Hadopi : 9 109 visites mensuelles en moyenne sur Pur.fr

PUR perte ? 75
Marc Rees

Le tout récent rapport de la Commission des affaires culturelles du Sénat rappelle que le site PUR, portail de référencement des offres légales labellisées, totalise 9 109 visites mensuelles en moyenne.

PUR

L’objectif du site, récemment refondu, est pourtant « de permettre aux internautes d’identifier formellement l’offre légale, sachant que cette identification n’est pas toujours évidente, l’offre payante n’étant pas forcement garante d’offre licite ». Hadopi.fr totalise pour sa part 46 965 connexions par mois, indique encore le Sénat, ce qui reste là encore très faible au regard du nombre d’avertissements envoyés dans le cadre de la riposte graduée.

La commission des affaires culturelles rappelle l’épaisse réserve adressée par les acteurs privés contre ce portail Pur.fr. « Des réserves ont été émises sur la mise en place d’un portail de référencement pilote par les pouvoirs publics des offres légales labellisées par l’HADOPI. Ce sont, en effet, des initiatives privées qui s’inscrivent dans un environnement concurrentiel ».

Selon le dernier rapport annuel de la Hadopi, « les principaux agrégateurs et comparateurs français d’offres culturelles en ligne ont fait valoir que leurs besoins ne consistent pas en un référencement par l’autorité publique », un tel référencement « représenterait pour eux une forme de concurrence dans la mesure où le modèle économique de ces plateformes se base sur la monétisation de l’audience. » En outre, une plateforme qui mélange jeux, musique, cinéma n’est pas bien utile pour le consommateur, toujours selon les acteurs du secteur.

Faciliter l'obtention des labels PUR

Comme la Hadopi, la commission des affaires culturelles l’affirme : désormais, « se pose donc la nécessité d’améliorer la visibilité et la valeur ajoutée du label HADOPI, tout en simplifiant la procédure d’obtention et de renouvellement ». Le travail reste lourd puisque selon une étude Opinion Way de décembre 2011, cependant, « le label PUR n’était connu que de 11 % des internautes sondes et seuls 5 % savaient exactement de quoi il s’agit. Neuf internautes sur dix n’avaient jamais entendu parler de ce label. »

Mais que faire au-delà ? Pour le Sénat, « une réflexion s’est engagée sur l’amélioration de la visibilité des catalogues des opérateurs prives sur internet. L’offre légale devrait pouvoir être mieux identifiée dans les moteurs de recherche. En outre, alors que l’HADOPI a mis en place un portail généraliste, des plateformes spécialisées sembleraient mieux répondre à la demande actuelle ». Les propositions sont en pleine phase avec celle de la Hadopi pour qui, importe aujourd’hui, « la mise en valeur des agrégateurs privés référençant l’offre légale (…) et en particulier sur les mesures de nature à améliorer leur visibilité sur Internet ainsi que l’exhaustivité et la diversité des catalogues. »

Améliorer la visibiité sur internet ? La Hadopi travaille à ce jour sur la piste du déréférencement. Elle envisage de l'autre main de labelliser 135 sites "PUR" d'ici 2015.

Dans son tout récent rapport pour le PLF2013, la commission des affaires culturelles a aussi esquissé les propositions faites au sein de la mission Lescure pour mieux armer encore la Hadopi : « substituer à l’actuelle sanction de suspension de l’accès à Internet, par exemple une amende ou un déréférencement de liens donnant accès à des contenus illégaux, chez les hébergeurs, moteurs de recherche, annonceurs, opérateurs de paiement à distance… »


chargement
Chargement des commentaires...