Nouvelle polémique autour de la qualité du réseau Free

Une belle chute des performances 230
Nil Sanyas

En collaboration avec Measurement Lab, Google propose sur son site des données publiques sur les débits disponibles dans le monde entier. Des détails sont ainsi publiés en fonction des pays, des régions, des villes, mais aussi des FAI. Et si sans surprise, Numericable sort du lot quant à la moyenne des débits proposés, Free, lui, s'est totalement écroulé depuis l'été dernier.

Google FAI France  

Le graphique parle de lui-même. Avec plus de 15 Mb/s en moyenne, Numericable est bien le roi en France. Il faut dire que ses lignes à 100 Mb/s voire à 200 Mb/s (théoriques) lui donnent un avantage certain par rapport aux autres opérateurs, qui n'ont pas encore démocratisé la fibre optique. Bouygues Telecom, partenaire de Numericable et qui propose donc aussi du très haut débit FTTLA, profite d'ailleurs de cette technologie pour afficher une belle moyenne de 6,65 Mb/s en janvier 2013.

Suivent donc Orange (France Télécom), SFR et Free. Ce dernier se démarque particulièrement, avec des niveaux de débits moyens du niveau d'Orange durant le premier semestre 2012, avant de s'écrouler à partir du mois de juillet. De 5 Mb/s en juillet, Free est ainsi passé à moins d'1 Mb/s en novembre, avant de remonter légèrement à 1,65 Mb/s en janvier. Une moyenne ridicule par rapport aux 4,4 Mb/s de SFR et 4,8 Mb/s d'Orange.

Google FAI France

Autres données inquiétantes pour Free, le FAI français affiche un niveau d'erreur de transmission de paquets TCP particulièrement élevé depuis de nombreux mois. Si toutes ces données se révélaient exactes, elles pourraient en partie expliquer l'agressivité récente de Free envers les éditeurs de contenus du web, et notamment Google. Le blocage des publicités de ce dernier semble ainsi bien moins hasardeux.

Il est par contre étonnant de constater que le nombre de mesures permettant de réaliser ces bilans est particulièrement en faveur (ou défaveur selon le point de vue) de Free. En effet, le mois dernier, 47 068 tests ont été exécutés pour le trublion, contre seulement 37 104 pour Orange, qui compte pourtant deux fois plus d'abonnés que ce dernier. Quant à SFR, qui cumule à peu de chose près le même nombre d'abonnés que Free, seulement 14 469 tests ont été accomplis. Il est toutefois difficile de savoir si cette disproportion avantage ou désavantage de l'opérateur.

Google FAI France

La France dans la moyenne basse des grands pays

Enfin, ces données ne s'intéressent pas qu'aux FAI français, loin de là. Le site propose par exemple des données en fonction des débits de téléchargements moyens selon chaque pays. Nous en avons ainsi sélectionné une vingtaine où l'accès à Internet est plus ou moins développé, et le bilan propose quelques surprises.

La France, avec une moyenne de 3,65 Mb/s, devance ainsi le Japon (3,34 Mb/s), l'Australie (3,12 Mb/s), l'Italie (3 Mb/s), ou encore Hong-Kong (2,36 Mb/s), le Maroc (2,28 Mb/s), la Corée du Sud (2,14 Mb/s), le Brésil (1,45 Mb/s), l'Inde (0,44 Mb/s) et la Chine (0,18 Mb/s).

Google FAI France

L'Hexagone est par contre devancé entre 1 et 2 Mb/s par l'Espagne, les USA et le Canada, et des pays comme l'Allemagne, la Finlande, la Hongrie ou encore la Norvège affichent des moyennes deux fois supérieures à celle de la France. Quant à la Suède, la Suisse et le Danemark, c'est un autre monde avec des moyennes entre 9 et 10 Mb/s.

Comment expliquer de tels chiffres ? Voir la France surpasser le Japon et la Corée du Sud devrait ainsi en surprendre plus d'un. Il est difficile de fournir des explications claires sur ces données, toutefois, le nombre de tests peut là encore apporter des éclaircissements. La France, en janvier 2013, a par exemple fait l'objet de 119 458 tests, très loin devant l'Allemagne (26 922), le Japon (25 176), la Corée du Sud (23 507) ou encore la Chine (22 361). Il y a donc eu près de 5 fois plus de tests en France que dans ces quatre grands pays. Pourtant, la France compte près de 50 millions d'internautes, contre plus de 60 millions en Allemagne, 100 millions au Japon, et près de 600 millions en Chine. Là encore, il y a une disproportion évidente vis-à-vis de la France par rapport à d'autres pays.

Notez enfin que ces données sur les débits ne sont qu'une goutte dans un océan de bien d'autres données publiques compilées par Google. Vous pouvez toutes les retrouver sur cette page de Google, tout simplement.


chargement
Chargement des commentaires...