Pour contrer PayPal, des banques françaises créent Paylib

Paytonretard 60
Nil Sanyas

Le hasard fait bien les choses. Alors que PayPal est en pleine polémique au sujet des données personnelles partagées avec Facebook ou encore Criteo, trois grandes banques françaises ont annoncé cette semaine le lancement d'ici peu de Paylib, un système de paiement en ligne sécurisé pour ordinateurs, smartphones et tablettes tactiles. Mais dévoiler un tel service fin 2013 n'est-il pas trop tard ?

 Paylib logo

De sérieux et nombreux concurrents

En matière de paiement en ligne, PayPal, détenu par eBay, est rapidement devenu une référence. Et il peut se targuer de compter des milliers de cybermarchands comme partenaires. Il faut dire que le service a déjà plus d'une décennie d'expérience et a pu compter très tôt dans sa carrière sur l'appui d'eBay pour se développer. Depuis, de nombreux concurrents se sont créés, par exemple Google Wallet, Skrill, Stripe, Neteller, Cards Off, Paymill, etc. Il existe en fait des dizaines de concurrents à travers la planète (dont certains sont Français), même si tous n'ont pas la même présence géographique que PayPal, ni les mêmes partenariats.

Face à de tels rivaux, Paylib a-t-il des chances, au moins en France ? Développé par BNP Paribas, la Société Générale et La Banque Postale, le service sera déployé au sein de certains cybermarchands français au début du mois d'octobre, et d'autres suivront lors des prochains mois. Nous parlons ici d'e-commerçants majeurs comme Vente Privée, Voyages-SNCF.com ou encore Priceminister, sites qui ne proposent d'ailleurs pas tous PayPal. Les trois banques, qui regroupent près d'une vingtaine de millions de clients particuliers, proposeront dès la fin du mois une application mobile dédiée, ou elles intègreront le service dans leur propre application.

Le service fonctionnera comme PayPal, à savoir qu'il ne nécessitera pas la saisie des coordonnées bancaires pour chaque paiement en ligne. « Le client active le service dans le site internet ou sur l’application mobile de sa banque en quelques clics : il crée ses identifiants Paylib, choisit la carte bancaire souhaitée pour réaliser ses transactions, puis valide son adhésion au service » explique le communiqué des trois banques. Ces dernières précisent qu'un logo Paylib sera visible sur chacun des sites partenaires.

Selon la BNP, La Poste et la Société Générale, l'avantage de Paylib, contrairement aux autres services équivalents, est que les données bancaires du client sont conservées dans sa propre banque. « Le particulier a ainsi un seul interlocuteur : sa banque » résume-t-on. Pour les cybermarchands, le site met en avant sa simplicité d'installation, la garantie de la banque sur les paiements Paylib et une analyse des risques intégrée à la solution. Nous ne savons toutefois pas quels sont les niveaux de commissions prélevées auprès des commerçants.

Un service ouvert aux autres banques françaises

Bonne nouvelle pour Paylib, le service n'est pas fermé aux trois banques citées ci-dessus. D'autres établissements bancaires peuvent donc rejoindre l'aventure. LCL, le Crédit Agricole, la Banque Populaire ou encore le Crédit Mutuel-CIC pourraient ainsi renforcer Paylib, ce qui permettrait à ce dernier d'avoir de réelles ambitions en France. Dans le cas contraire, Paypal, qui compte plus de 193 millions de clients dans le monde - dont 8 millions dans l'Hexagone, ne risque pas de trembler.

Néanmoins, les autres banques ne rejoindront pas forcément Paylib. En effet, certaines d'entre elles ont déjà développé leur propre service de paiement en ligne. C'est par exemple le cas de S-Money, service du groupe BPCE et donc proposé par la Banque Populaire et la Caisse d'Epargne. Le Crédit Agricole et LCL utilisent pour leur part Kwixo. En cas de succès de Paylib, il est possible que ces quatre banques abandonnent leur service. Néanmoins, encore faudrait-il que le nombre de partenaires augmente rapidement. Kwixo compte en effet déjà plus 800 partenaires, dont la Camif et GrosBill.


Rajoutons qu'il y a deux ans, Orange, SFR et Bouygues Telecom, en partenariat avec Atos, dévoilaient Buyster, un service concurrent de PayPal fonctionnant sur mobile et comptant de nombreux partenaires (Boulanger, But, Conforama, Kiabi, RueDuCommerce, Priceminister,...). Il a l'avantage de fonctionner avec n'importe quelle banque, à l'instar d'autres services équivalents.


chargement
Chargement des commentaires...