Piratage : BitTorrent se lance dans une campagne de dédiabolisation

Est-ce que BitTorrent = piratage ? 158

BitTorrent, la société gérant le célèbre protocole d'échanges P2P du même nom, ne veut plus être associée au piratage de fichiers protégés. Et pour bien faire passer le message, elle vient de lancer une campagne de dédiabolisation sur Internet.

bittorrent

 

« Est-ce que BitTorrent = piratage ? Non », répond en grands caractères la BitTorrent Inc. sur un site dédié, www.doesbittorrentequalpiracy.com. Et la plateforme montre ses plus beaux arguments aux internautes qui voudraient se laisser convaincre : « BitTorrent est à l’origine de 124 millions téléchargements légaux de musique au cours des six premiers mois de l’année 2012 » ; « BitTorrent est la plus grande source de distribution de contenus légaux au monde, avec 1,5 million de titres disponibles » ; « BitTorrent permet de mettre à la disposition de tous les travaux de Rousseau. Légalement et gratuitement ». Bref, à en croire ce site, tout va bien dans le meilleur des mondes.

 

Eric Klinker, l’un des responsables de la BitTorrent Inc., l’a expliqué hier dans un billet. Sa société - qui gère depuis 2006 le logiciel du même nom ainsi que µTorrent - réfute toutes les accusations tendant à faire passer BitTorrent pour le responsable des différents déboires des industries de la culture et du divertissement. « Nous ne cautionnons pas le piratage. Nous ne l'encourageons pas. Nous ne renvoyons pas vers des sites pirates. Nous n'hébergeons pas de contenus illicites », s’indigne l’Américain.

Un protocole en quête de légitimité

En filigrane, Eric Klinker rappelle que le logiciel n’est qu’une technologie, et que l’utilisation qui en est faite dépend en réalité de ses usagers. « Nous sommes des scientifiques, des ingénieurs, des développeurs et des designers dévoués pour construire un Internet meilleur », ajoute-t-il ensuite. D’ailleurs, l’intéressé affirme que la société à laquelle il appartient travaille « sans relâche avec les industries, les artistes et les fans afin de créer un avenir durable pour les contenus numériques ». Ces efforts ont d’ailleurs été reconnus par des organisations comme Internet Archive, qui utilise son protocole pour distribuer légalement plus d'un million d'œuvres.

 

Régulièrement objet de remontrances de la part des ayants droit, BitTorrent Inc. cherche depuis longtemps à légitimer son protocole et à le transformer en un outil rentable. La société américaine a par exemple annoncé cet été la mise en place de packs promotionnels destinés aux artistes, l’idée étant de leur faire profiter de sa base active de 150 millions d’utilisateurs, afin de générer de nouvelles sources de revenus, tant pour les artistes eux-mêmes que pour BitTorrent.


chargement
Chargement des commentaires...