Les plantages de Chrome étaient bien dûs à la panne des services Google

Un autre aspect du cloud 49
Vincent Hermann

Hier, Google a été touché par de sérieux problèmes sur ses services, dont Gmail. Parallèlement, des utilisateurs ont remarqué que Chrome plantait de manière aléatoire. Si le lien de cause à effet était une théorie, il est bien confirmé désormais.

chrome

 

La panne de Gmail hier, qui a duré plus de vingt minutes, a eu des répercussions assez étranges. Pendant que le webmail de Google était hors-service, le navigateur Chrome a enregistré un nombre important de crashs. Les commentaires d'utilisateurs se sont multipliés et il est rapidement apparu que la configuration de la machine n’était pas l’élément clé, pas plus que le système d’exploitation.

 

Le problème rencontré par Google prenait sa source dans une erreur de configuration dans l’équilibrage de charge entre ses serveurs. Conséquence, de nombreux services, dont Sync, ont été impactés. Sync est responsable, comme son nom l’indique, de la synchronisation de nombreuses informations. Dans Chrome, il sert à lier tout un ensemble de données, telles que l’historique et les sessions d’identifications, au compte Google de l’utilisateur. Et c’est bien Sync qui a provoqué la série de plantages de Chrome.

 

Comme le rapporte Wired, l’ingénieur Tim Steele de chez Google a confirmé hier soir que c’était bien Sync qui faisait crasher Chrome. Le processus Sync, qui fonctionne en arrière-plan, recevait des signaux qu’il interprétait mal : les serveurs de Google étaient surchargés durant la panne de Gmail et Sync demandait aux processus via Internet de réguler les données des utilisateurs. Ce sont bien les processus locaux qui, par la suite, entraînaient le plantage du navigateur.

 

Il s’agit manifestement d’un sérieux bug qui souligne un autre aspect du cloud. En effet, si la synchronisation des éléments offre de très nombreux aspects pratiques, la concentration des données ouvre la voie à des crashs de grande envergure. David Ulevicth, fondateur d’OpenDNS, indique ainsi : « Imaginez un scénario où vous ne pourriez même plus activer votre téléphone Android ou passer des appels téléphoniques avec Google Voice. Ce n’est pas simplement votre navigateur. »

 

Notez que même si cette panne concernait Google, elle pourrait tout à fait survenir sous d’autres aspects sur des univers synchronisés concurrents tels que ceux d’Apple ou de Microsoft.


chargement
Chargement des commentaires...