Dumping : Bruxelles menace de taxer les équipementiers chinois

Dumping sauvage 34

La Commission européenne s'apprête a envoyer aujourd'hui un avertissement à la Chine : les vingt-sept pourraient taxer les équipementiers chinois (ZTE, Huawei notamment) si les pratiques de subventionnement à l'égard de ces entreprises ne changeaient pas.

huawei

 

Ce n’est pas une surprise : la Commission européenne a depuis plusieurs mois les équipementiers télécoms chinois dans le collimateur, et notamment Huawei et ZTE. Pourquoi ? Parce que Bruxelles accuse ces entreprises de pratiquer des tarifs très compétitifs au moyen de subventions versées par le gouvernement chinois. En bénéficiant de telles aides, elles auraient de facto été avantagées par rapport aux autres équipementiers, dont les Européens Alcatel-Lucent, Ericsson ou encore Nokia.

 

commission européenneSauf que cette forme de dumping n’est pas au goût du commissaire européen au commerce extérieur, Karel De Gucht, qui devrait présenter aujourd’hui un projet de lettre d'intention. En effet, selon une source proche du dossier citée par Reuters, Bruxelles s’apprête à « adresser un avertissement aux Chinois, [pour] leur dire que s'ils ne changent pas leurs pratiques, il y aura des taxes ». Karel De Gucht aurait en outre le soutien du président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, toujours selon cette même source.

 

Pour l’heure, il ne s’agirait donc que d’une mise en garde, un avertissement solennel. Aucun taux n’a d’ailleurs été évoqué. Mais l’idée est officiellement et publiquement mise sur la table. On constatera au passage qu’une telle mesure de rétorsion fait son chemin sur d’autres sujets, le commissaire De Gucht ayant proposé mercredi dernier une série de taxes douanières - d'une moyenne de 47 % - sur les achats de matériel solaire chinois.

 

Quoi qu’il en soit, si jamais l’idée allait à son terme, elle pourrait n’avoir que peu d’impact sur les ventes françaises. En effet, le gouvernement a récemment fait savoir à plusieurs opérateurs qu’il préparait un projet de loi ou de décret visant à interdire certains équipements de télécommunications provenant de Chine et de Corée au nom de la sécurité nationale. Les équipementiers chinois ZTE et Huawei seraient tout particulièrement concernés, de même que le coréen Samsung. 


chargement
Chargement des commentaires...