Un aveugle souhaite la mort des CAPTCHA qui bloquent la navigation

Refresh, refresh, refresh... 114
Vincent Hermann

Les CAPTCHA, ces fameux mots tordus que l’on retrouve sur les formulaires d’inscription, sont devenus monnaie courante sur le web. Conçus pour séparer les êtres humains des bots automatisés, ils sont devenus de plus en plus complexes. Désormais, une pétition attire l’attention : les CAPTCHA bloquent la navigation pour les aveugles et les malvoyants.

captcha gmail

La page d'inscription de Gmail

Toujours présents, malgré des solutions pour les remplacer 

Les CAPTCHA, pour « completely automated public Turing test to tell computers and humans apart », sont des tests conçus pour bloquer le passage des bots. Particulièrement utilisés dans les formulaires d’inscription pour empêcher la création automatique de centaines de milliers de comptes sur les réseaux sociaux et les webmails, ils sont relativement efficaces. Ils sont cependant parfois complexes, même pour l’œil humain qui peut échouer à reconnaître les caractères déformés.

Ce défaut des CAPTCHA a régulièrement été pointé du doigt. Beaucoup travaillent sur des solutions différentes, plus ludiques et offrant toujours un moyen simple de reconnaître l’être humain de l’ordinateur, en exploitant les facultés cognitives le plus souvent. On se souvient notamment de la technologie PlayThru, une sorte de petit jeu développé en HTML5 et qui demandait la réalisation de tâches simples.

Non adaptés aux aveugles et malvoyants 

Mais les CAPTCHA, en plus de se révéler parfois pénibles, peuvent totalement bloquer la navigation. Wayne Hawkins a souhaité attirer l’attention du public en proposant une pétition dont l’objectif est clair : tuer les CAPTCHA. Ces derniers sont en effet devenus l’ennemi de tous ceux souffrant d’un handicap des yeux.

captcha

« CAPTCHA : c’est le nom de ces tests pénibles qui vous demandent d’entrer une suite de lettres et de chiffres, souvent illisibles, avant de vous laisser acheter quelque chose sur le web, publier des messages en ligne, s’enregistrer sur des services internet tels que Skype et Gmail, s’inscrire à des newsletters et même accéder à des services gouvernementaux ou contacter des élus. »

Pour comprendre le problème, il faut savoir que les aveugles et les malvoyants s’appuient largement sur des solutions de lecture vocale du contenu affiché à l’écran. Quand ladite solution rencontre un CAPTCHA, elle est évidemment incapable de reconnaitre les caractères. Wayne Hawkins précise bien que des versions « audio » des CAPTCHA ont été mises en plus pour pallier ce problème, mais dans le cas de Skype par exemple, l’écouter vingt fois n’a pas permis de le comprendre.

Une pétition pour attirer l'attention 

Cet Australien particulièrement remonté rappelle d’ailleurs que le W3C lui-même connaît la problématique depuis longtemps. Le consortium recommande d’ailleurs d’utiliser d’autres méthodes, plus simples, à l’instar de l’envoi d’un lien d’activation par email. Pour autant, et malgré des solutions innovantes pour les remplacer, les CAPTCHA sont partout. Et non seulement leur utilisation reste élevée, mais ils deviennent progressivement plus complexes, pour déjouer des bots toujours plus évolués.

Hawkins souhaite réunir 10 000 signatures sur sa pétition, et il a réalisé pour l’instant 10 % environ de son objectif. Son explication s’accompagne en outre d’une lettre ouverte destinée aux PDG de Google, Microsoft, Yahoo!, eBay, Twitter, Yelp ainsi que Facebook, dans laquelle il demande que des « alternatives accessibles » soient trouvées.


chargement
Chargement des commentaires...