28 députés préoccupés par la qualité des connexions à Internet

Le cadeau de Noël à Fleur Pellerin ? 53

Vingt huit députés viennent d'interpeller Fleur Pellerin au sujet de l'interconnexion. Suite à l'enquête menée en novembre dernier par l'UFC-Que Choisir, ces parlementaires de la majorité et de l'opposition s’inquiètent d’une multiplication des difficultés d’accès entre les différents acteurs, avec à la clé une mise en danger du « principe d'un internet libre et ouvert à tous ».

ufc pétition interconnexion

 

Le mois dernier, l’UFC-Que Choisir ouvrait une enquête afin de connaître l’avis des internautes français sur leurs FAI. Par le biais d’un questionnaire, les abonnés à Internet étaient tout particulièrement invités à se prononcer sur les problèmes éventuellement rencontrés avec certains types de sites : streaming vidéo, webmail, réseaux sociaux... Après avoir reçu plus de 16 000 réponses en moins de 24 heures, le constat de l’association de consommateurs (PDF)  était jugé « accablant » : la qualité des connexions à Internet est considérée comme problématique, et ce chez presque tous les opérateurs.

 

La « palme du mécontentement » fut d'ailleurs remise à Free, notamment pour ses problèmes de lenteur concernant YouTube, mais pas uniquement. L’UFC-Que Choisir relevait en effet que « parmi 13 services proposés (streaming, etc.), Free est l’opérateur le plus problématique sur 6 d’entre eux et premier ex-aequo sur un autre ». Suivaient ensuite dans ce classement SFR et Orange, dont plus de 45 % des abonnés ayant répondu au questionnaire se sont par exemple plaints de l’accès à YouTube.

 

L’association de consommateurs en tirait alors la conclusion suivante : « Il y a un bel et bien un problème de qualité des connexions internet. Et cela ne peut s’expliquer uniquement par des désaccords entre les opérateurs et les prestataires de services internet sur l’interconnexion ». En filigrane, l’UFC dénonçait la guerre financière que se livrent FAI, services internet et intermédiaires (transit), et qui se cache derrière ces difficultés d'accès aux gros sites ou à certains protocoles. Elle demandait alors aux pouvoirs publics de se saisir de la question de l’interconnexion, afin de « définir des règles permettant de maintenir un accès à internet de qualité, et cela sans pénaliser l’innovation et la concurrence ; de donner les moyens à l’ARCEP de mettre en place sans délai, et de manière totalement indépendante, un observatoire de la qualité de service (QoS) pour les réseaux fixes et mobiles ».

28 députés et 3 sénateurs s'inquiètent pour l'ouverture de l'internet

Le signal d’alarme de l’UFC-Que Choisir vient semble-t-il d'être entendu par vingt-huit députés de bords différents (UMP, R-UMP, UDI, SRC), puisque ces derniers ont interpellé hier la ministre déléguée à l’Économie numérique (était-ce un cadeau de Noël ?). Fleur Pellerin a effectivement été mitraillée de questions écrites au sujet de l’interconnexion. Le texte de chaque parlementaire est quasiment identique, mais leur grand nombre permet d’appuyer la démarche.

 

assemblée nationale députésGwenegan Bui, élu appartenant à la majorité socialiste, rappelle par exemple à Fleur Pellerin que l’enquête réalisée par l'UFC-Que Choisir « montre que la qualité des connexions est insuffisante chez presque tous les opérateurs », chiffres à l’appui : « 83 % des abonnés Free ayant répondu au sondage indiquent qu'ils ne peuvent utiliser correctement Youtube. Ce chiffre se monte à 47 % des abonnés Orange et 46 % chez SFR ». Il poursuit : « nombre de consommateurs rencontrent par ailleurs des problèmes d'accès aux services de streaming ou de télévision de rattrapage via leur box ; ainsi, la moitié des clients Bouygues Télécom ne sont pas satisfaits par ce dernier service ».

 

Une fois cette piqure de rappel effectuée, les députés passent au bilan. Ils regrettent en effet que « ces problèmes d'interconnexion pénalisent les consommateurs qui ne bénéficient dès lors plus de la totalité des services payés, sans même en avoir été informés au préalable ». Les 28 élus avertissent : « Si des règles claires ne sont pas rapidement établies, les difficultés d'accès entre les différents acteurs vont se multiplier, mettant en danger le principe d'un internet libre et ouvert à tous ». Les parlementaires demandent donc à la locataire de Bercy de se saisir du problème, et d’indiquer quelles propositions le gouvernement envisage de prendre afin de mettre fin aux problèmes d'interconnexion entre opérateurs.

 

Notons enfin que ces 28 questions rejoignent celles de trois sénateurs - eux aussi de bords différents - ayant déjà adressé la semaine dernière cette question à la ministre déléguée à l’Économie numérique. Nous ne manquerons pas de revenir sur la réponse de Fleur Pellerin une fois que celle-ci sera publiée. 


chargement
Chargement des commentaires...