Intel rejoint l'A4WP sur la recharge sans fil : n'est-il pas déjà trop tard ?

On finira tous cuits avec toutes ces ondes 28
Damien Labourot

Intel vient d'indiquer qu'il rejoignait Samsung et Qualcomm au sein de l'A4WP, l'un des trois consortiums de constructeurs qui développent les fonctionnalités de recharge sans fil. Une arrivée qui risque de peser fort dans la balance, puisqu'intel peut en effet pousser ses partenaires du monde PC à le rejoindre.

Si la recharge sans fil est déjà présente au sein de terminaux comme le Nexus 4 de chez Google ou encore les Lumia 820 et 920 de chez Nokia, il n'en reste pas moins que l'on en est encore à un statut pour le moins embryonnaire. En effet, chaque constructeur souhaite développer sa propre technologie. Or, on le sait, pour qu'elle soit massivement adoptée, il faut qu'un écosystème se mette en place et qu'une seule soit retenue par l'ensemble. Les exemples de technologies mort-nées et pourtant très intéressantes sur le papier sont légion.

Galaxy S4 etui rechargement sans fil

le Galaxy S4 utilise la technologie Qi pour la recharge sans fil

Trop de consortiums pour un même but

Aujourd'hui, trois consortiums existent : le Wireless Power Consortium (WPC), Power Matters Alliance (PMA) et l'Alliance For Wireless Power (A4WP). Chacun de trois comprend de nombreux membres, comme on peut le voir ci-dessous. Des marques sont présentes dans deux, voire les trois associations. C'est par exemple le cas de LG ou encore de Samsung : 

Le premier travaille autour de la technologie « Qi », que l'on retrouve par exemple sur les Lumia de Nokia, mais aussi sur le Nexus 4 de LG / Google. Le second développe le « Power 2.0 ». Mais les deux utilisent le même principe tout en étant incompatibles : le rechargement par induction.

Le « Wireless Power Transfer » pour recharger plusieurs terminaux en parallèle

La troisième, qui compte donc désormais Intel dans ses rangs, va un peu plus loin puisqu'il est question d'une recharge qui exploite l'induction et la résonnance magnétique. Cette technologie porte le doux nom de « Wireless Power Transfer » et permet la recharge plusieurs terminaux en même temps. Mais il est aussi question de diffuser plus de puissance : 20 W maximum du côté de l'émetteur, 6 W pour le récepteur.

A4WP Wireless powerA4WP Wireless power

Intel avait d'ailleurs déjà démontré un tel principe lors du dernier IDF de San Francisco où un smartphone pouvait être rechargé sans fil dès lors qu'il s'approchait d'un portable. Mais surtout une couche logicielle de sécurité était nécessaire, et exploitant le Bluetooth, pour éviter que n'importe quel téléphone approchant déclenche le principe de recharge.

L'arrivée d'Intel va-t-elle changer la donne ? Pas si sûr...

Jusqu'ici Intel n'avait pas donné la direction qu'il souhait prendre, mais les démonstrations faites jusqu'ici lors de ses IDF montraient vers où il allait. Reste maintenant à savoir si son arrivée au sein de la l'A4WP va peser ou non dans la balance.

Intel Day 1 IDF Wireless Charging

Le géant de Santa Clara nous a souvent habitué à prendre son temps pour imposer ses idées. On a en mémoire les Ultrabook, le WiDi ou encore avant cela le Wi-Fi. Ce dernier s'était vraiment démocratisé lorsqu'il les a rendu impératifs dans ses portables estampillés Centrino. En outre, Intel peut très bien inviter les nombreux partenaires qui gravitent autour de lui à le rejoindre, ce qui pourrait avoir un poids certain dans la balance.

Mais on peut aussi voir l'avance du Wireless Power Consortium, qui dispose déjà de près de 235 produits certifiés, comme un réel leader à suivre sous l'impulsion de Nokia. Même si, au final, la technologie semble beaucoup plus simple et permet moins de choses que celle développée par Intel et ses partenaires.


chargement
Chargement des commentaires...