L’UFC allume l’impact « désastreux » du Linky sur la facture d’électricité

De l'eau dans le gaz 129

Alors que l’exécutif s’est engagé cet été à ce que les compteurs d’électricité « Linky » soient déployés sur l’ensemble du territoire d’ici sept ans, l’UFC-Que Choisir pousse aujourd’hui un coup de gueule. L’association de consommateurs affirme en effet que l’impact de cet appareil va se révéler « désastreux » sur les factures d’électricité.

compteur linky erdf edf

L’UFC-Que Choisir ne lâche pas le morceau face aux compteurs d’électricité dits « intelligents », également connus sous le nom de « Linkys ». Après avoir réaffirmé ses critiques en juillet dernier dans nos colonnes, et ce alors que le Premier ministre venait de promettre un déploiement complet de ces appareils d’ici 2020, l’association de consommateurs affûte aujourd’hui ses arguments à l’appui d’une étude réalisée sur un panel de 201 foyers français (PDF).

L’organisation prédit ainsi que l’arrivée des Linkys va se traduire par un surcoût dépassant les 500 millions d’euros par an pour les consommateurs, en tout cas au moins dans les premières années de déploiement de ces appareils. Pourquoi ? Parce que grâce aux informations révélées par ces nouveaux compteurs, beaucoup de clients vont être tentés de changer leur niveau de puissance afin de faire, au bout du compte, des économies.

545 millions d’euros de « frais cachés » selon l’UFC

Pour ceux dont la consommation est surévaluée et qui souhaiteraient bénéficier d’une réduction de leur prix d’abonnement, il faudra par exemple effectuer une demande de changement de puissance auprès d’EDF. « Actuellement, la modification de la puissance nécessite le déplacement d’un agent d’ERDF pour changer le réglage du disjoncteur et relever l’index. Cette prestation est facturée 36,21 € TTC par le gestionnaire de réseau ERDF » explique l’UFC-Que Choisir. « Les 18 % de ménages sursouscripteurs devront s’acquitter d’un montant de 179 millions d’euros pour bénéficier de l’abonnement qui correspond réellement à leurs usages... et obtenir 35 millions d’euros de réduction sur leur facture annuelle ! » regrette ainsi l’association de consommateurs. Cette dernière en conclut qu’il faudra donc plus de cinq ans aux consommateurs surtarifés pour pouvoir rentrer dans leurs frais.

308 millions d'euros supplémentaires pour les changements d'abonnement

Le calcul marche également dans l’autre sens : « Les 37 % de ménages français actuellement sous souscripteurs se verront facturer 366 millions d’euros immédiatement après la mise en place du compteur Linky » affirme ainsi l’association. Pour cette catégorie de clients, ceux dont la consommation est supérieure à celle prévue par leur abonnement, la facture devrait s’avérer encore plus salée selon l’UFC-Que Choisir.

L’association de consommateurs explique en effet que « le compteur Linky est beaucoup plus sensible que les compteurs actuels. Ainsi, au moindre dépassement, le compteur disjoncte ». Dès lors, pour éviter les coupures à répétition, une partie conséquente des ménages en question sera forcée d’opter pour un abonnement supérieur. « Les consommateurs concernés subiront, rien que sur le différentiel de prix des abonnements, un surcoût de plus de 308 millions d’euros par an, affirme ainsi l’UFC-Que Choisir. Cette estimation est la somme totale que devront payer les consommateurs après l’installation des 35 millions de compteurs Linky et la normalisation des abonnements. »

Surchauffe de la facture

Bref, la pilule passe vraiment mal pour l’association de consommateurs, d’autant plus que le Linky a parfois été présenté au public comme un compteur gratuit. L’UFC demande donc aux autorités et à la Commission de régulation de l'énergie (CRE) d’élaborer tout d’abord « une nouvelle grille tarifaire, avec des niveaux de puissance d’abonnement plus précis », et ce dans l’objectif que les consommateurs profitent d’un abonnement correspondant avec leur consommation réelle. Surtout, elle réclame « la gratuité de la prestation de changement de puissance deux ans après l’installation du compteur Linky, afin d’assurer un "réétalonnage" sans surcoût des abonnements ».

Si la publication de cette étude a des airs de coup de pied dans la fourmilière, elle ne fait guère frémir ERDF. Marc Boillot, directeur stratégie et grands projets de la société, a ainsi fait valoir auprès de nos confrères du Monde que le tarif du déplacement obligatoire en cas de modification de puissance était validé par la CRE. Il a surtout semblé dubitatif face aux chiffres mis en avant par l’UFC-Que Choisir, notamment en affirmant que « sur les 300 000 compteurs Linky déjà installés, l'augmentation de puissance n'a concerné que 0,88 % des foyers ».


chargement
Chargement des commentaires...