Du crowdfunding pour AdBlock : la guerre des outils anti-pub aura-t-elle lieu ?

AdBlock, inspiré par Adblock Plus, le dérivé d'Adblock. C'est simple non ? 77

AdBlock, qu'il ne faut pas confondre avec Adblock Plus, vient d'annoncer le lancement d'une campagne de financement participatif. L'objectif ? Diffuser des publicités afin de faire la promotion d'un internet sans publicité. Une décision qui peut apparaître comme étrange, mais qui semble surtout indiquer que les différents acteurs de ce marché semblent bien décidés à se démarquer les uns des autres afin d'attirer plus d'utilisateurs.

Si l'on utilise le terme « Adblock » de manière assez générique lorsqu'il s'agit d'évoquer les outils permettant le blocage de la publicité, les choses sont bien moins simples dans la pratique. Au départ, cette dénomination était en effet utilisée pour une extension Firefox qui a été plus ou moins abandonnée au début des années 2000. C'est alors un « fork » qui a pris le relai : Adblock Plus, aussi connu sous le petit nom d'ABP.

Adblock, Adblock Plus et les dérivés... une histoire compliquée

Lors de sa création, en 2004, elle a rencontré un succès assez fort en raison de fonctionnalités supplémentaires plutôt pratiques : une meilleure interface, la possibilité de créer et d'utiliser des listes de filtres, la liste blanche, etc. On en était alors à la version 0.5 et le développeur principal était Michael McDonald. Mais une nouvelle scission a eu lieu, et deux visions s'opposaient alors. Ceux qui voulaient garder la base du code d'Adblock et relancer le projet, ce qui était son cas, et ceux qui voulaient repartir de zéro. C'était la position d'un certain Wladimir Palant qui a donc pris en charge Adblock Plus dès la version 0.6 en 2006. De son côté, McDonald a décidé avec d'autres de recommencer à améliorer Adblock.

La suite est plutôt connue puisqu'Adblock pour Firefox n'existe plus et c'est désormais ABP qui fait les gros titres et dispose d'une position de leader de ce « marché ». À l'heure où nous écrivons ces lignes, l'extension est en effet la plus populaire pour ce qui concerne le navigateur de Mozilla avec 15 169 470 utilisateurs sur les 30 derniers jours. Elle n'est par contre que seconde sous Chrome avec 24 932 avis et plus de dix millions d'utilisateurs. Elle est néanmoins présente sur d'autres plateformes comme Internet Explorer ainsi qu'Android par exemple.

Adblock Plus Stats

Bien entendu, des dizaines de dérivés existent, projet open source oblige, l'un des plus célèbres d'entre eux est sans nul doute Adblock Edge. Il est en effet né à un moment clef de l'histoire d'Adblock Plus : celui de l'introduction des filtres vantant la « Publicité raisonnable », ce qui n'avait pas plu à tout le monde à l'époque. Les récentes questions (voir notre actualité) autour du financement d'EYEO (la société derrière ABP gérée par Palant et Till Faida depuis 2011) et ce filtre lui on profité, mais au final il ne cumule que 319 721 utilisateurs sous Firefox soit à peu près autant qu'un Adblock Pro, une autre déclinaison sous Chrome.

AdBlock pour Chrome : un petit nouveau à succès, qui fait dans le crowdfunding

Si tout cela n'était pas assez compliqué, nous avons aussi eu droit à l'arrivée d'un nouveau projet en 2009 au nom plutôt original : AdBlock. Créé par Michael Gundlach et sa femme, Katie qui ont eu la chance de tomber sur un nom de domaine qui sonnait plutôt bien,  « Get AdBlock », et ont décidé de se lancer dans une aventure entièrement dédiée à Chrome puis à Safari et Opera. Il compte actuellement plus de dix millions d'utilisateurs dans le navigateur de Google (40 721 avis).

Bien que cela ne soit pas évoqué de manière claire sur le site (ce que l'on ne pourra que regretter), le code source est sous licence GPL v3 et disponible sur Google Code.

Mais si ABP a choisi un modèle hybride, qui s'appuie à la fois sur les dons de ses utilisateurs et les revenus d'EYEO, le couple a opté pour une approche différente. Ainsi, AdBlock pour Chrome est présenté comme un « pay-what-you-want software ». Ses utilisateurs peuvent donc l'utiliser gratuitement, mais aussi payer pour son usage s'ils le souhaitent, pour le montant qu'ils veulent.

AdBlock Chrome Pay what you want

Payer pour retirer la publicité : et pourquoi pas pour financer les sites ?

Dans les deux cas, on ne manquera pas d'apprécier l'ironie dans le fait de payer un service pour nous débarrasser de la publicité qui finance pourtant les sites que l'on visite (voir notre analyse). Même si nous avons toujours été les premiers à reconnaitre les abus de la presse en la matière, ou même les dérives du modèle publicitaire, il nous semblerait plus intéressant de dépenser toute cette volonté afin de lutter contre la publicité dans l'éducation des différentes parties (les sites et leurs visiteurs), l'aide à la conversion à des modèles sans publicité (Premium, Freemium, Paywall, etc.) et à la promotion de ceux-ci tant au niveau de leur intégration que de leurs effets.

Mais ce qui semble préoccuper l'équipe d'AdBlock pour Chrome, c'est plutôt la notoriété de son outil. C'est en tous cas ce que laisse penser l'arrivée d'une campagne de communication qui passe par du financement participatif. On pourrait imaginer que pour arriver à un tel but, il serait question de l'introduction de nouvelles fonctionnalités intéressantes dans l'extension, ou d'un changement de fonctionnement avec, par exemple, l'arrivée d'une liste noire (on ne fait que « punir » les sites qui abusent de la publicité, plutôt que de retirer ceux qui nous semblent aller dans le bon sens, lorsque l'on y pense), etc. Il n'en est rien.

AdBlock Chrome Publicité

Une publicité qui met en avant AdBlock, ou la fin de la publicité en ligne et le besoin d'un autre modèle ?

Financer une publicité pour lutter contre la publicité sur un site qui affiche une publicité

La campagne qui est annoncée a un but plutôt inattendu : financer une campagne de publicité. L'équipe détaille les choses assez clairement sur un site dédié : si plus de 80 millions d'utilisateurs ont déjà surfé sans publicité sur internet grâce à AdBlock, il n'est pas connu par sept internautes sur 10 (la source des chiffres n'est pas précisée). Il faut donc financer une publicité afin de faire connaître l'outil permettant de lutter... contre les publicités.

La campagne de décompose en plusieurs objectifs : 

  • 25 000 $ : le minimum pour que la campagne démarre
  • 50 000 $ : une publicité sur un « Billboard » de Time Square
  • 150 000 $ : une pleine page dans le New York Times
  • 4 200 000 $ : un spot TV pendant le Super Bowl

Actuellement, 1943 contributeurs ont participé, pour un montant total de 33 865 $, soit une moyenne de 17 $. Il reste actuellement 27 jours à la campagne pour se dérouler, celle-ci ne passant pas par une plateforme en particulier, mais par un site mis en place pour l'occasion.

Aucun détail n'est donné sur la manière dont seront diffusées les bannières sur les différents sites pour la campagne en ligne. On sait juste que les donateurs pourront voter pour les sélectionner. Il sera intéressant de voir si la liste est publiée une fois l'opération terminée. De nombreuses contreparties sont proposées, de 1 $ à 13 371,57 $ permettant d'obtenir un t-shirt, un autocollant, une version personnalisée de l'extension, une discussion avec les membres de l'équipe, etc. 

On s'amusera d'ailleurs au passage que le site en question fasse la promotion d'un autre projet soutenu par le couple : Scouter, une application permettant d'exécuter plusieurs tâches en même temps sur l'écran de votre téléphone :

AdBlock Chrome Crowdfunding 

La publicité c'est le mal. Bon, sauf pour les copains

L'initiative elle-même a-t-elle pour but de promouvoir l'idéal recherché (la fin de la publicité en ligne) ou l'outil qui permet d'y arriver sous Chrome (AdBlock) au détriment de ses « concurrents » ? Là encore, rien n'est détaillé pour le moment. Mais dans un contexte où Adblock Plus fait souvent les gros titres et office de référence du fait de son côté multiplateforme, cela donne l'impression qu'il est surtout question de montrer des muscles face à une concurrence de plus en plus imposante. 

ABP dispose en effet d'une capacité de communication bien plus forte et même d'agences locales qui lui permettent de relayer ses évolutions et points de vue (Eliotrope pour la France). Une manière de gagner du terrain qui pourrait faire du tort à AdBlock qui a sans doute besoin d'être mis sous les feux de la rampe à son tour pour continuer de séduire un public plus large. En soi, le lancement de cette campagne de crowdfunding est déjà l'assurance d'une mise en avant importante.

Promouvoir un internet sans publicité : oui, mais en posant les bonnes questions

Mais si l'on comprend les motivations des solutions permettant le blocage de la publicité, on aurait néanmoins apprécié que l'initiative soit plus complète, car, au final, elle ne fait que proposer la promotion d'un outil qui ne répond que partiellement au problème posé. La page du projet de financement indique en effet une volonté de « remodeler Internet » en supprimant la publicité afin d'en faire un endroit meilleur pour chacun d'entre nous. 

AdBlock Chrome Crowdfunding FAQ

Les questions de la FAQ ne se préoccupent que d'AdBlock, mais pas du problème qu'il souhaite résoudre

Vient alors la question du financement des contenus. Certes, il existe du contenu gratuit et sans publicité de qualité. Certains blogs ou sites de passionnés en sont le parfait exemple. C'est d'ailleurs un point qui avait été largement soulevé suite à notre analyse de l'état du monde des podcasts, et de sa peine pour ce qui est de se professionnaliser. 

Mais cette question, AdBlock ne la pose pas, et ne veut sans doute pas se la poser. Qu'adviendra-t-il de cet Internet remodelé si tout le financement doit passer par les lecteurs uniquement ? Arriveront-ils à subvenir aux besoins des sites qu'ils visitent au quotidien et de rédactions composées de 10, 20, ou même de centaines de journalistes comme c'est le cas dans la presse généraliste ? Sinon, est-ce que l'on assistera à une conversion de la publicité qui sera au cœur des contenus comme cela commence à être le cas, le tout étant bien plus complexe à bloquer ? Ou est-ce qu'il faudra en passer par une diversification des revenus qui amènera aussi, sans doute, son lot de conflits en tout genre ?

On aimerait ainsi que, plutôt que de chercher à faire financer une publicité pour faire la promotion de son outil, l'équipe derrière AdBlock pour Chrome cherche à sensibiliser de manière massive sur les problèmes que pose la publicité lorsqu'il s'agit du financement des contenus et la promotion de réelles alternatives, à un niveau global. 

Nous avons interrogé l'équipe sur le sujet. Nous sommes dans l'attente de leurs réponses.


chargement
Chargement des commentaires...