Le Pentagone dégage la voie pour les smartphones BlackBerry et Samsung

Et ce n'est pas une victoire pour BlackBerry 12
Vincent Hermann

Le Pentagone, autrement dit le quartier général de la Défense américaine, vient de publier une note importante concernant la sécurité des smartphones utilisés entre ses murs. Selon une décision rendue hier, les modèles BlackBerry 10 et les smartphones Samsung utilisant la solution Knox ont désormais la voie libre.

blackberry z10

BlackBerry Z10

BlackBerry et Samsung adoubés 

Il s’agit d’une décision importante pour le Pentagone. Jusqu’à présent, l’écrasante majorité des smartphones en cours d’utilisation provient de chez BlackBerry, anciennement RIM. Sur une flotte d’environ 600 000 appareils dont 470 000 sont des BlackBerry des précédentes générations. Environ 41 000 appareils sont de type iOS et 8 700 seulement sont sous Android. Mais le signal envoyé hier est fort car il induit des changements potentiels majeurs.

 

Le Pentagone a en effet validé la sécurité des appareils BlackBerry 10, ce qui comprend pour l’instant deux modèles : le Z10, entièrement tactile, et le Q10 équipé d’un clavier physique. À noter que la tablette PlayBook peut également être utilisée si elle est accompagnée du service Enterprise Service 10. Ce dernier cas se rapproche de la validation pour Samsung : les modèles Android du constructeur coréen sont acceptés à la seule condition qu’ils bénéficient des services Knox. Ces derniers regroupent un ensemble d’outils pour gérer de manière centralisée la sécurité des applications et des données.

Aucun contrat prévu pour l'instant 

Mais attention : valider la sécurité de ces smartphones ne signifie pas que le Pentagone s’apprête à passer des commandes. Il s’agit de la première étape d’un plan important visant à autoriser le personnel à se servir d’autres appareils que ceux communément admis. Cela ne signifie donc pas pour BlackBerry que la flotte va être renouvelée, au contraire : en validant les modèles Samsung, la Défense américaine autorise en fait le personnel à s’en équiper. Et le problème pour BlackBerry ne fera sans doute qu’empirer puisqu’iOS 6 devrait lui aussi être validé dans les prochains jours.

 

Le Lieutenant-Colonel Damien Pickart, porte-parole du pentagone, a indiqué à Reuters que cette décision était « une étape importante » pour la mise en place d’un « environnement à constructeurs multiples ». Pour la Défense américaine, le bénéfice est simple : en fournissant un référentiel global, nommé STIG (Security Technical Implementation Guide), les employés peuvent utiliser des appareils nettement plus modernes. Autre avantage : le Pentagone s’assure de ne pas s’enfermer dans une seule technologie qui le rendrait dépendant d’un unique fournisseur.

D'autres plateformes à venir 

Les travaux, menés en interne par la DISA (Defense Information Systems Agency), ne sont pas terminés. Il s’agit davantage d’un cycle continu pour examiner et valider un nombre croissant de plateformes, de smartphone et de tablettes. Par exemple, la validation des appareils Samsung est une étape, mais le parc Android reste immense : des constructeurs tels que HTC et Motorola seront sans doute intéressés. Le débouché n’est pas forcément conséquent, mais une validation du Pentagone est un argument marketing certain. Nul doute que Microsoft n’a pas l’intention de passer son tour sur le sujet non plus.

 

On notera enfin qu’il s’agit pour le système BlackBerry 10 d’une validation supplémentaire. La plateforme, bien que récente, a déjà reçu l’aval de la Défense allemande, et devrait prochainement avoir celle du Royaume-Uni.


chargement
Chargement des commentaires...