Un sénateur songe à une interdiction des portables pour les piétons

Non mais allô quoi 491
Par
le lundi 07 octobre 2013 à 08:53

Mise à jour : Le sénateur Pierre Bernard-Reymond a expliqué vendredi au Dauphine Libéré pourquoi il avait suggéré au ministre de l’Intérieur d’interdire l’utilisation des téléphones portables pour les piétons. L'intéressé a ainsi raconté avoir récemment « pilé avec [son] véhicule pour laisser passer un type absorbé par sa conversation ». Après avoir fait valoir que sa démarche visait principalement à sensibiliser piétons et conducteurs, l’élu a également affirmé que si cela ne suffisait pas, « il faudrait alors ajouter un article à ce sujet dans le Code de la route, accompagné d’une sanction minime ».

Ne serait-il pas possible d’interdire aux piétons d’utiliser leurs téléphones portables lorsqu’ils marchent dans la rue, et ce au nom de leur propre sécurité ? Voilà l’idée que vient de suggérer un sénateur (non-inscrit) au ministre de l’intérieur.

passage piéton rue

 

Au travers d’une question écrite publiée hier au Journal Officiel, le sénateur des Hautes-Alpes Pierre Bernard-Reymond vient de demander à Manuel Valls « s'il n'estime pas utile, pour assurer une meilleure sécurité des piétons, de leur interdire l'usage du téléphone portable ». Cette interdiction serait envisagée dès lors que ces derniers « empruntent des voies ouvertes à la circulation automobile ou lorsqu'ils utilisent des passages protégés pour les traverser ». En gros, l’élu, qui soufflera ses soixante-dix bougies en janvier 2014, envisage une France dans laquelle personne ne serait autorisé à se balader dans la rue, sur un trottoir ou sur un passage piéton, en téléphonant.

 

S’il ne se penche pas sur les sanctions encourues éventuellement par quiconque braverait l’interdit, il prend quoi qu’il en soit le soin de préciser qu’il s’agit d’utilisation du téléphone, et non pas de sa possession. L’utilisation d’un portable - et a fortiori d’un smartphone - peut cependant être aujourd’hui très large : accès à Internet, photo, écoute de musique...

 

En décembre 2012, le député André Schneider s’inquiétait déjà des risques d’accidents chez les jeunes circulant sur la voie publique, écouteurs sur les oreilles. Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, avait alors répondu à l’élu en lui expliquant que les baladeurs numériques et les téléphones portables, considérés en sécurité routière comme des « distracteurs », faisaient l’objet de campagnes de sensibilisation et de prévention auprès des jeunes. Il n’était cependant pas question d’une interdiction, ne serait-ce uniquement pour les mineurs.

 

En attendant quoi qu’il en soit la réponse du ministre de l’Intérieur et son positionnement sur cette question, rappelons que la Prévention Routière conseille pour sa part aux piétons de simplement limiter l’usage des téléphones portables et des baladeurs numériques lorsqu'ils marchent dans la rue, ou d’au moins baisser leur volume sonore.

Dernière mise à jour le 07/10/2013 08:56:31

chargement
Chargement des commentaires...