L'Union européenne, cible de choix pour le renseignement américain

Là encore, une question de sécurité nationale ? 67
Vincent Hermann

Alors que la NSA tente d’expliquer ses activités ainsi que sa bonne foi, des informations contraires sont publiées sur la base des documents d’Edward Snowden. C’est ainsi que le journal allemand Der Spiegel révèle que l’Europe était une cible prioritaire pour l’agence de renseignement.

nsa

Crédits : Greg Goebel, licence Creative Commons

La NSA a beau se débattre sur le plan de la communication, elle va devoir encore combattre les doigts accusateurs pointés vers ses activités. Alors que ses responsables, dont le directeur Keith Alexander, ont dû se justifier à plusieurs reprises devant un Congrès américain cherchant à en connaître l’efficacité, le gouvernement américain tente d’apaiser les débats, notamment vis-à-vis d’une Europe largement ciblée par cette surveillance. Barack Obama a ainsi appelé à une révision de la loi Patriot Act et a demandé à la NSA de nommer un responsable de la vie privée.

Parallèlement, The Guardian a révélé, sur la base de documents fournis par Edward Snowden, que la NSA avait fait réviser la fameuse Section 702 de la loi FAA (FISA Amendment Act) : plutôt que de se limiter aux données étrangères, la NSA a théoriquement le droit de lancer des requêtes concernant les citoyens américains. Seule barrière pour l’instant : un processus de supervision doit être mis en place pour qu’aucun débordement n’ait lieu.

Politique étrangère et commerce international

Mais Der Spiegel y va de ses propres informations, là encore obtenues via les documents d’Edward Snowden. Selon le journal allemand, la NSA se sert de grades pour représenter l’importance des objectifs, plus précisément de 1 à 5, 1 représentant le plus haut intérêt possible, alors que 5 indique une information d’intérêt faible.

Dans le cas de l’Europe, la NSA surveille les différentes activités des pays membres, ou de l’Union dans sa globalité. Ainsi, tout ce qui touche aux nouvelles technologies, à l’énergie ou à l’alimentation ne représente qu’un faible intérêt, avec un grade 5. Cependant, la politique étrangère, le commerce international et la stabilité économique sont au grade 3, signalant des informations importantes. Même les pays ne sont pas tous au même rang de priorité. L’Allemagne et la France sont ainsi aussi prioritaires que l’est le Japon, tandis que l’Espagne et l’Italie le sont moins.

Le problème pour la NSA est que les informations de Der Spiegel contredisent directement le message de l’agence : la lutte contre le terrorisme et pour la sécurité nationale. Les thèmes abordés relèvent davantage de l’espionnage et de l’obtention éventuelle d’avantages stratégiques, en particulier pour tout ce qui touche aux négociations. On se souviendra en particulier de la surveillance durant le G20 de 2009 des diplomates internationaux par les services secrets britanniques, en vue justement d’obtenir ce type d’avantage crucial.


chargement
Chargement des commentaires...