Windows XP : au-delà du 8 avril, les nouvelles failles seront permanentes

Puisqu'on vous le dit 246
Vincent Hermann

On parle depuis de nombreuses années de la fin du support technique pour Windows XP, qui signera la vraie mort du système. Pourtant, Microsoft en remet une couche, en annonçant cette fois clairement la couleur : au-delà du 8 avril 2014, Windows XP sera laissé ouvert aux nouvelles failles qui y seront détectées.

windowsxp

Bientôt douze longues années de bons et plus ou moins loyaux services 

Windows XP est un système d’exploitation dont Microsoft rêve la mort depuis presque aussi longtemps que pour Internet Explorer 6. Le vieux Windows, qui date de 2001, garde une part de marché qui oscille entre 35 et 40 % en fonction des régions du monde, même si tous ces chiffres sont en constante diminution. Depuis Windows XP, trois versions majeures du produit sont sorties : Vista, Windows 7 et Windows 8. Ce dernier aura d’ailleurs bientôt droit à une évolution importante, Windows 8.1, prévue pour le 18 octobre.

Depuis longtemps, le problème de Windows XP est l’inertie écrasante qu’il a créée autour de lui. Les technologies ont évolué pour s’adapter aux nouveaux Windows et tirer parti des API (Application Programming Interface) qui ont été introduites, mais une entreprise possédant un parc applicatif donné réfléchira à deux fois avant de basculer sur un système plus récent. À nouveau Windows, nouvelles applications et/ou batterie de tests plus ou moins lourds pour déterminer la cohérence de l’ensemble. De fait, la migration d’un parc peut s’avérer un processus particulièrement long et coûteux, sans parler de la formation du personnel.

Attendre la fin du support ou celle... du matériel 

Et pourtant, pendant que les entreprises et le grand public réfléchissent, le temps file. Dans moins de huit mois, le support technique de Windows XP s’arrêtera totalement. La conséquence la plus directe est que plus aucune faille de sécurité ne sera corrigée, qu’elle soit 0-day (et donc déjà exploitée) ou pas. C’est la teneur du message de Microsoft sur son blog officiel, pour tenter encore une fois d’accélérer le processus de mise à jour.

Tim Rains, le directeur de la division Trustworthy Computing, indique être conscient que de nombreuses entreprises sont en pleine migration ou travaillent sur un tel plan. Il se dit cependant inquiet de celles qui ont annoncé ne pas s’en occuper avant que le support technique n’arrive à son terme, autrement dit jusqu’à ce qu’elles soient au pied du mur. Il indique par ailleurs qu’une partie des utilisateurs fonctionnera malheureusement de la manière la plus naturelle qui soit : ils attendront que l’ordinateur lui-même rende l’âme. Or, en considérant la vitesse à laquelle un système s’encrasse une fois qu’il est infecté, il y a fort à parier que l’année 2014 verra une chute drastique de la part de marché de Windows XP.

Windows XP laissé aux quatre vents l'année prochaine 

Car il faut bien comprendre qu’à partir du moment où les brèches de sécurité ne seront plus corrigées, Windows XP deviendra virtuellement impossible à défendre, à moins de couper l’accès Internet à la machine. Qu’importe que le Service Pack 3 et les derniers patchs soient installés, qu’importe la présence d’un puissant antivirus ou d’un bon pare-feu : tôt ou tard, une faille sera exploitée. D’autant que Tim Rains le dit sans ambages : Windows XP n’est tout simplement pas à la hauteur de la complexité des attaques d’aujourd’hui.

Techniquement, si la machine n’est pas trop ancienne, une migration vers Windows 7 ou 8 est envisageable, dès lors que l’on possède au moins 2 Go de mémoire vive. Sachez seulement que cette mise à jour ne sera pas douce : ces systèmes ont des bases techniques très différentes et seules les données personnelles seront sauvegardées durant l’opération. Idem dans le cas d’un passage à Linux : il faudra nécessairement prendre de nouvelles habitudes. L’un dans l’autre, la fin du support de Windows XP provoquera chez une partie des utilisateurs un certain choc.


chargement
Chargement des commentaires...