La RATP abandonne son projet de péage par reconnaissance faciale

Métro, c'est trop 99
Marc Rees

Marche arrière ! La direction de la RATP nous a finalement indiqué que le projet de biométrie faciale était définitivement abandonné. Hors de question de flasher les visages des usagers pour calculer le prix de leurs circuits.

biométrie ratp

Des caméras partout dans le métro, des voyageurs identifiés par caméra à la volée, puis facturés automatiquement après reconnaissance faciale. C'est ce petit projet fou qui a été repéré dans un appel à compétences lancé par la RATP. La question des flux et des barrières de péages est une problématique réelle au sein de la régie. Mais pour le coup, la RATP nous révèle que son projet de péage par reconnaissance faciale est finalement abandonné. Elle évoque un raté, un bug, un déraillement.

« Effectivement, la RATP avait lancé un appel à compétences, mais il s’agissait d’une initiative non validée par la hiérarchie. Cette démarche ne correspond pas du tout à la déontologie de l’entreprise. C‘est une initiative venant d’un bureau interne. On a du coup abandonné ce projet qui est retiré de pactePME.org » nous indique la direction de la RATP, qui nous l’avoue, « en clair, c’est une erreur ».

Dans le PDF du cahier des charges, étaient mentionnés pourtant les noms de plusieurs responsables, comme Mathias Duhau, en charge du Système Billetique, Francis Sykes, responsable de l'ingénierie tarif/collecte, ou encore Jacques Bahadori, le responsable produit cartes à puce. Mais la RATP reste droite sur ses rails : « Effectivement, il y a eu une équipe qui a travaillé dessus. La RATP est structurée en départements, unités, entités, mais elle n’en a pas déféré à sa hiérarchie et encore moins à son directeur de département. »

Mais pourquoi ces travaux ? « Nous faisons beaucoup de recherches et de développement. Des équipes cherchent des possibilités, font des expérimentations, sans pour cela que cela aboutisse. Là, c’est une erreur de notre part, cela n’a pas été validé et ne correspond pas à l’esprit de l’entreprise. On ne travaille pas dans ce sens-là. » Bref, une vraie zizanie dans le métro.


chargement
Chargement des commentaires...