte mère ASUS Sabertooth X79 avec 8 Go de DDR3. Nous y avons installé une GeForce GTX 770 DirectCU II OC d'Asus et avons effectué des captures pendant la séquence de benchmark de DiRT : Showdown.

ShadowPlay : la fin de FRAPS pour ceux qui possèdent une GeForce, ou presque

Avec cette machine et les pilotes 321.18 nous obtenions un score de 120,28 fps en mode Ultra, 1080p, AA 4x et avec les fonctionnalités d'éclairage avancé de désactivées. Suite au passage aux pilotes 331.65, ce score n'a pas évolué. Mais pendant une capture FRAPS en 1080p @ 60 fps, nous avons noté une exploitation du CPU de 40 % même avant le lancement du score, et un résultat en forte baisse : 68 fps. Le fichier final obtenu pour un peu plus d'une minute de capture ? 5,36 Go. Résultat, il était préférable de passer par une acquisition externe via un second PC ou à des solutions plus complètes comme X-Split, qui coûte de 40 à 60 $ par an.

Nous avons ensuite tenté d'utiliser ShadowPlay qui s'active directement depuis GeForce Experience. Il est pour le moment précisé qu'il est en bêta, et il nécessite un minimum spécifique au niveau du matériel détaillé dans la partie « Mon équipement de l'application ». S'il vous manque un des éléments, cela vous sera indiqué et le bouton ShadowPlay de vous sera pas proposé, comme nous avons pu le vérifier avec un Pentium G3220 à 3 GHz d'Intel (génération Haswell). Une façon de faire assez restrictive que l'on ne peut que regretter :

 NVIDIA ShadowPlay NVIDIA ShadowPlay

Avec une machine compatible / Avec une machine au CPU non validé, le logo disparaît

Il existe aussi d'autres restrictions pour le moment. Si cela fonctionnera parfaitement en SLi, ce n'est pas le cas avec plusieurs écrans (Surround) et en 3D Vision (à venir). Les puces d'ordinateurs portables ne sont pour leur part pas encore gérées, et il faudra Windows 7 au minimum, ainsi qu'un jeu exploitant DirectX 9, 10 ou 11.

Un outil simple et efficace, qui devra tout de même encore un peu évoluer

Le fonctionnement de l'application est plutôt simple. Vous avez un bouton général permettant d'activer ou non ShadowPlay. Lorsque ce sera le cas, vous pourrez régler différents paramètres de manière directe. Les préférences, elles, vous permettront d'indiquer l'emplacement du logo d'activité (désactivable), le dossier ou sauvegarder des vidéos, les raccourcis claviers à utiliser, etc.

Deux modes de fonctionnement sont proposés. Le premier (ALT+F9) est manuel est vous permet de choisir quand activer le début et la fin de la capture. Le second (ALT+F10) par contre, récupérera les dernières minutes de jeu en fonction de ce que vous aurez indiqué dans « Durée copie ». De 1 à 20 minutes sous Windows 8, de 1 à 10 sous Windows 7.

Bien entendu, si vous avez opté pour 20 minutes et que vous ne jouez que depuis 10 minutes, la vidéo obtenue ne durera bien entendu que 10 minutes. Chaque nouveau fichier sera d'ailleurs stocké dans un répertoire portant le nom du jeu en cours de fonctionnement.

NVIDIA ShadowPlay

Vous pourrez aussi choisir de capturer ou non le son. Celui-ci sera toujours au format stéréo, 98 kb/s, 48 KHz. La qualité de la vidéo, elle, pourra évoluer selon trois niveaux. La définition ne changera jamais par contre en l'état actuel des choses : 1920x1080p @ 60 Hz.

  • Faible : 16 200 kb/s
  • Moyenne : 23 563 kb/s
  • Elevée : 52 110 kb/s

Autant dire que le premier pourra assez rapidement donner une bouillie de pixels. Le second niveau est un peu plus appréciable, mais à notre goût un peu trop proche du premier. On aurait aimé un juste milieu avant de doubler le débit nécessaire. Pour une capture d'une minute là encore, nous obtenions des fichiers de 133 Mo, 188 Mo et 423 Mo, respectivement. On était alors bien loin de celui de 5,36 Go récupérés avec FRAPS et aucun traitement secondaire n'est donc nécessaire avant un partage via YouTube par exemple.

Twitch et les adeptes du Screencast en ligne de mire

NVIDIA a évoqué l'arrivée d'une option permettant un fonctionnement de type screencast avec Twitch (qui a déjà noué un partenariat avec Intel autour de QSV tout comme X-Split), qui ne semble pas encore implémenté. Il est aussi impossible de capturer autre chose qu'un jeu pour le moment, comme l'écran de Windows par exemple. Cela devrait néanmoins arriver dans des mises à jour à venir.

Pour ceux qui voudraient voir le résultat, voici une vidéo YouTube de notre test en qualité moyenne. Vous noterez le score obtenu : un peu moins de 114 fps. Il était identique quelle que soit la qualité de capture, et la perte par rapport à nos précédents essais est donc de 5 %, ce qui est plutôt négligeable. NVIDIA de son côté indique un impact de 10 % au maximum. Nous tenterons d'autres analyses plus approfondies assez rapidement.


chargement
Chargement des commentaires...