Apple rachète l'application Embark pour compléter son service Plans

La route est encore longue 35
Vincent Hermann

Lorsque Apple a lancé la version 6 de son système d’exploitation iOS, l’une des nouveautés phares était l’application Plans. Remplaçant brutalement Google Maps, intégré jusque-là, elle s’est rapidement attiré les foudres et les moqueries des utilisateurs. Durant son mea culpa, Apple avait recommandé plusieurs applications, dont l’une nommée Embark. Désormais, cette dernière fait partie du portefeuille de Cupertino.

ios plans

Vue 3D du coeur de Manhattan

Un lancement catastrophique 

Le lancement de la nouvelle application Plans s’était relativement mal passé pour Apple. Manque d’informations et erreurs en tous genres, elle avait attiré les railleries des utilisateurs, provoquant l’émergence de blogs consacrés à ses pires trouvailles : rivières déplacées, ponts brisés, montagnes pointues et parkings sous-marins étaient alors courants. Évidemment, depuis, le service s’est largement amélioré, mais il est difficile de rattraper le gros retard sur Google Maps, qu’elle remplaçait pourtant.

Peu de temps après la disponibilité de Plans, la situation est devenue assez difficile dans les médias pour que le PDG de la firme, Tim Cook, présente en personne ses excuses. Le responsable du développement avait par la suite été licencié et Apple était finalement allée jusqu’à recommander des applications tierces pour compenser la mauvaise qualité de la sienne.

Apple rachète aujourd'hui ce qu'elle a promu hier 

Ces applications recouvraient plusieurs aspects, mais l’un en particulier provoquait la colère des utilisateurs : le manque d’informations sur les conditions de circulation. Parmi les applications recommandées, l’une en particulier revient sur le devant de la scène : Embark. Car elle appartient désormais à Apple qui l’a récemment rachetée pour une somme non communiquée.

L’information, révélée par Jessica Lessin, n’est selon elle pas si étonnante. Embark est initialement une start-up de la Silicon Valley et compte dans ses investisseurs Y Combinator, SV Angel et surtout BMW Group. Quand ce dernier a investi pour la dernière fois en novembre dernier, l’application compte environ 500 000 d’utilisateurs. Seulement voilà, l’entreprise aurait eu du mal à trouver un vrai modèle économique, affaiblissant sa valeur et engendrant un désir de vendre.

Cinq sociétés en quelques années 

Il s’agit donc pour l’instant de la cinquième société qu’Apple rachète pour enrichir son propre service de géolocalisation et de cartes. Plus tôt dans l’année, elle avait acquis WifiSlam. En 2011, deux entreprises de modélisation 3D avaient été rachetées, Poly9 et C3 Technologies, dont les travaux se retrouvent dans les bâtiments en 3D des villes compatibles avec la fonctionnalité.

Apple, comme d’habitude, n’a pas souhaité donner de détails sur le transaction : « Apple rachète de temps en temps des sociétés technologiques plus petites, et nous ne commentons généralement pas nos plans ou nos objectifs ». Cela étant, l’objectif semble être toujours le même : enrichir Plans et le doter de fonctionnalités qui éviteront aux utilisateurs d’aller voir ailleurs. Cependant, sur la précision des informations et le seul nombre de rues connues, l’application d'Apple aura encore fort à faire pour rattraper Google Maps.


chargement
Chargement des commentaires...