Seuls 9 % des Français appliqueraient une bonne politique de mot de passe

91 % de cibles faciles 54
Nil Sanyas

L'IFOP, pour le compte de Dashlane, spécialiste de la sécurité sur internet et de la gestion des mots de passe, a pointé du doigt la politique des Français en matière de mot de passe. Et à l'instar de bien des populations dans le monde, les sondés français sont très nombreux à n'utiliser qu'un seul et unique mot de passe.

Mot de passe sécurisé

Un « décalage entre les déclarations de prudence et leurs comportements réels »

Tout âge et tout sexe confondus, 42 % des sondés ont avoué utiliser systématiquement le même mot de passe sur plusieurs sites. Un taux qui grimpe à 58 % chez les 18-24 ans et qui tombe à 39 % chez les plus de 35 ans. Une véritable catastrophe pour Emmanuel Schalit, le PDG de Dashlane, qui conseille avec sagesse de ne « jamais utiliser le même plusieurs fois. Si un pirate s'empare d'un mot de passe sur un service que la victime n'utilise plus, il pourra s'en servir pour s'introduire sur un autre site contenant des données bien plus récentes et sensibles. »


Cette situation en défaveur de la variété des mots de passe s'expliquerait par la mauvaise perception des dangers d'internet par les sondés. « Il existe un important décalage entre les déclarations de prudence des internautes et leurs comportements réels » précise ainsi l'étude. Les sondés estiment ainsi avec justesse que les virus et autres malwares sont des dangers réels. Ils ne sont toutefois que 9 % à réellement juger l'importance des mots de passe vis-à-vis de la protection de leurs données personnelles. Un problème majeur à l'heure où Facebook, Twitter, LinkedIn, Google+, etc. sont désormais partout, sans parler des comptes bancaires, des cybermarchands et des services administratifs.

Un « sentiment (qui) frise l’inconscience » 

« Ce sentiment d’être protégés contre ces risques connus frise l’inconscience et rappelle les plus sombres heures de la sécurité routière dans les années 80, avec une ligne de conduite dominante : "cela n’arrive qu’aux autres" » résume l'étude.

Pourtant, les personnes sondées par l'IFOP en ce début d'année ont bien fait remarquer pour la plupart d'entre elles (88 %) qu'elles pouvaient être atteintes par une intrusion dans leurs données personnelles, et 87 % d'entre elles savent qu'elles peuvent être victimes d'une arnaque sur un achat ou d'une utilisation frauduleuse de leurs coordonnées bancaires (85 %). Même l'usurpation d'identité n'est pas négligée, puisqu'ils sont 84 % à en avoir conscience. Mais malgré ce savoir, les actions menées pour se protéger restent faibles.

Des mots de passe beaucoup trop simples

Non seulement une part non négligeable des sondés ne varient pas leurs mots de passe, mais qui plus est, ces derniers sont extrêmement simples. Une donnée peu étonnante quand on sait que de nombreuses personnes dans le monde ont comme mot de passe "123456", "ABC123", "Password", "qwerty", "azerty", etc. De quoi faciliter le travail d'une personne malintentionnée.

Ces résultats ne sont en rien surprenants quand on se rappelle de l'étude de PC Tools réalisée en 2009 et qui pointait déjà que 56 % des Français n'utilisaient qu'un seul et unique mot de passe. Cette étude montrait toutefois que d'autres pays affichaient des résultats bien meilleurs, notamment en Allemagne où seulement 16 % des sondés avouaient n'utiliser qu'un mot de passe. Statistique étonnante, 47 % des hommes dans le monde ont concédé utiliser le même mot de passe, contre seulement 26 % des femmes.


chargement
Chargement des commentaires...