Retour sur 10 ans d'INpactitude, et sur notre avenir incertain

Le futur de PC INpact est entre vos mains 923

PC INpact fêtait hier ses 10 ans. C'est en effet le 5 mai 2003 qu'INpact Hardware est devenu le site que vous connaissez aujourd'hui. Créé par une bande de passionnés d'informatique dont les plus jeunes n'avaient pas encore 20 ans à l'époque, il est aujourd'hui devenu l'une des références de l'information pour tout ce qui touche à la vie numérique. Une bataille quotidienne pour nos 8 journalistes à temps plein, mais aussi l'ensemble de l'équipe. Une belle aventure qui ne cesse d'évoluer, et qu'il va nous falloir désormais réformer en profondeur pour qu'elle puisse perdurer.

Autant vous le dire tout de suite, cette actualité va bien plus loin que le simple fait de fêter l'anniversaire du site. Il est surtout pour nous l'occasion d'évoquer les modifications qui vont intervenir sur notre modèle économique dans les mois à venir, afin d'assurer notre survie à long terme et de nous aider à évoluer. Mais avant cela, petit retour en arrière.

Il était une fois INpact Hardware...

INpact Hardware est né un jour de juillet 2000. Christophe (aka Teuf) voulait au départ, comme nous tous, partager sa passion du moment : l'informatique. Pour ce faire, il a créé un site sur lequel on pouvait retrouver les différentes actualités du secteur à l'époque. Nous n'étions alors qu'au commencement d'une longue aventure, pour nous, mais aussi pour nos confrères de l'époque. En effet, Clubic vient pour sa part de fêter ses 13 ans d'existence alors que Hardware.fr soufflait sa quinzième bougie l'année dernière. Tous des enfants de mai, survivants d'une période qui a connu bien des désillusions et des abandons (l'un des derniers en date étant la mise en retrait de Vincent de Revioo).

INpact Hardware
Pour aimer INpact Hardware, il fallait aimer le noir et le rouge

 Quoi qu'il en soit, tout est allé très vite dans les premières années. C'est ainsi seulement après quelques mois qu'arrivait la première actualité, en novembre 2000. Le site était alors codé en PHP3, permettant d'éviter d'éditer une à une les pages HTML, un travail titanesque que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître. Déjà à l'époque, Christophe cherchait à s'entourer de rédacteurs partageant sa passion et son envie de diffuser l'information. Une envie qui n'a cessé d'être au cœur du site et qui a d'ailleurs donné vie à son éternel slogan : Si tu ne sais pas, demande. Si tu sais, partage.

Une équipe dont certains membres sont là depuis plus de 10 ans

Un an plus tard, Nil faisait ainsi son entrée dans l'équipe. C'est en juin 2002 que David arrivait à son tour. Tous deux avaient déjà participé à d'autres expériences en ligne auparavant, mais l'idée de se regrouper pour constituer une même force, une source crédible d'information faisait déjà son chemin. Il en était de même pour ce qui était de l'envie de fédérer une communauté, c'est ainsi que quelques mois plus tard, notre forum était mis en ligne.

En mai 2003, la SARL de presse PC INpact était créé, puis notre comparateur de prix, Prix du Net, dans la foulée. Au bout d'un an, ce pari était une réussite puisque le site comptabilisait pas moins de 9 millions de pages vues, comptait plus de 35 000 membres et près de 60 000 visiteurs uniques chaque jour. Il faisait alors vivre pas moins de six personnes et déjà à l'époque, la question de la gratuité, de la publicité et d'Adblock faisait débat.

PC INpact v1 Edition 2003
PC INpact v1

Quoi qu'il en soit, la seconde version du site est arrivée en 2004, ainsi que nos différents thèmes et nous allions entrer dans la période la plus importante de notre histoire, un peu sans le savoir. Nous ne pouvons ainsi que remercier tous ceux qui ont travaillé avec nous à l'époque, qui ne font plus forcément partie de l'équipe aujourd'hui et qui nous ont permis de passer à cette nouvelle phase de notre développement.

2005 : Marc et Vincent entrent dans la danse

Car c'est en 2005 que d'autres rédacteurs que vous connaissez bien sont arrivés : Marc et Vincent (qui était déjà intervenu en tant que bénévole aux débuts du site). Une bonne partie de l'équipe actuelle était ainsi formée et nous allions commencer à élargir notre horizon sur la partie logicielle de l'univers informatique, mais aussi sur le traitement de fond des questions de droit qui est la base de notre renommée actuelle, notamment lors des débats autour de DADVSI, d'Hadopi ou de la LOPPSI L'occasion pour nous de rajouter nos premiers filtres par catégorie puis de lancer fin 2005 la troisième version du site.


Les manifestations, à l'époque, c'était contre DADVSI

La suite de l'histoire est bien plus douloureuse pour nous car comme vous le savez sans doute si vous nous suivez depuis quelques années, nous avons en 2006 lancé un site dédié aux jeux vidéos, INpact Virtuel, qui a dû fermer ses portes fin 2008. PC INpact qui a connu sa quatrième version quelques mois auparavant a néanmoins dû se séparer à son tour de plusieurs de ses journalistes fin 2009 pour faire face à de lourdes pertes financières.

2008 - 2009 : les années sombres avant le renouveau

Car à l'époque, outre la publicité, une bonne partie des finances du site reposait sur notre comparateur de prix qui s'était vu largement déréférencer de Google, qui représentait une large partie de son audience. Notre chiffre d'affaires ayant lourdement chuté, nous étions alors déficitaires et avons dû prendre les décisions difficiles mais nécessaires qui s'imposaient.

Si nous avons survécu alors, ce n'est que grâce au soutien de nos lecteurs et à l'arrivée des comptes Premium. Nous avions en effet à l'époque décidé de commencer à devenir dépendants de manière directe de nos lecteurs en leur proposant de nous soutenir avec une contrepartie qui était déjà demandée par certains : la fin de la publicité. Le tarif était alors le même que maintenant, soit 3,5 € par mois ou 35 € par an.

PC INpact 4.5 Premium
PC INpact 4.5 et l'arrivée les abonnements Premium

Les comptes Premium, ou comment la communauté nous a sauvés

Nous savions que cela ne constituait pas une source de revenu suffisante pour le site à terme, le modèle de la gratuité étant toujours le préféré pour l'information en ligne, mais le soutien de la communauté était là, comme prévu. En complément d'un emprunt contracté par Christophe en son nom propre, cela nous a permis de pouvoir sauver les meubles, de financer les licenciements et de tenter de repartir du bon pied avec une équipe réduite à son minimum. Car à l'époque, et c'est encore le cas maintenant, notre chef est aussi notre principal « actionnaire » puisqu'il détient plus de 75 % du capital de PC INpact.

Le pari était risqué, mais là encore, il a réussi. Nous avons grimpé à plus de 1500 abonnés lors de notre lancement et nous avons stabilisé la situation aux alentours des 1000 dans les années qui ont suivi. Avec une large refonte de notre fonctionnement en interne, de notre travail avec nos régies publicitaires, mais aussi l'investissement continu dans le site lui-même et dans sa rédaction, nous avons pu remonter la barre.

2010 - 2012 : trois années de bénéfices, mais un équilibre encore fragile

Ainsi, comme nous l'avons annoncé il y a quelques mois, 2012 était l'une de nos meilleures années en terme de chiffre d'affaires. Le résultat d'un travail de longue haleine de l'équipe, et de l'arrivée de la version 5.x du site qui n'a cessé d'évoluer depuis son lancement il y a un peu moins de deux ans.

Chiffres PC INpact de 2007 à 2012

L'audience continue d'être au rendez-vous et nous avons pu financer tous nos projets qu'il s'agisse de l'embauche de nouveaux journalistes (Kévin et Xavier qui sont venus rejoindre Damien et Sébastien), du travail ponctuel avec l'équipe des « Geek Pics » et des rédacteurs externes qui peuvent nous apporter un éclairage particulier dans leur domaine. Nous avons même pu recruter un second développeur pour accélérer la refonte de nos sites, lancer puis améliorer Tous les forfaits et entamer les modifications lourdes que connaît PC INpact en ce moment en prévision de l'arrivée de sa sixième version.

Mais tout cela a un coût. Nous avons donc prévu une augmentation de nos revenus pour nous permettre de financer nos 50 000 € de dépenses mensuelles pour le premier trimestre 2013. Et si tout se déroule comme prévu sur certains aspects, d'autres problématiques se soulèvent et nous incitent à faire de nouveaux choix afin de connaître une nouvelle phase de notre évolution.

2013 : des débuts difficiles, des décisions s'imposent

Car autant être clair, puisque nous avions annoncé que nous publierions un premier bilan d'étape pour 2013 concernant le premier trimestre : en l'état, PC INpact n'est plus rentable. Cela n'a d'ailleurs rien de bien exceptionnel puisque plusieurs de nos confrères sont dans un cas similaire pour une simple et bonne raison : l'activité de presse gratuite de qualité à elle seule ne peut pas être financée.

En effet, outre les sites qui appartiennent à des grands groupes et qui peuvent compter sur leur soutien financier et leurs moyens, les « indépendants » qui ont gardé un accès gratuit le font en général avec des revenus complémentaires à la simple publicité. Cela peut prendre la forme d'un comparateur de prix ou d'autres sources d'affiliations, de partenariats divers ou d'abonnements.

Message Adblock PC INpact
Le message d'information auquel vous avez échappé 

Comme nous l'avions évoqué lors de nos résultats financiers de 2012, la publicité ne compte que pour la moitié de notre chiffre d'affaires et ne permettrait donc que de financer la moitié de l'équipe. Une situation qui n'est pas sans relation avec la problématique de l'utilisation d'Adblock que nous avons déjà évoquée assez largement dans nos colonnes, un outil du genre supprimant grosso modo les espaces publicitaires sur une page sur deux affichée sur le site.

Malheureusement, une fois de plus en début d'année, Prix du Net a subi les effets de Google et une baisse de fréquentation issue du moteur implique une perte financière directe pour le site, accompagnée d'une mutation du marché publicitaire que nous évoquerons un peu plus loin. Il nous faut donc réagir si nous ne voulons pas revivre la période noire de fin 2009, et nous n'avons que peu d'alternatives qui s'offrent à nous.

Pour assurer la pérennité de PC INpact à long terme, mais pas n'importe comment

C'est d'autant plus le cas qu'il est désormais question de trouver une solution à long terme afin de pérenniser notre modèle et de ne plus être dépendant de fluctuations de ce genre, afin de pouvoir assurer sans problème notre survie tout d'abord, puis notre évolution.

Exit donc les solutions à courte vue que l'on peut trouver ici et là pour maximiser artificiellement l'audience. Nous avons déjà largement décrié ces pratiques (voir par ici ou par là), sans parler de celles qui consistent à traiter tous les sujets à clic du moment. Nous avons donc finalement comptabilisé trois pistes principales.

Licencier, la pire des options

La première serait la plus « simple » mais aussi la plus douloureuse et paradoxalement la plus coûteuse à bien des niveaux : licencier. Pour faire baisser les dépenses mensuelles qui sont pour 80 % composées de salaires, cela est la seule solution viable en complément d'une baisse du salaire de Christophe, qui est toujours le premier concerné en cas de soucis financiers.

Bien entendu, cela n'est pas la solution qui nous semble la plus adaptée, l'équipe étant actuellement à un point d'équilibre au niveau du traitement rédactionnel de l'actualité, mais aussi des sujets dans le fond. Qu'il s'agisse de la nouvelle loi Hamon, des dernières trouvailles de l'HADOPI, de l'arrivée du VDSL2 ou de la 4G, de la pratique des réseaux sociaux concernant notre vie privée, des dernières appellations douteuses des fabricants de GPU ou de l'analyse détaillée des produits du moment, du Galaxy S4 aux futurs processeurs Haswell d'Intel... nous tentons d'être le plus possible au rendez-vous, et réduire l'équipe reviendrait à réduire notre capacité à décortiquer pour vous ces différentes informations, ce qui ne serait pas acceptable.

Miser sur plus de publicité : une solution qui va vite poser de gros problèmes

La seconde problématique concerne la publicité. Certes, Adblock est en soi un souci, mais comme nous l'avons précisé précédemment, il n'est pas nouveau et nous constatons le phénomène depuis 2004. Même s'il prend de l'ampleur avec le temps, c'est une autre dérive qui nous pose désormais problème et face à laquelle nous devons faire un choix.

Option d'affichage PCi 5.5
Les options d'affichage de PC INpact 5.5 

En effet, historiquement, PC INpact propose essentiellement ce qui est communément appelé du « Display » (comprendre des bannières et autres pavés) payé à l'affichage. Nous avons pendant un temps accepté des formats plus « imposants » tout en proposant de les désactiver, mais ils ont toujours posé problème à certains de nos lecteurs (les flash transparents par exemple). Nous avons donc décidé de les refuser depuis un certain temps et n'avons finalement gardé que des bannières parfois un peu plus grandes que d'accoutumée et des habillages uniquement sur la page d'accueil (et là aussi désactivables).

Si cela nous semblait équilibré (malgré la grogne de certains de temps à autre), les annonceurs semblent délaisser de plus en plus ces formats pour des choses bien plus lucratives (pour les éditeurs) et bien plus intéressantes (à leurs yeux), les fameuses opérations spéciales.

Nouveaux formats publicitaires : quel avenir pour la presse indépendante de qualité ?

Celles qui nous ont été proposées sont de bien des genres différents et les pratiques déjà en place sont déjà nombreuses çà et là. Cela peut en effet aller de l'infographie produite sur demande à la zone sponsorisée (livre blanc, test lecteur, dossier spécial...) mise en avant par un bouton spécial en passant par les fameuses « natives ads » intégrées dans le flux et autres contenus de marque publiés via un blog dédié. Une pratique qui se développe surtout dans les pays Anglo-saxons sous le doux nom de « Branded content » mais qui fait doucement son arrivée chez nous.

PC INpact Sponsorisé
PC INpact en mode « Sponsorisé » : voici ce que l'on cherche à éviter

L'internet gratuit que nous avons connu il y a plus de 10 ans n'est plus. Il est désormais considéré par certains comme un casino géant et la publicité, qui lui a donné l'occasion de perdurer en permettant l'émergence de sites professionnels, est actuellement en train de le gangrener sans que l'on ne sache vraiment quand cela va finir par s'arrêter.

Bien entendu, nous refusons tous ces formats qui n'ont à notre sens pas leur place sur un site qui se réclame d'un traitement journalistique. Si cela peut effectivement convenir à un réseau social qui décide de faire de votre vie privée un objet de « monétisation », à un site qui cherche surtout à fédérer une audience pour s'orienter sur l'aide à la communication des marques, à ceux gérés directement par une agence de publicité en leur nom ou pour les marques elles-mêmes, cela nous semble totalement inadapté dans le cas de PC INpact.

Certes, certains grands noms le pratiquent déjà, Forbes étant un exemple parfois largement cité bien qu'il soit loin d'être le seul. Mais dans tous les cas, pour un site gratuit qui doit faire face aux contraintes actuelles pour rémunérer son équipe, la question se pose.

Payer pour l'information : les lecteurs sont-ils prêts ?

Vient alors la troisième alternative, qui a déjà été évoquée par certains lecteurs au sein de nos différentes discussions sur le sujet via nos commentaires : rendre une partie des contenus du site uniquement disponible aux abonnés, au moins temporairement. En effet, les abonnements Premium sont en l'état vu plus comme un soutien que comme un réel service par la plupart de nos lecteurs. Leur réserver certains contenus serait ainsi une réelle plus-value, mais aurait aussi bien des avantages si cela incitait bien plus de membres à s'abonner.

Car s'il y a encore quelques années, sortir sa carte bleue pour un site semblait irréel, l'arrivée du mobile et l'émergence de nombreux services en ligne a changé la donne. S'il est aisé de dépenser quelques euros pour Angry Birds, une simple chanson, un bien virtuel ou du stockage en ligne, pourquoi ne serait-ce pas le cas pour de l'information si celle-ci est de qualité ?

  Angry Birds Space iOS Payant
1 mois d'abonnement PC INpact, c'est un peu moins cher qu'Angry Birds Space HD

Le modèle payant : la fin de la dictature de l'audience, le pouvoir aux lecteurs

En effet, le modèle gratuit financé par la publicité dispose d'un effet pervers majeur : l'importance accordée à l'audience. Comme nous l'avons déjà évoqué, à notre sens, le seul indicateur qui devrait importer aux sites d'information n'est pas le nombre de pages vues, qui constitue actuellement une image de leurs revenus publicitaires, mais le nombre de visiteurs uniques, voire le nombre de visiteurs uniques n'étant pas issus d'une recherche bizarre sur un moteur de recherche, qui a apprécié sa visite et qui compte revenir.

Mais cela n'intéresse pas ceux qui ne voient la presse en ligne que par le prisme du revenu généré, l'internaute n'étant perçu que comme une source de financement, tout comme les aides de l'État. Pour rappel, PC INpact ne bénéficie d'aucune aide, et facture la TVA à 19,6 % sur ses abonnements alors que la presse papier a pour l'instant droit à un taux réduit à 2,1 %, ce qui pourrait bien changer d'ici quelques mois.

30 000 abonnés à 25 € par an suffiraient à faire vivre PC INpact

Dépendre majoritairement de ses lecteurs, ce n'est ainsi plus produire du contenu en masse pour générer de la page vue, mais réussir à traiter l'information de manière assez intéressante pour donner envie aux lecteurs de s'abonner pour la lire, de manière à générer assez d'abonnement pour assurer la survie de l'équipe.

Pour rappel, en l'état actuel des choses, PC INpact compte plus de 150 000 visiteurs uniques chaque jour et plus de 1,5 million chaque mois. Pour financer l'ensemble du site aujourd'hui, 30 000 à 35 000 abonnés suffiraient avec un abonnement à 25 € par an, sans la moindre publicité et sans le moindre revenu complémentaire.

Abonnement simple PC INpact Beta
Les nouveaux abonnements qui seront bientôt disponibles

C'est à vous de choisir la presse que vous désirez lire

Le débat est désormais ouvert. N'oubliez jamais qu'en tant que lecteur, que citoyen ou même que consommateur, c'est vous qui avez toujours le choix et le dernier mot. Les modèles qui émergent le sont aussi parce qu'ils rencontrent leur public et assez de personnes pour les soutenir. Nous attendons vos remarques et vos commentaires, les actions nécessaires et les modifications qui doivent être mises en place le seront ainsi avant la fin du mois de mai.

Merci encore à tous ceux qui ont un jour participé à la vie du site, d'une manière ou d'une autre, pendant ces 10 ans. Merci surtout à tous ceux qui nous lisent chaque jour, nous soutiennent, s'abonnent et nous aident à avancer dans la bonne direction.

À dans 10 ans, espérons-le.


chargement
Chargement des commentaires...