Hadopi, Linkstorm : l’appétit de Filippetti pour surréférencer l’offre légale

Un moteur dans la Peugeot Riester 52
Marc Rees

Le surréférencement de l’offre légale dans les moteurs est un vieux rêve poursuivi par la loi Hadopi depuis ses plus profondes origines. Lors des débats parlementaires, un amendement avait en effet tenté de forcer la main des moteurs, mais il fut abandonné. Aujourd’hui, Aurélie Filippetti reprend ce flambeau.

vostfr moteur

Durant les débats parlementaires, le député et rapporteur Franck Riester avait tenté de faire survaloriser les offres légales dans les moteurs. Le principe du fameux Amendement 50 était simple : la Hadopi attribuait un label aux offres légales, à charge pour les moteurs d’en tenir compte pour surréférencer ces offres. L’amendement avait été abandonné au fil des discussions. Le texte provoquait la colère des moteurs notamment, qui s'abritaient alors derrière l'automatisme de leur algorithme (voir la position de Google).

Aurélie Filippetti et la survalorisation dans les moteurs

Malgré l’échec de l’amendement Riester (UMP), Aurélie Filippetti ne compte pas en rester là. Dans une réponse au député Marc Le Fur, elle juge désormais « pertinent d'appuyer les agrégateurs dans leur dialogue avec les diffuseurs, afin de parvenir à des compromis permettant une meilleure circulation des contenus légaux ». Spécialement, sur le thème de la visibilité des agrégateurs, « ceux-ci sollicitent un appui de la Haute Autorité leur permettant de faire face à d'importants coûts de SEO (Search engine organisation). Ce travail d'optimisation semble aujourd'hui indispensable pour exister sur les moteurs de recherche. »

Pour bien insister, la ministre estime que « les différentes évolutions des algorithmes des moteurs de recherche n'ont pas permis d'améliorer le référencement naturel de l'offre légale. » En clair, Google référence encore trop l’offre illégale. Pour s’assurer de cette affirmation, elle rappelle que la Hadopi développe un projet LinkStorm capable de jauger les offres labellisées PUR face aux autres alternatives (non labellisées et offres jugées illicites). « Cela permettra d'évaluer l'impact du label PUR, ainsi que les efforts faits par les différents moteurs de recherche pour valoriser l'offre légale. »

Aurélie Filippetti s’inscrit là dans une dynamique d’ensemble. Pas à pas, elle vise à purifier les moteurs pour n'afficher dans les premiers résultats que les sites jugés de confiance par la Hadopi. Pour mesurer cette démarche, il suffit de reprendre et compléter cette synthèse publiée dans cette actualité :

  1. La survalorisation des offres licites labellisées est actuellement étudiée par le CSPLA. Dans sa lettre de mission, le CSPLA a sollicité expressément la collaboration de la Hadopi
  2. Lors de son audition devant la Mission Lescure, le syndicat de l’édition phonographique a indiqué qu’ « il serait nécessaire d’élargir les compétences de l’autorité, en dotant la Hadopi de la capacité de procéder au déréférencement des liens illicites qui conduisent les internautes vers des services en lignes illicites ». 
  3. L’ALPA a développé un logiciel capable d’identifier la réapparition de sites déclarés illicites et de notifier les moteurs aux fins de déréférencement.
  4. La Hadopi abandonne l’idée d’un portail de référencement de l’offre légale contrairement à ce que lui impose la loi (rapport annuel p. 32 et 33).
  5. Le rapport annuel de la Hadopi indique qu’il faut au contraire trouver des leviers pour  améliorer la visibilité de l’offre légale dans les moteurs (rapport annuel p. 32 et 33).
  6. Chaque label PUR correspondant à du carburant en plus pour Linkstrorm. La Hadopi nous assure que des sites ont gagné jusqu'à 20 % d'audience grâce à cet autocollant, incitant les indécis à sauter le pas. Elle leur propose même un coup de pouce en S.E.O.
  7. Dans son rapport 2013 sur le streaming et le direct download - très inspiré par les propositions des ayants droit, Mireille Imbert-Quaretta voudrait que la Hadopi soit en capacité de négocier puis d’exiger des moteurs des mesures de déréférencement des sites non collaboratifs ou trop souvent dénoncés par les ayants droit.

chargement
Chargement des commentaires...