Wat.tv se renouvelle : acte manqué ou pari réussi ?

Allo, Marissa ? 11
Sébastien Gavois

Wat.tv vient de lancer la nouvelle version de son site. Au-delà d'une présentation revue et corrigée, la plateforme vidéo de TF1 propose des fonctionnalités supplémentaires. On retrouve par exemple l'« Instant share », qui n'est pas totalement inconnu puisqu'il est déjà intégré aux applications MyTF1 Connect du groupe, mais aussi un moteur de recherche amélioré. De quoi séduire un nouveau public ?

Wat.tv

Dans le petit monde du streaming vidéo en ligne, il est souvent question de l'incontournable YouTube. Propulsé par Google, ce dernier occupe une place toujours plus importante et vient d'annoncer avoir dépassé les 100 heures de vidéos uploadées par minute. Dailymotion vient aussi rapidement à l'esprit, surtout ces derniers temps. Après une prise de contrôle par Yahoo! avortée, le service d'Orange est en effet l'une des plateformes vidéo les plus populaires de France.

Wat.tv fait sa mue, mise sur le social et vise un public jeune

Mais, il existe un autre concurrent Français dont on parle finalement assez peu : Wat.tv. C'est pourtant TF1 qui est aux commandes, la chaîne exploitant le service afin de déployer, entre autres, son offre de replay, ainsi que celle de ses filiales (NT1, TMC...). Quoi qu'il en soit, la plateforme a décidé de revoir entièrement le site et a désormais pour but de séduire un nouveau public. En effet, le directeur général d'eTF1, Olivier Abecassis confie à l'AFP qu'« à l'origine, on était une plateforme de découverte de nouveaux talents, là, on devient un média vidéo à part entière destiné aux 15-34 ans ».

Outre un nouveau design et une ergonomie générale revue, plusieurs axes de développement sont explorés avec, par exemple, l'apparition de plusieurs zones distinctes : la sélection, le replay ainsi que les top vidéos. Dans ce dernier cas, il est possible de filtrer les résultats via leur nombre de partages Facebook ou Twitter par exemple. Les actions des membres sont aussi spécifiquement mises en avant via une page dédiée. Au total, c'est une équipe d'une quinzaine de personnes qui serait à l'œuvre afin d'animer ces différentes sections. On notera que, comme dans le cas de Dailymotion, une section « Sexy » est toujours présente, ce qui n'est pas le cas de l'américain YouTube (qui propose néanmoins un filtre parental général).

Wat.tv

Afin de suivre la tendance du web, la recherche passe à l'instantané en proposant des résultats de manière automatique lors de la saisie de vos mots clés. Notez que la première vidéo est parfois du contenu sponsorisé, comme c'est le cas sur notre capture ci-dessus. La recherche est donc au cœur de la monétisation, une fois de plus. On retrouve néanmoins les formats publicitaires habituels : pavés, vidéo en surimpression de la page, pre-roll à la lecture... De plus, à l'instar de l'« Instant share » que l'on trouvait déjà sur l'application MyTF1 Connect, il sera possible de partager un court extrait d'une vidéo avec vos contacts dès le mois de juin.

Un univers TF1 trop présent, quid des créateurs de contenus et du live ? 

Par contre, aucun programme dédié aux créateurs de contenu ne semble clairement évoqué sur le site. Encore moins un éventuel partage de revenus. Et au final, le problème semble bien là. Car si YouTube a clairement misé sur l'émergence de talents via sa plateforme, multipliant les programmes pour les accompagner et allant jusqu'à proposer des chaînes payantes qui pourrait permettre à certains de se financer, cela semble largement absent de Wat.

Lorsque l'on visite les chaînes, on a surtout l'impression d'avoir le droit à un catalogue des partenaires de TF1. Celle dédiée à l'humour en est un parfait exemple : outre les quatre premiers résultats qui comptabilisent quelques vidéos et quelques vues, on a le droit à Franck Dubosc, Baptiste Lecaplain (Arthur), après le 20h c'est Canteloup (TF1), Culture Pub (NT1)... Certes, on retrouve BFM Business, RMC ou L'Express dans la chaîne d'actus, ou Noob TV (aussi présent sur YouTube) dans les mangas, mais cela semble un peu léger, tout comme les quelques améliorations apportées.

Au final, il faudra voir si Wat saura réellement séduire un nouveau public avec sa version 2013, et si compter sur la puissance de feu du groupe sera suffisant. Car dans un univers qui mise de plus en plus sur la vidéo en raison de sa forte capacité de monétisation (voir cette actualité), et qui mise de plus en plus sur la diffusion en direct, c'est aussi le contenu qui fera la différence.


chargement
Chargement des commentaires...