Signalement des tweets : Twitter monte au créneau au Royaume-Uni

Ouvrez ouvrez la cage à l'oiseau 7

Au Royaume-Uni, après une polémique relative à son dispositif de signalement des tweets, Twitter vient d'être contraint de monter au créneau pour calmer les esprits. Pourtant, on se souvient que lorsqu’il a subi des critiques similaires en France il y a plusieurs mois, le célèbre réseau social s’était montré plus discret.

justice CC BY-NC-SA 2.0

Crédits : mira - CC BY-NC-SA 2.0 - Flickr

 

Au cours de l’année 2012, ce sont de 1 716 affaires qui ont été traitées par les tribunaux anglais et gallois, et dans lesquelles les juges ont dû se pencher sur la licéité de messages envoyés via Internet (mails, réseaux sociaux, etc.) ou bien par SMS. C’est en effet le chiffre qu’a réussi à obtenir la BBC suite à une demande formulée auprès des autorités britanniques. On retiendra surtout que ce chiffre est en augmentation de plus de 11 % par rapport à 2011, ce qui n’est guère surprenant au regard de la place croissante prise par Internet et les nouvelles technologies (smartphones, tablettes...) dans les foyers occidentaux. Entre janvier et mai 2013, près de 600 dossiers ont par ailleurs atterri devant les différentes cours du Royaume-Uni.

Twitter pointé du doigt

La publication de ces chiffres se place toutefois dans un contexte particulier outre-Manche. Cela fait effectivement plusieurs semaines qu'une partie de l’opinion publique britannique s’élève contre le dispositif de signalement proposé par le réseau social Twitter, jugé trop inefficace. À l’origine de cette mobilisation, l’on retrouve l’histoire de la journaliste Caroline Criado-Perez, menacée et harcelée sur le site de mico-blogging. Depuis, une pétition sur Change.org a recueilli plus de 100 000 signatures dans l’espoir que l’entreprise américaine soit plus vigilante, mais aussi qu’elle permette à ses utilisateurs de signaler plus facilement les dérapages.

 

Lundi, le réseau social a pris les devants. Dans un billet intitulé « Nous vous avons entendu », Twitter assure qu’il fait de son mieux pour que ses conditions d’utilisation soient respectées (interdiction de proférer des menaces, de porter atteinte au copyright, etc.). En guise de gage de ses bonnes intentions, Twitter a promis que son nouvel outil de signalement individuel des tweets - qu'il dit instauré depuis trois semaines pour les iPhone et la version mobile du site - serait étendu aux smartphones fonctionnant sous Android ainsi qu’à son site traditionnel.

 

Twitter

Un dispositif de signalement également contesté en France

Tout ceci nous permet de souligner qu’en France aussi, Twitter a récemment été mis en cause pour son soi-disant laxisme en matière de retrait des tweets considérés comme illicites. L’on se souvient notamment de la tribune de la ministre des Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem, qui demandait en décembre 2012 à l’entreprise américaine de « trouver des solutions pour que des messages envoyés depuis notre territoire, dans notre langue et à destination de nos concitoyens ne portent pas une atteinte manifeste aux principes que nous avons fixés ». Depuis, une concertation a été lancée dans une grande opacité entre certaines associations, Twitter et l’exécutif, sans que les résultats attendus apparaissent clairement. Pour l’heure, l’on sait qu’une seule association, SOS Homophobie, bénéficie d’un statut de « signalant prioritaire » depuis mars. Le mois dernier, l’organisation nous confiait avoir réussi à obtenir la désindexation de quelques hashtags, mais aucun retrait de tweets.

 

Surtout, l’Union des étudiants Juifs de France (UEJF) a réussi ce mois-ci à obtenir de Twitter, après l'avoir traîné devant les tribunaux, qu'il améliore son dispositif de signalement des messages illicites. Jonathan Hayoun, président de l’association, nous expliquait le 12 juillet dernier que ce nouveau dispositif destiné à l’ensemble des utilisateurs du réseau social serait « mis en place très prochainement, un peu sur le mode de Facebook ». L'intéressé n'a pas pu être contacté afin de savoir s'il s'agissait des mesures annoncées cette semaine par Twitter. Sollicité à ce sujet par PC INpact, le réseau social s’est pour sa part refusé à effectuer tout commentaire supplémentaire. 


chargement
Chargement des commentaires...