Google commence à négocier avec les éditeurs de presse portugais

Under pressure 2

L’accord trouvé au début du mois dernier en France entre Google et les éditeurs de presse suscite des espoirs chez nos voisins européens. Des représentants portugais des professionnels du secteur ont en effet commencé à discuter avec l’entreprise américaine afin que celle-ci mette la main à la poche et améliore le référencement des contenus.  

google portugal

 

Google et les éditeurs de presse portugais se sont rencontrés pour la première fois la semaine dernière, mais la firme de Mountain View n’a pour l’instant rien concédé. Voilà ce qu’a expliqué Albérico Fernandes, président de la Confédération portugaise des médias, à l’agence de presse Reuters.

 

Que demandent ces professionnels du secteur ? Que le géant de l’internet les rétribue dès lorsqu’il utilise un lien hypertexte renvoyant vers leurs articles, ainsi qu’un meilleur référencement de ceux-ci dans la section Google Actualités. « Notre position consiste à dire que les contenus ne sont pas gratuits... Nous avons montré que notre priorité était d’être payés lorsque nos articles sont utilisés par Google Actualités » a ainsi fait valoir Albérico Fernandes.

 

Même si rien n’est sorti de ce premier round de négociations, de nouvelles réunions seraient d’ores et déjà programmées. Google n’a pour sa part pas souhaité commenter ces « rencontres privées ».

 

presse journalPrès de deux mois après que l’accord entre l’entreprise américaine et les éditeurs de presse français a été scellé à l’Élysée, les éditeurs portugais semblent déterminés à vouloir toucher au tiroir caisse de Google. Albérico Fernandes n’a d’ailleurs pas manqué de relever que la firme de Mountain View s’était récemment « montrée prête à collaborer avec des groupes de médias afin de [les] aider à moderniser [leurs] contenus et les rendre plus rentables ».

 

Pour rappel, Google a accepté le 1er février dernier de financer un fonds de 60 millions d’euros. Il a toutefois été prévu que seuls les sites de presse d'information politique et générale puissent avoir accès à ce fonds, soit 167 sites au maximum. Concernant l'indexation des articles de presse française, rien ne devrait changer, ont assuré les parties, même si l’accord n’a toujours pas été dévoilé au public. 

Par Xavier Berne Publiée le 28/03/2013 à 10:03

chargement
Chargement des commentaires...