USA : le Chromebook représente 25 % des ventes de portables sous les 300 $

Petit à petit, l'ombre de Google grandit 40
Nil Sanyas

Alors que le secteur des PC souffre ces derniers trimestres, un produit en particulier voit ses ventes augmenter : le Chromebook. Le PC portable de Google, qui compte une poignée de partenaires, représenterait même déjà entre 20 et 25 % des ventes d'ordinateurs portables aux États-Unis selon l'institut NPD, relayé par Bloomberg.

chromebook samsung

Une visibilité plus forte

Les Chromebook, ces ordinateurs basés sur Chrome OS, très dépendants d'internet et lancés en 2011, se sont longtemps écoulés à de très faibles quantités. Il faut dire qu'en dehors d'internet, acheter et plus encore voir un Chromebook était assez rare il y a encore quelques mois. Mais la disponibilité en magasins des Chromebook s'accroit et Hewlett-Packard et Lenovo ont récemment rejoint Acer et Samsung en tant que partenaires. Cette amélioration de l'offre, cumulée à une plus forte visibilité en boutiques et à une publicité accrue, a semble-t-il eu des conséquences plus que positives sur les ventes des Chromebook.

Selon l'institut NPD, ces ordinateurs portables ne cessent de gagner des parts de marché et représentent même entre 20 et 25 % de la gamme disponible sous les 300 dollars aux États-Unis. Une situation à moitié étonnante sachant que les Chromebook coûtent entre 200 et 300 dollars (hors taxe) outre-Atlantique, et que les netbooks se sont retirés du marché depuis l'arrivée de Windows 8. Les constructeurs de PC cherchent d'ailleurs plutôt à écouler d'autres types de gammes plus onéreuses, et en particulier les Ultrabook.

Une niche qui prend de l'ampleur

Bien entendu, et NPD le concède, les Chromebook ne représentent encore qu'une niche pour le moment : entre 4 à 5 % du marché total des ordinateurs portables outre-Atlantique. Mais cette niche a fortement augmenté en un an, et Google, accompagné de ses partenaires, commence enfin à convaincre les consommateurs que son système d'exploitation a de grands intérêts (vitesse, simplicité). Ceci malgré sa logithèque différente de Windows et son besoin plus élevé d'être connecté, tout du moins pour l'instant. Google a d'ailleurs réussi à convaincre le gouvernement malaisien d'équiper ses écoles de Chromebook, preuve qu'un marché existe bien pour ce produit.

Aujourd'hui, outre Internet, les Chromebook sont disponibles chez des géants comme Wal-Mart, Staples et Best Buy outre-Atlantique. En France, Darty et la Fnac proposent aussi dans leurs magasins les ordinateurs d'Acer, Samsung et HP. En ligne, hormis Google lui-même via le Play Store, Amazon, CDiscount et Pixmania en font de même. S'il manque encore de grandes enseignes, qu'elles soient en dur ou sur le web, il ne serait pas surprenant que dans les mois à venir, les Chromebook trouvent une nouvelle visibilité.

Améliorer les modes hors-ligne

Pour Google, l'objectif est désormais de proposer de plus en plus de logiciels et services accessibles hors ligne, ce qui est en réalité déjà le cas pour bon nombre d'entre eux pour la plupart des fonctions. Grâce à leurs tarifs agressifs et leur simplicité, de nombreux consommateurs devraient céder, d'autant plus que la crise perdure. Dans un futur plus ou moins proche, une montée en gamme est aussi probable, sans pour autant atteindre le grand écart réalisé par le Chromebook Pixel.

Concernant la France, aucun chiffre de ventes n'a été divulgué à ce jour. Les partenaires de Google restent muets sur le sujet lorsqu'ils sont interrogés. Le Chromebook, du fait d'une visibilité moindre qu'aux États-Unis, doit certainement être un succès plus confidentiel dans l'Hexagone. Néanmoins, une plus large disponibilité pourrait changer la donne.


chargement
Chargement des commentaires...