EA : la rivalité entre Sony et Microsoft est bonne pour les affaires

Plus que 122 jours avant le verdict 19
Kevin Hottot

Comme à son habitude, Electronic Arts n'a pas clairement pris de parti au cœur de la guerre des consoles. Si l'éditeur a déjà choisi de délaisser la Wii U, il souhaite voir une bataille équitable entre la Xbox One et la PlayStation 4, car ce serait bon pour ses affaires.

EA Sports  

Peter Moore, le PDG d'Electronic Arts, voit d'un bon oeil la rivalité entre Microsoft et Sony sur le marché des consoles de salon. En effet, selon lui cela maintient un bon niveau d'investissement sur les consoles, car chacun cherche à apporter de nouvelles fonctionnalités pour faire mieux que l'autre. 

Cependant, pour le dirigeant, si l'un des deux acteurs devait prendre une position dominante cela serait « une terrible nouvelle pour l'industrie », car le total des ventes de consoles importe moins que le fait de pouvoir publier sur l'ensemble des plateformes du marché. Selon lui il est également trop tôt pour tirer des conclusions sur l'éventuel vainqueur de cette génération. « La poussière retombe sur l'E3. La presse va déclarer ses vainqueurs et ses perdants. C'est juste la nature des choses. Mais ensuite, vous avez la période critique, que j'ai vécue deux fois avec la Dreamcast et la Xbox 360. L'E3 est terminé. Maintenant nous sommes à 122 jours du lancement », insiste le dirigeant.

Ces quelques mois de répit seront l'occasion pour les studios de peaufiner les jeux qui viendront former le catalogue de chaque console lors du lancement, précisant que la plupart des images montrées lors de l'E3 proviennent de jeux en version alpha ou pré-alpha. « C'est ce que vous verrez lors de la Gamescom, qui je crois sera un événement très important cette année. Fin août si vous vous ne lancez pas sur la next-gen, et que ce que vous présentez ne ressemble pas vraiment à de la next-gen, alors vous allez avoir de vrais problèmes », explique le dirigeant.

Enfin, Peter Moore pense que pour sa firme la situation reste plutôt confortable. « Je crois que c'est génial pour nous, très franchement. Vous avez deux énormes multinationales très motivées à vos cotés qui vous disent "Nous voulons faire ça bien, combien cela prendra-t-il financièrement parlant ?" C'est plutôt bon quand vous êtes assis au milieu de tout ça. »


chargement
Chargement des commentaires...