Chris Taylor explique ses choix à propos de Gas Powered Games

La campagne Kickstarter serait déjà un échec 14
Kevin Hottot

Nos confrères de Penny Arcade ont eu l'occasion de rencontrer Chris Taylor afin de le questionner au sujet de l'avenir de son studio, Gas Powered Games (GPG), ainsi que sur l'issue de sa campagne sur Kickstarter pour son prochain jeu : Wildman.

  Chris Taylor Kickstarter

Pourquoi un choix aussi soudain ?

« J'ai réalisé mercredi soir que la campagne sur Kickstarter était un échec, et j'ai vu sa progression se tasser dès jeudi. J'ai donc prévenu mes équipes dans l'après-midi que cela ne marcherait pas, et ils le savaient, car nous étions tous scotchés sur les écrans » explique Chris Taylor à nos confrères. Selon lui, le lancement de la campagne s'est fait au mauvais moment, et les joueurs ne sont pas réceptifs au mélange de plusieurs genres. 

Le dirigeant espérait un démarrage rapide afin de pouvoir assurer les salaires de ses employés une fois qu'il aurait su son budget bouclé. « Nous avons vu tellement de projets atteindre 200 voir 300 % de leurs objectifs, et nous avions bon espoir de garder tout le monde si les chiffres des trois premiers jours étaient bons ». Manque de chance, en une semaine le titre n'a rassemblé que 293 800 $ sur les 1 100 000$ requis. La page Kickstarter précise que des dons pouvaient être faits via PayPal, ce qui pourrait venir gonfler le total. Cependant selon Taylor, « la dernière fois qu'on a regardé, les sommes étaient minimales ». 


La décision de licencier le personnel a donc été prise, tant que les liquidités de l'entreprise permettent de payer les indemnités, comme cela a été expliqué hier.

Quelle suite pour Wildman et GPG ?

Si la récolte de fonds devait s'avérer fructueuse, le jeu verrait bien le jour. Taylor chercherait alors à construire une petite équipe dont les membres seraient capables de « porter plusieurs casquettes » . Il précise également qu'il ne faudrait pas compter ses heures et décrit le travail comme une « dure corvée ». 

L'idée de réembaucher les personnes récemment licenciées ne semble plus donc à l'ordre du jour. « J'ai réalisé que certains d'entre eux auront trouvé un travail et d'autres non. Il serait difficile dans ce cas de faire le jeu dans les temps, on décalera surement les dates. Mais hé ! Le principal reste que les gens retrouvent du boulot » affirme-t-il.

Il reste surtout à savoir si ces personnes parviendront à décrocher un nouvel emploi dans le secteur, tant l'industrie semble souffrir. Si de grands noms comme THQ , Square Enix ou Codemasters se mettent à limoger leur main-d'oeuvre, plus personne n'est vraiment à l'abri. 


chargement
Chargement des commentaires...