Un #PDFtribute après le suicide du militant et informaticien Aaron Swartz

Open Access 51
Marc Rees

Aaron H. Swartz s’est suicidé par pendaison ce 11 janvier à New York. Cet informaticien a collaboré à bon nombre de projets dont les premières spécifications du format RSS 1.0. Il fut également l’un des cofondateurs de Reddit, fameux site web communautaire. Il avait également participé à l’élaboration de Creative Commons. Accusé de piratage d’articles scientifiques dans le réseau du MIT, sa mort a provoqué une vague de réaction.

aaron swartz"Demand Progress founder and director Aaron Swartz" par Daniel J. Sieradski, CC-BY-SA

« Fin tragique d’une vie brève et extraordinaire » esquisse dans un hommage, l’Electronic Frontier Foundation. « Aaron a fait plus que quiconque pour faire de l’internet un écosystème florissant pour la connaissance ouverte et son maintien ». L’EFF rappelle que ce jeune homme l’avait aidée avec son association Demand Progress pour lutter contre COICA, l’ancêtre des projets SOPA et SIPA. Mais cet hacktiviste, informaticien et militant avait aussi participé à la définition des spécifications du RSS à l’âge de 14 ans, de Web.py, de Tor2web, de l’Open Library, etc. ou encore au lancement de Creative Commons durant les 26 ans de sa vie…

L’un de ses faits d’armes eut lieu à l’âge de 24 ans. « En 2011, il avait utilisé le réseau du Massachusetts Institute of Technology pour télécharger des millions d’articles de journaux provenant de la base de données JSTOR » résume l’EFF. « Aaron espérait libérer les millions d'articles scientifiques et académiques (financés par des fonds publics, NDLR) qu'il avait téléchargés à partir de JSTOR, afin que chacun puisse les lire ou les analyser comme une immense base de données (…) ». Il comptait ainsi mettre à disposition des millions de contenus, mais il fut par la suite arrêté et inculpé (voir cet article du New York Times).

aaron swartzLawrence Lessig et Aaron Swartz lors du lancement de Creative Commons. Rich Gibson 2001 CC BY

« JSTOR a (finalement) refusé de poursuivre Aaron et a demandé au gouvernement d’abandonner ces poursuites, mais le MIT, à sa grande honte, n’a pas été aussi clair » regrette Lawrence Lessig. Aaron Swartz risquait un million de dollars d’amende et surtout de 35 années de prison (voire 50 ans suivant les sources). Le procès devait s’ouvrir le 1er avril 2013.

On ne sait pas en l’état s’il existe un lien entre cette procédure et sa décision de mettre fin à ses jours. S'il était dépressif, sa famille considère les faits liés. Sa mort a en tout cas provoqué un électrochoc sur internet. Via le mot clef #pdftribute, des milliers de scientifiques autour de la planète publient depuis leurs articles en libre accès. Pendant que les hommages se multiplient, les liens vers ces documents pleuvent sur Twitter sur pdftribute.net.

Ironie du sort, JSTOR avait annoncé ce 9 janvier 2013 la libération d’un total de 4,5 millions d’articles universitaires et académiques.


chargement
Chargement des commentaires...