Sony renoue enfin avec les bénéfices, après une année 2012 catastrophique

Mais ce n'est que grâce à la vente de ses bijoux de famille 98
Kevin Hottot

Les résultats financiers continuent de tomber et c'est au tour de Sony de dévoiler les siens, pour son année fiscale 2012 (les Japonais ayant un décompte différent pour leurs années fiscales). Si son chiffre d'affaires est en hausse de 4,7 % par rapport à l'an passé, c'est surtout le retour des bénéfices chez le géant nippon qu'il faut retenir. Toutefois, toutes ses branches ne sont pas rentables.

PlayStation 4 Sony 

Globalement, Sony se porte bien mieux, mais seulement grâce à la vente d'actifs

Alors que l'année dernière était plutôt chaotique pour Sony, l'année fiscale 2013 est plutôt favorable au géant japonais de l'électronique. Son chiffre d'affaires s'établit à 6 800 milliards de yens, soit 72,349 milliards de dollars, en hausse de 4,7 % par rapport à l'an passé. Mais surtout, les 456 milliards de yens de pertes (3,46 milliards de dollars) font place à un bénéfice de 43 milliards de yens, soit 458 millions de dollars.

Toutefois, il faut nuancer ces résultats, puisque sans la cession de parts de M3, pour 1,3 milliard de dollars, et celle de deux immeubles de bureaux pour 1,14 milliard de dollars, les résultats seraient encore catastrophiques. À noter également 824 millions de dollars dépensés en frais de restructuration.

Toutes les branches de Sony ne sont pas rentables

Si globalement la firme est bénéficiaire, principalement grâce à la vente de ses actifs, certaines de ses branches ne sont pas profitables. C'est le cas de la partie Mobile Products & Communications regroupant la téléphonie, les tablettes et les PC. Celle-ci affiche sur l'année un déficit de 1,034 milliard de dollars, pour un chiffre d'affaires de 13,379 milliards. La firme justifie cette perte par l'inclusion des parts de Sony Mobile, lors de l'année fiscale précédente, à hauteur de 102,3 milliards de yens, soit 1,011 milliard de dollars au cours du jour. La valorisation du yen aurait également eu un impact négatif.

La branche Home Entertainment & Sound regroupant les téléviseurs, les systèmes home-cinéma, les lecteurs Blu-ray et les baladeurs MP3 fait mieux que l'an passé, mais n'est toujours pas rentable. Après des pertes de 203 milliards de yens l'an passé (2 milliards de dollars) elles se réduisent à 84,3 milliards de yens, soit tout de même 897 millions de dollars. La firme précise que ses ventes de téléviseurs ont fondu de 30,8 % en 12 mois.

D'autres affichent de forts bénéfices

Commençons avec la section Game, qui comme son nom l'indique concerne les ventes de consoles et les royalties des jeux. Celle-ci affiche un maigre profit, de 18 millions de dollars, tandis que son chiffre d'affaires se réduit de 12,2 % par rapport à l'an passé. La raison de ses résultats est toute trouvée, les ventes de la PlayStation 3, en fin de vie, se réduisent, et il en est de même pour la PSP. Concernant la PlayStation Vita, il est inutile de préciser que les ventes n'ont toujours pas décollé. La branche Imaging Products & Solutions affiche un bilan similaire avec seulement 15 millions de dollars de bénéfices.

Finalement, ce sont toujours les mêmes activités qui sont les plus rentables chez Sony, à savoir les films, la musique et la banque. Cette dernière est de loin la branche la plus profitable du géant nippon avec 1,55 milliard de dollars de bénéfices pour un chiffre d'affaires de 10,7 milliards. Sony Music affiche 396 millions de dollars de profits, tandis que Sony Pictures augmente sa rentabilité de 40 % avec un bénéfice de 509 millions de dollars, malgré l'échec de Total Recall.

Contrairement à la PlayStation 3, la PS4 ne sera pas un gouffre financier

PlayStation Daul Shock 4

« Contrairement à la PlayStation 3, nous n'attendons pas de pertes majeures au moment du lancement de la PlayStation 4 », a affirmé Masaru Kato, le directeur financier de Sony, pendant la conférence tenue pour les investisseurs. « Lors du développement de la PlayStation 3, nous avons fait beaucoup d'investissements en interne, pour développer le Cell. Nous avions investi dans la conception de la puce, sa production et toutes les usines. Cette fois-ci, nous avons bien sûr une équipe qui travaille sur le développement de la puce, mais la technologie existe déjà. Aussi, tous les investissements concernant la production et les usines sont assurés par nos partenaires, donc nous n'avons pas à le faire nous-mêmes », ajoute le dirigeant.

Cependant, si la firme est plutôt confiante quant à la rentabilité de sa future console, elle ne s'aventure pas encore à estimer ses ventes. Souhaitons-leur seulement que la PlayStation 4 ne rate pas son démarrage comme cela a pu être le cas pour la Wii U de Nintendo.


chargement
Chargement des commentaires...