Mission Lescure : 75 propositions pas « fondamentalement révolutionnaires »

De la lecture en perspective 77
Nil Sanyas

Pierre Lescure, qui doit remettre lundi prochain son fameux rapport sur les contenus culturels (et Hadopi), a été interrogé par le Républicain Lorrain lors du festival Passages (Metz). L'ex-PDG de Canal+ a notamment affirmé qu'il remettra à François Hollande ainsi qu'à Aurélie Filippetti pas moins de 75 propositions portant sur tout le domaine culturel, au sens large.

Pierre lescure Aurélie Filippetti

Pierre Lescure et Aurélie Filippetti.

Des propositions qui ne seront pas « fondamentalement révolutionnaires » 

Depuis le 4 mai et jusqu'à demain, se déroule à Metz le festival Passages. On y retrouve principalement de la musique et du théâtre, mais aussi deux films, une exposition, et divers débats. Pierre Lescure présidant ce festival, nos confrères du Républicain Lorrain ont profité de l'occasion pour le questionner au sujet du rapport qu'il remettra désormais dans six petites journées.

Annonçant que 75 propositions seront remises, Lescure précise que ces dernières ne seront pas « fondamentalement révolutionnaires, parce que la révolution, c’est le net ». Et par révolution, Lescure entend par là les usages qui mutent constamment du fait de la présence même du Web. « On est dans un truc qui ne cessera pas d’être en révolution » a-t-il ainsi rajouté.

Le marché étant en constante transformation, Pierre Lescure estime donc que les propositions qui seront présentées n'auront rien d'éternel. Affirmant qu'il faut « adapter, en permanence (...) les principes d’équilibre entre l’usage et les moyens de la création », l'ex-présentateur note qu'il ne s'agit donc là que d’un rapport d’étape, « qui s’adapte à la situation ». Mais afin d'éviter de mettre à jour tous les six mois les solutions apportées, les propositions poseront des principes d’évolution rajoute-t-il.

La presse et son prix

Enfin, dérivant sur le sujet de la presse, Pierre Lescure, très amoureux du papier, se dit prêt à imaginer sa disparition, « mais l’information a un coût, comme n’importe quel service » avance-t-il. Lescure estime que « la gratuité absolue est contre nature ». Rien de moins. Il espère notamment que son rapport permettra une prise de conscience sur le sujet, même s'il « ne résoudra pas tout ça. »

L'augmentation des abonnements chez Médiapart ou encore Le Monde et la généralisation des « paywalls » sur les principaux sites d'information français prouvent néanmoins que certains internautes sont prêts à ouvrir leur portefeuille. Mais cela demeure certainement insuffisant, surtout pour certains quotidiens qui ont perdu près de la moitié de leur lectorat dans une poignée d'années.


chargement
Chargement des commentaires...