Norme S-ATA 3.2 : SATA Express, microSSD et amélioration pour le RAID

Parfait donc pour un RAID de microSSD en SATA Express ? 17
Sébastien Gavois

La Serial ATA Internationnal Organization, plus connue sous ne nom SATA-IO, vient de mettre à jour la norme S-ATA, qui passe pour l'occasion en 3.2. Au menu, nous avons une intégration du SATA Express et de sa bande passante à 4 Go/s, des améliorations pour les disques durs hybrides ainsi que pour la reconstruction d'un RAID.

Il y a plus de quatre ans que la norme S-ATA 3.0 est en place. Sa grande nouveauté était d'apporter un débit doublé par rapport au S-ATA 2.0, en passant de 3 Gb/s à 6 Gb/s - soit environ 600 Mo/s dans la pratique. Deux ans plus tard, le S-ATA 3.1 arrivait afin d'ajouter l'USM (Universal Storage Module) et d'améliorer la prise en charge des SSD.

Le SATA Express désormais intégré au S-ATA 3.2 

Mais ces derniers se rapprochent de plus en plus de la limite de la bande passante disponible. Sous l'impulsion d'Intel, le SATA Express était dévoilé au début de l'année en proposant des débits pouvant atteindre pas moins de 4 Go/s. De plus, il permet d'exploiter des périphériques de stockage utilisant une interface PCIe, ce qui est le cas de certains SSD haut de gamme par exemple. 

sata express

Afin d'uniformiser tout ce petit monde, la SATA-IO vient d'annoncer la ratification de la norme S-ATA 3.2, qui inclut désormais le SATA Express. Ce n'est pas une surprise étant donné que l'organisation dispose du brouillon depuis le début de l'année déjà, mais cela aura finalement pris un peu plus de temps que prévu à finaliser.

Les microSSD au format BGA standardisés, la reconstruction de RAID plus rapide

Parmi les autres nouveautés annoncées, on note la standardisation du format microSSD, des SSD qui sont directement soudés à la carte mère en BGA. D'après l'organisation, cela permet de réduire l'emplacement nécessaire, mais empêche par contre tout remplacement, ce qui pourrait poser quelques problèmes en cas de panne par exemple. 

Les disques durs hybrides ne sont pas oubliés et, grâce à la technologie « Hybrid Information », la machine peut directement communiquer avec la partie SSD afin de transférer les informations relatives à la mise en cache. Les performances devraient être revues à la hausse, restera cependant à voir dans quelles mesures. 

Notez enfin la présence de « Rebuild Assist », un service qui permet d'améliorer la vitesse de reconstruction d'un RAID après un crash. Aucun détail supplémentaire n'est par contre donné. Nous avons contacté la SATA-IO afin d'obtenir de plus amples informations sur ce point.

Quid de la disponibilité ?

Quoi qu'il en soit, le fait que la norme S-ATA 3.2 soit ratifiée ne signifie pas qu'elle soit rapidement disponible sur nos machines et périphériques de stockage. En effet, pour une adoption de masse, il faudra que les chipsets d'AMD et d'Intel la gèrent, ce qui devrait encore prendre du temps notamment à cause des lourds procédés de validation. Les constructeurs tels que ASmedia ou encore Jmicron, pour ne citer que ces deux-là, pourraient bien proposer des cartes plus rapidement.

Le Flash Summit Memory, qui se tiendra à Santa Clara dans quelques jours, ainsi que l'IDF de San Francisco qui ouvrira ses portes en septembre, permettront peut-être d'en savoir plus.


chargement
Chargement des commentaires...