Vote électronique : un député remonte des dysfonctionnements persistants

Java de Broadway 56

Le vote électronique continue de susciter des suspicions, y compris chez les députés. Frédéric Lefebvre, élu en juin dernier dans la 1ère circonscription des Français de l’étranger (Amérique du Nord), s’inquiète en effet cette semaine de « dysfonctionnements » relevés lors des deux scrutins pour lesquels le vote électronique fut proposé cette année aux électeurs.

lefebvre frédéric pue député

 

Dans une question écrite publiée hier au Journal Officiel, l’ancien porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre rappelle au gouvernement que les dysfonctionnements constatés en juin 2012 sur le vote électronique résultaient « notamment du choix du logiciel Java ». Un problème déjà exposé au gouvernement en mars dernier par la députée socialiste Axelle Lemaire, laquelle représente les Français établis en Europe du Nord. À l’époque, l’élue expliquait que le système de vote électronique fonctionnait grâce à la version 1.6 de Java, alors que la plupart des ordinateurs étaient équipés d’une version plus récente, la 1.7. « Ce réquisit de configuration technique oblige les électeurs à installer une ancienne version du logiciel Java pour être en capacité de voter, ce qui n'est pas sans poser certains problèmes de sécurité » pointait ainsi la parlementaire.

 

Deux mois plus tard, la ministre des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, répondait à Axelle Lemaire, affirmant qu’une « mise à jour concernant la version 1.7 de Java » avait « été effectuée ». « Les difficultés évoquées précédemment ne devraient donc pas se reproduire » assurait alors le Quai d’Orsay.

 

vote électronique internet

 

Mais voilà que Frédéric Lefebvre vient doucher quelque peu les promesses de l’exécutif, en affirmant que suite au « second tour des élections partielles de juin 2013, de nombreux compatriotes résidant en Amérique du Nord l'ont à nouveau alerté sur ces dysfonctionnements ». Autrement dit, il y aurait toujours des soucis, au moins en ce qui concerne la circonscription du député UMP. Sans même demander d’explications sur les ratés qui lui ont été remontés, le parlementaire invite Hélène Conway-Mouret à bien vouloir lui indiquer si « les mesures nécessaires auront été prises pour améliorer les modalités du vote électronique » dans le cadre des prochaines échéances électorales.

 

À noter que l’élu se garde bien d’évoquer les conséquences de ces dysfonctionnements en terme d’égal accès au scrutin ou de sincérité de ce dernier. Et pour cause : il s’agit de l’élection l'ayant propulsé au Palais Bourbon !

 

Contacté en avril dernier par PC INpact, le ministère des Affaires étrangères affirmait qu'un audit de la solution de vote électronique serait réalisé dans le cadre des élections législatives partielles de juin 2013. Ce dernier pourrait donc éventuellement clarifier la situation. Le Quai d’Orsay mettait cependant en avant « des raisons de sécurité bien compréhensibles » pour justifier le fait qu’il ne diffuserait pas d’informations sur les résultats de cette évaluation. « Par contre, tous les résultats de cet audit, sans exceptions, sont transmis à la CNIL dès la fin des opérations » nous expliquait-on.


chargement
Chargement des commentaires...