Chrome et Firefox communiquent ensemble grâce à WebRTC

Un partout, balle au centre 50
Vincent Hermann

Le mois dernier, Microsoft a présenté une nouvelle idée de standard, baptisé CU-RTC-Web, et entrant en concurrence avec un autre protocole, le WebRTC, toujours en brouillon. L’éditeur avait formulé plusieurs critiques à l’encontre de ce dernier, mais Google et Mozilla viennent d’en gommer l’un des principaux soucis.

webrtc

 

Lorsque Microsoft a présenté le mois dernier son protocole CU-RTC-Web, il disposait d’un avantage de poids. L’éditeur soulignait en effet que WebRTC, actuellement en brouillon au W3C, comportait un défaut dans la cuirasse : il n’était pas possible de mettre en relation et de manière directe deux navigateurs entre eux. Ainsi, les communications VoIP devaient passer par un serveur centralisé.

La solution de Microsoft, en plus de permettre cette communication gérée par un serveur, permettait également d’établir un lien entre deux navigateurs. La démonstration de la forme s’appuyait d’ailleurs sur un Internet Explorer 10 sous Windows 8 et un Chrome sous OS X. Microsoft précisait toutefois que WebRTC et CU-RTC-Web n’étaient pas nécessairement ennemis. Ainsi, WebRTC pouvait très bien prendre place au-dessus du second pour bénéficier de fondations plus « propres ».

Cependant, la principale différence entre les deux protocoles vient de subir un coup de gomme vengeur. Google et Mozilla se sont associés pour enrichir le protocole WebRTC d’une communication directe entre les navigateurs, comme le montre la vidéo ci-dessus.

La démonstration a été réalisée par Todd Simpson, responsable de l’innovation chez Mozilla, et Hugh Finnan, responsable gestion des produits chez Google. Elle était basée sur deux versions des navigateurs qui peuvent en fait être récupérées : Chrome 25 bêta et la dernière Nightly pour Firefox. Dans cette dernière, l’utilisateur devra cependant activer la ligne « media.peerconnection.enabled » avec la valeur « true » dans le « about:config ».

La présentation faite par Mozilla et Chrome est évidemment un pas important pour la technologie WebRTC. Puisqu’il s’agit d’un standard en formation, la capacité est inhérente au navigateur. De fait, l’utilisateur peut se servir sous Firefox d’un service proposant de la VoIP et appeler un collègue se servant de Chrome, le tout sans passer par un plug-in évidemment. Il est intéressant de remarquer que ni Google ni Mozilla n’abordent la technologie proposée par Microsoft dans leurs billets respectifs.

Ceux qui sont intéressés par WebRTC pourront en tout cas utiliser les liens utiles suivants :


chargement
Chargement des commentaires...