Wi-Fi 802.11ac : à défaut d'une norme, une certification. Quid des produits ?

La Wi-Fi Alliance en retard dans les ratifications ? 12
Sébastien Gavois

À défaut de publier la version finale du Wi-Fi 802.11ac, la Wi-Fi Alliance vient de donner le coup d'envoi de son programme de certification. Une première série de puces a d'ores et déjà été validée, ce qui signifie, entre autres, que le consortium atteste qu'elles peuvent communiquer entre elles.

Wi-Fi Certifiée

Wi-Fi 802.11ac : des débits jusqu'à 1,3 Gb/s et des fonctionnalités intéressantes

Le Wi-Fi 802.11ac n'est pas nouveau et certains constructeurs proposent déjà des produits exploitant cette norme depuis près d'un an. Pour rappel, elle permet d'atteindre des débits théoriques de 1,3 Gb/s. Notez que certains fabricants annoncent des produits à 1 750 Mb/s, mais il s'agit pour le moment d'une addition entre le Wi-Fi 802..11ac à 1 300 Mb/s et le Wi-Fi 802.11n à 450 Mb/s.

De plus, il propose certaines fonctionnalités intéressantes avec, par exemple, le Beamforming, qui permet d'optimiser le signal en direction d'un appareil précis. Pour autant, elle n'est toujours pas ratifiée par la Wi-Fi Alliance, le consortium en charge de son développement, et elle est encore au stade de brouillon pour le moment.

Buffalo conference Wi-Fi 802.11ac

Un programme de certification par la Wi-Fi Alliance, mais toujours pas de norme finale

Mais, probablement devant l'augmentation du nombre de produits annoncés comme prenant en charge le Wi-Fi 802.11ac, le consortium a décidé de mettre en place un programme de certification. Pour être validés, les produits doivent « réussir les tests d'interopérabilité développés par la Wi-Fi Alliance ». En effet, jusqu'à présent, rien ne permettait de savoir si des appareils Wi-Fi 802.11ac étaient parfaitement capables de communiquer entre eux. Surtout lorsqu'ils n'exploitaient pas la même puce.

Bien évidemment, se pose désormais la question de ce qu'il se passera une fois la norme définitive ratifiée, si des changements y sont apportés. Le consortium précise que « si les conditions du marché l'exigent, la Wi-Fi Alliance mettra à jour son programme afin d'inclure des fonctionnalités supplémentaires et d'assurer une rétrocompatibilité avec les appareils précédemment certifiés ». Une histoire qui n'est pas sans rappeler celle du Wi-Fi 802.11n...

Plusieurs puces déjà certifiées, ainsi que le smartphone Galaxy Mega 6.3 de Samsung

Quoi qu'il en soit, voici la liste des puces qui ont d'ores et déjà reçu leur certification 802.11ac, et qui sont donc parfaitement capables de fonctionner ensemble :

La première par exemple est présente au sein du routeur RT-AC66U d'ASUS, du WZR-D1800H de Buffalo et du R6300 de Netgear, ainsi que des nouveaux MacBook Air 13 et autres Airport Extreme d'Apple par exemple. De son côté, D-Link a plutôt décidé de faire confiance à Qualcomm avec le VIVE pour son routeur DGL-5500. Reste à voir si un nouveau firmware sera nécessaire afin de profiter pleinement de cette certification.

Du côté des smartphones, le Galaxy Mega 6.3 de Samung est d'ores et déjà certifié 80.211ac par la Wi-Fi Alliance (le Mega 5.8 est limitée au 802.11n pour rappel), mais rien n'est précisé concernant le Galaxy S4, pourtant lui aussi annoncé en 802.11ac par le constructeur.

Pour d'autres produits, la situation n'est pas vraiment la même. En effet, d'après Small Net Builder, les routeurs ASUS RT-AC56U et Linksys EA6300 sont équipés d'une puce BCM4352 de Broadcom qui n'est pas (encore ?) certifiée par la WiFi Alliance.


chargement
Chargement des commentaires...