Internet Explorer 6 passe sous la barre des 5 % à l'échelle mondiale

Une bien lente agonie 44
Par
le mercredi 02 octobre 2013 à 17:33
Vincent Hermann

Internet Explorer 6 est devenu l’incarnation d’un pan de l’histoire du web que beaucoup, surtout du côté des développeurs, rêvent de voir disparaître. Mais avec le passage sous la barre des 5 % d’utilisation, le destin du navigateur est presque accompli, au grand soulagement de beaucoup.

ie6

Internet Explorer doit son succès hors norme à son intégration au sein du système d’exploitation Windows. Pour une grande majorité d’utilisateurs, il n’était plus nécessaire d’aller chercher un logiciel tiers puisqu’il leur était servi sur un plateau. Dès lors, l’âge d’or d’Internet Explorer a commencé et a atteint son paroxysme avec la version 6, présente au sein de Windows XP. Pourtant, Microsoft s’est endormi sur ses lauriers, forçant les développeurs à progresser dans leurs créations en contournant les limites. On connait la suite : l’arrivée de Firefox, puis de Chrome, tour à tour responsables d’un effritement considérable de la part de Microsoft dans ce domaine.

Aujourd’hui, Internet Explorer 6 représente moins de 5 % de part de marché dans le monde selon Net Applications. Un effondrement qui est dû à plusieurs facteurs. Tout d’abord, l’impact de Firefox et de Chrome, dont les parts de marché n’ont fait que croître, au point d’ailleurs que le navigateur de Google est premier dans plusieurs pays désormais. Ensuite, le propre renouvellement d’Internet Explorer chez Microsoft, dont le rythme s’accélère d’ailleurs : la version 11, intégrée à Windows 8.1, sort à peine un an après la version 10.

ie6

 

 

L’un des facteurs principaux est également le propre cycle d’évolution de Windows. En effet, au fur et à mesure que les nouvelles versions du système sortent, la mouture fournie d’Internet Explorer est plus récente. Vista était par exemple fourni avec la version 7, tandis que Windows 7 intégrait Internet Explorer 8. Ceux qui ont suivi nos récentes actualités noteront toutefois qu’il existe un écart conséquent entre le nombre de machines sous Windows XP restant (estimée à 25 à 30 %) et la part d’Internet Explorer 6, signe que même les vieilles machines ont d’autres navigateurs plus récents.

Plus généralement, on note dans les statistiques qu’Internet Explorer reprend globalement du poil de la bête, avec une part mondiale de 57,80 %. Selon Ars Technica, il y a une raison simple à ce retour : la part des appareils mobiles a diminué dans la navigation globale, mettant ainsi plus en avant les ordinateurs et donc Internet Explorer.

Notez cependant que le fait qu’Internet Explorer 6 passe sous la barre des 5 % ne devrait rien changer du côté des développeurs web. Beaucoup ont déjà abandonné depuis longtemps son support et le mouvement s’est largement accéléré avec le HTML5.


chargement
Chargement des commentaires...