Le Parlement européen reluque l’interdiction du porno dans les médias

Et les doigts de l'homme ? 142

Mise à jour : Les eurodéputés ont adopté hier la proposition de résolution, non contraignante, portant « sur l'élimination des stéréotypes liés au genre dans l'Union » par 368 voix pour, 159 voix contre et 98 abstentions. Plusieurs de ses dispositions ont cependant été expurgées, à commencer par celle qui incitait l'Union européenne et ses États membres « à prendre des mesures concrètes » en vue de « l'interdiction de toutes les formes de pornographie dans les médias ». Les parlementaires avaient reçu plus de 500 000 emails de protestation ces derniers jours selon le porte-parole du Parlement, Jaume Duch-Guillot, comme l’indique l’AFP.

Article du 7 mars : Mardi prochain, les députés européens vont être amenés à approuver ou à rejeter un texte dont l'une des dispositions porte sur « l'interdiction de toutes les formes de pornographie dans les médias ». Certains observateurs craignent que ceci s'étende jusqu'à Internet, même s'il ne s'agit que d'une molle déclaration politique.

parlement européen

 

Le Parlement européen devrait se prononcer la semaine prochaine sur une proposition de résolution (PDF) portant sur « l'élimination des stéréotypes liés au genre dans l'Union ». En clair, il est question d’égalité entre hommes et femmes. Parmi les sujets évoqués par ce texte, se trouve la pornographie. Les rédacteurs de cette résolution font en effet valoir que « la "diffusion de la pornographie", à savoir la tendance culturelle actuelle selon laquelle la pornographie se glisse dans notre quotidien en tant qu'élément culturel de plus en plus accepté et souvent idéalisé, est particulièrement visible dans la culture jeune ».

 

Ils proposent donc aux eurodéputés d’inciter l'Union européenne et ses États membres « à prendre des mesures concrètes à la suite de la résolution du Parlement européen du 16 septembre 1997 sur la discrimination de la femme dans la publicité, qui réclamait l'interdiction de toutes les formes de pornographie dans les médias ». Seulement, cette résolution datant de plus de quinze ans ne précisait pas ce qu’il fallait entendre comme « médias », regrette aujourd’hui l’eurodéputé suédois Christian Engström.

 

L’élu craint surtout un glissement vers l’internet, dans la mesure où cette proposition de résolution prévoit que le Parlement européen « souligne qu'une politique d'élimination des stéréotypes dans les médias passe nécessairement par une action sur le terrain numérique » (article 14). Il est ainsi précisé qu'il convient pour ce faire « de lancer des actions coordonnées au niveau européen en vue de développer une véritable culture de l'égalité sur l'internet ». La Commission européenne est en outre invitée « à élaborer, en partenariat avec les parties prenantes concernées, une charte à laquelle tous les opérateurs de l'internet seraient invités à adhérer ».

 

Il convient néanmoins de relativiser la portée de ce texte : non seulement, le CSA contrôle déjà en France les contenus traditionnels dans le secteur audiovisuel. De plus, il n’en est qu’à l’état de proposition, et n’a donc pas encore été adopté ; et quand bien même il serait approuvé par les eurodéputés, il n’aurait aucune valeur juridique puisque les résolutions sont des textes dépourvus d’effets contraignants.

 

Dernière mise à jour le 13/03/2013 08:51:42

chargement
Chargement des commentaires...