Son fils décédé, Virgin Mobile envoie des relances et finit par s'excuser

La force de l'AFP 74
Sébastien Gavois

Alors que son fils de 16 ans est décédé depuis début janvier, un père de famille a été mis en demeure par Virgin Mobile de payer son abonnement. L'opérateur était resté bien silencieux ces dernières heures, mais il a enfin publié un communiqué de presse afin de présenter ses excuses concernant « cet incident ». Retour sur une situation digne d'un roman de Kafka.

  Virgin Mobile

Michel Sayer avait souscrit pour son fils (mineur) un abonnement chez Virgin Mobile, mais suite au décès de ce dernier début janvier, il a souhaité résilier son forfait. L'opérateur ne l'entendait visiblement pas de cette oreille et aurait mis son père en demeure de continuer de payer l'abonnement.

Monsieur Sayer précise avoir envoyé en lettre recommandée le certificat de décès afin de résilier la ligne de son fils. Il est titulaire de la ligne puisque son fils est mineur, mais c'est bien ce dernier qui est indiqué comme étant utilisateur de la ligne.

Mi-mars, Virgin Mobile lui envoie un courrier le menaçant d'une procédure civile s'il refuse de payer. Interrogé par l'AFP, Michel Sayer précise avoir « appelé à plusieurs reprises le service client, en vain. J'ai beau leur expliquer que Valentin était mineur, je suis face à un mur. Et on reçoit des messages sur l'ancien téléphone de Valentin, pour demander qu'on paie: quand le téléphone de mon fils mort sonne, ça fait bizarre ». 

Pour rappel, ce cas est bien évidemment inscrit dans les conditions générales d'abonnement de Virgin Mobile qui précisent que « le Client peut mettre fin à son contrat à tout moment y compris durant la période minimale  l’abonnement prévue à l’article 5, selon les modalités prévues dans l’article 12.1 pour motif légitime, c’est-à-dire en cas de survenance pendant la durée du Contrat d’un évènement imprévisible empêchant d’en poursuivre l’exécution ». C'est évidemment le cas lors d'un décès.

Dans l'après-midi, Virgin Mobile est enfin sortie de son mutisme afin de s'excuser auprès de la famille et afin de présenter ses excuses sur cette histoire qui résulte « d'une erreur humaine commise chez l'opérateur, qui a empêché la clôture rapide de la ligne » : « Armelle Baudard, directrice des services clients, a immédiatement pris contact avec Monsieur Michel Sayer pour lui présenter ses condoléances, ainsi que les excuses de la marque et de ses dirigeants, et l'assurer que l'incident avait été résolu ce matin ».


chargement
Chargement des commentaires...