Electronic Arts mise tout sur les jeux mobiles free-to-play

Les réfractaires à ce système ne sont qu'une « minorité bruyante » 40
Kevin Hottot

Nick Earl, vice-président et directeur général du label EA All Play, s'est entretenu avec nos confrères de GamesIndustry lors de la dernière GDC. Le modèle free-to-play - ou freemium - était au centre des débats, et le point de vue du dirigeant est très tranché : les réfractaires à ce système ne sont qu'une « minorité bruyante ».

  Real Racing 3 boutique

Le modèle free-to-play, régulièrement utilisé pour les jeux sur mobiles et smartphones, est vivement critiqué par une certaine catégorie de joueurs. Les principaux griefs faits étant qu'il est souvent très difficile de terminer un tel titre sans devoir passer à la caisse, et qu'au final selon la volonté des joueurs, cela peut leur coûter plus cher qu'un jeu classique. Il suffit de voir les packs proposés à plus de 10 € sur Real Racing 3 pour s'en convaincre.

Justement, Nick Earl, le vice-président et directeur général du label EA All Play, axé sur le développement de jeux pour mobiles, affirme que ce modèle économique remporte un franc succès auprès des consommateurs. « Le marché a parlé, et a dit très clairement que c'est le type de modèle qu'il aime. Certes, il y a une minorité bruyante qui n'aime pas ça, mais au final les chiffres montrent qu'eux et les autres acceptent mieux le modèle freemium ».


Concernant la minorité bruyante, l'homme ne mâche pas ses mots à leur encontre et estime qu'au final, celle-ci passera à la caisse, comme tout le monde. « Je crois qu'à la base ils sont contrariés parce que pour eux le modèle qui consiste à payer pour jouer à volonté est le seul qui leur parait sensé. [...] Mais à la fin de la journée, ils vont payer pour manger si c'est leur choix. Et ils seront heureux de le faire ».


Preuve que ce modèle remporte un franc succès, EA All Play ne prévoit pas de sortir de jeux premium pour mobiles cette année, et ce label représente 80 % du catalogue mobile d'Electronic Arts. Les titres classiques continueront donc à perdre du terrain face aux jeux freemium, puisque le marché le demande.


chargement
Chargement des commentaires...