The Phone House en partie sauvé par les fondateurs de Pixmania ?

L'ironie la plus pure 19
Nil Sanyas

Hasard ou coïncidence, alors que Dixons n'a pas caché hier que Pixmania était en danger, les fondateurs de ce dernier pourraient bien sauver une partie de The Phone House. La société a en effet annoncé à l'instant être en discussion avec The Kase, start-up créée récemment suite au départ des fondateurs de Pixmania.

The Kase

Les fondateurs de Pixmania préfèrent les boutiques au web 

Créée en 2000 par les frères Jean-Emile et Steve Rosenblum, Pixmania n'est plus dirigée par ces deux hommes depuis l'an passé. Le Britannique Dixons a en effet avalé en intégralité Pixmania en août 2012, poussant vers la sortie les deux fondateurs, avec tout de même quelques millions d'euros à la clé. Ces derniers ne se sont toutefois pas tournés les pouces et ont lancé en décembre, soit il y a cinq mois, la société The Kase, en compagnie des frères Johann et Davy Barthes (de PhoneAndPhone). Et surprise, alors que Pixmania était une entreprise essentiellement tournée vers le Web, les deux frères ont préféré déployer des boutiques, au point que le site Internet de The Kase n'a toujours pas ouvert ses portes.

Spécialisée dans les accessoires pour smartphones et tablettes tactiles (coques, casques, etc.), avec une possibilité de personnaliser son appareil via des créations originales, The Kase a déjà ouvert une poignée de boutiques, principalement dans la région parisienne. Mais la jeune pousse pourrait bien faire un bond en reprenant pas moins de 80 boutiques de The Phone House France, et 300 collaborateurs.

Selon The Phone House, cela représenterait 24 % de ses magasins et 27 % de ses employés. Toutefois, l'enseigne n'est pour l'instant qu'en « discussions constructives » avec The Kase. Ce projet de reprendre 80 boutiques et 300 collaborateurs a toutefois été présenté au Comité d'entreprise de la société, preuve du sérieux du projet. The Phone House précise néanmoins qu'il « continue de rechercher activement d'autres opportunités pour préserver le maximum d'emplois pour ses propres salariés et ceux de ses franchisés ».

Des fermetures et des licenciements attendus

Quoi qu'il se passera avec The Kase, The Phone House devra de toute façon licencier et fermer de nombreux magasins. L'enseigne a d'ailleurs déjà averti que « le nombre de magasins prévus à la fermeture et de salariés dont le licenciement ne pourrait être évité sera confirmé en fonction de l'aboutissement des négociations en cours avec les repreneurs potentiels ». L'activité d'assurance de The Phone House sera toutefois sauvegardée de toute coupe.

Jean-Emile Rosenblum, le PDG de The Kase, a pour sa part déclaré qu'ouvrir une centaine de boutiques sur tout le territoire français était l'ambition de départ de sa société. Croquer 80 boutiques de The Phone House lui permettra donc d'atteindre son but rapidement. « Le projet de rachat d'une partie du réseau de Phone House nous permettrait de réaliser cet objectif, en nous appuyant sur le savoir-faire et les compétences remarquables de collaborateurs expérimentés depuis de nombreuses années. Leur excellente connaissance du retail nous donnerait la possibilité de relever ce formidable challenge. »


chargement
Chargement des commentaires...